Auteur
Clément Marot

J’ai Grand Désir

La nuit splendide et bleue est un paon étoilé Aux milliers d’yeux brillants comme des étincelles, Qui fait la roue et marche, ou vole et bat des ailes Devant ton trône, Allah, à nos regards voilé.

Auteur
Clément Marot

J’attends Secours De Ma Seule Pensée

Arrête ! Ecoute-moi, voyageur. Si tes pasTe portent vers Cypsèle et les rives de l’Hèbre,Cherche le vieil Hyllos et dis-lui qu’il célèbreUn long deuil pour le fils qu’il ne reverra pas.Ma chair assassinée a servi de repasAux loups. Le reste gît en ce hallier funèbre.Et l’Ombre errante aux bords que l’Érèbe enténèbreS’indigne et pleure. Nul […]

Auteur
Clément Marot

Je Suis Aimé De La Plus Belle

Le soir fraîchissait dans les roses. Inquiets de troubler ce charme défaillant, Des êtres inconnus, voluptueusement, Atténuaient les choses De voiles hyacinthes, semblables à des mers. Tout s’effaçait en un calme silence, Et devenait l’imperceptible hier. Des choses qui mouraient paraissaient immortelles, D’autres, languissamment, s’exhalaient dans le ciel, Et pour qu’aucun regret n’en fût en […]

Auteur
Clément Marot

Jouissance Vous Donnerai

L’homme et la bête, tels que le beau monstre antique, Sont entrés dans la mer, et nus, libres, sans frein, Parmi la brume d’or de l’âcre pulvérin, Sur le ciel embrasé font un groupe athlétique. Et l’étalon sauvage et le dompteur rustique, Humant à pleins poumons l’odeur du sel marin, Se plaisent à laisser sur […]

Auteur
Clément Marot

Languir Me Fais Sans T’avoir Offensée

Ils rendent à Dagon leurs devoirs négligés. Le dieu, peu rancunier, sourit à leur hommage. Dans son temple superbe, et devant son image, Ils se gorgent de vins aux festins obligés. Ils ne gémissent plus comme des affligés, Mais ils chantent l’amour. C’est un joyeux chômage. La nation perverse ainsi se dédommage De la honte […]

Auteur
Clément Marot

De La Rose

Elle sait que l’attente est un cruel supplice, Qu’il doit souffrir déjà, qu’il faut qu’elle accomplisse Le serment qu’elle a fait d’être là, vers midi. Mais, parmi les parfums du boudoir attiédi, Elle s’est attardée à finir sa toilette. Et devant le miroir charmé qui la reflète, Elle s’impatiente à boutonner son gant ; Et […]

Auteur
Clément Marot

Ma Dame Ne M’a Pas Vendu

Quand naissent les fleurs au chant des oiseaux Ton étrange voix gravement résonne, Et comme aux échos des forêts d’automne Un pressentiment court jusqu’en mes os. Quand l’or des moissons mûrit sous la flamme, Ton lointain sourire à peine tracé Me pénètre ainsi qu’un brouillard glacé. L’hiver boréal envahit mon âme. Quand saignent au soir […]

Auteur
Clément Marot

De L’abbé Et De Son Valet

La raison ne s’offense pas : certainement une vierge occidentale a conçu, voici deux mille années, puisque deux mille ans avant elle, Kiangyuan, fille sans défaut, devint mère parmi nous : ayant marché sur l’empreinte du Souverain Roi du Ciel. Et enfanta aussi légèrement que la brebis son agneau, sans rupture ni grands efforts. Même […]

Auteur
Clément Marot

De L’absent De S’amie

Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma place Mon coeur qui, comme moi, point ne vous laissera. Plus tôt d’un trait doré Vénus vous blessera, Plus tôt de vos rigueurs s’amollira la glace ! Ne vous attendez pas qu’aucun malheur le chasse, Car, auprès de vos yeux, rien ne l’offensera, Vu que, même en […]

Auteur
Clément Marot

De L’amant Marri Contre Sa Dame

Le four rougit ; la plaque est prête. Prends ta lampe. Modèle le paillon qui s’irise ardemment, Et fixe avec le feu dans le sombre pigment La poudre étincelante où ton pinceau se trempe. Dis, ceindrastu de myrte ou de laurier la tempe Du penseur, du héros, du prince ou de l’amant ? Par quel […]

Auteur
Clément Marot

De L’amoureux Ardant

En ce rugueux hiver où le soleil flottant S’échoue à l’horizon comme une lourde épave, J’aime à dire ton nom au timbre lent et grave Quand l’horloge résonne aux coups profonds du temps. Et plus je le redis, plus ma voix est ravie Si bien que de ma lèvre, il descend dans mon coeur, Et […]

Auteur
Clément Marot

De Sa Grande Amie

En m’en venant au tard de nuit se sont éteintes les ételles : ah ! que les roses ne sontelles tard au rosier de mon ennui et mon Amante, que n’estelle morte en m’aimant dans un minuit. Pour m’entendre pleurer tout haut à la plus haute nuit de terre le rossignol ne veut se taire […]

Auteur
Clément Marot

De Soi-même

En mieux il tournera l’usage des cinq sens. Veutil suave odeur ? il respire l’encens Qu’offrit jésus en croix, qui en donnant sa vie Fut le prêtre, l’autel et le temple et l’hostie. Fautil des sons ? le Grec qui jadis s’est vanté D’avoir ouï les cieux, sur l’Olympe monté, Serait ravi plus haut quand […]

Auteur
Clément Marot

Des Trois Couleurs, Gris, Tanné Et Noir

Là, sous la treille, parmi le feuillage il nous arrive de le deviner : son front rustique d’enfant sauvage, et son antique bouche mutilée… La grappe devant lui devient pesante et semble fatiguée de sa lourdeur, un court moment on frôle l’épouvante de cet heureux été trompeur. Et son sourire cru, comme il l’infuse à […]

Auteur
Clément Marot

Du Disciple Soutenant Son Maître Contre Les Détracteurs

Les nostalgiques citronniers aux feuilles blêmes S’étiolent et leurs parfums, avec ennui, Meurent dans le jardin peuplé de chrysanthèmes. Pour la dernière fois le soleil tiède a lui. Soir des morts ! Glas chargé de pleurs et d’anathèmes : Le Souvenir s’éveille et reprend, aujourd’hui, En sourdine, les vieux, les adorables thèmes Des renouveaux lointains […]