Auteur
Flaminio De Birague

Désespéré, Chétif, Du Repos De Ma Vie

Espritz qui voletez sur le bruict que bourdonne Le fleuve recourbé qui de son viste cours Leche presque le tour de ceste ville, ou l’ours Qui fut premier trouvé le redouté nom donne : Si devot quelque fois vostre troupe mignonne J’honore de mes vers, et sur les legers tours Que le soir vous tournez, […]

Auteur
Flaminio De Birague

Hôte Mélancolique

Où vastu, jeune fille, en ta robe de fête ? Comme un lys du matin, ne lèvestu la tête Que pour montrer au jour l’éclat de tes attraits ? Quel bonheur rêvestu? Dis, quels sont tes souhaits ? Cherchestu les plaisirs nourris par la mollesse, Ou bien ceux que procure une vaine richesse, Les discours […]

Auteur
Flaminio De Birague

J’aime Si Hautement Que Je N’ose Nommer

Par les plaines de ma crainte, tournée au Nord, Voici le vieux berger des Novembres qui corne, Debout, comme un malheur, au seuil du bercail morne, Qui corne au loin l’appel des troupeaux de la mort. L’étable est là, lourde et vieille comme un remords, Au fond de mes pays de tristesse sans borne, Qu’un […]

Auteur
Flaminio De Birague

Je Sens Déjà Saillir De Toute Fosse Obscure

Du pied des sommets bleus, làbas, dans le ciel clair, Épandu sur les lacs, les forêts et les plaines, Le vaste fleuve, enflé de cent rivières pleines, S’en va vers l’orient du monde et vers la mer. L’or fluide du jour jaillit en gerbes vives, Monte, s’épanouit, retombe, et, ruisselant Comme un rose incendie au […]

Auteur
Flaminio De Birague

Ma Vie Est Un Enfer Plein D’ennuis Et De Peines

…Aussi, lors que l’on voit un homme par la rue Dont le rabat est sale et la chausse rompue, Ses grègues aux genoux, au coude son pourpoint, Qui soit de pauvre mine et qui soit mal en point, Sans demander son nom on le peut reconnaître ; Car si ce n’est un poète au moins […]

Auteur
Flaminio De Birague

Madame, Si Tu Veux Me Prêter Ton Oreille

[…] Pour être courtisan, il faut dissimuler, Faire le chien couchant, ou ne s’en point mêler ; Je n’ai point ces vertus : comme sous une halle, Mon esprit simplement sa marchandise étale ; Je hais tout artifice et tout déguisement, Je ne sais ni louer ni blâmer faussement ; Bref, qu’en tous mes propos […]

Auteur
Flaminio De Birague

Par Le Milieu Des Déserts Écartés

Un cygne mort ne se remarque Parmi l’écume au bord du lac. Léda te voilà bien vengée, Pense qu’un cygne au tien pareil D’une aïeule charmant l’oreille Au premier chant fut égorgé. Son duvet emplit l’édredon Sous lequel Léda délaissée Informe de son abandon Le passant qui déjà le sait. Passez, couleurs, puisque tout passe […]