Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Je Sens Dedans Mon Ame Une Guerre Civile

Je sens dedans mon ame une guerre civile D’un parti ma raison, mes sens d’autre parti, Dont le bruslant discord ne peut estre amorti Tant chacun son tranchant l’un contre l’autre affile. Mais mes sens sont armez d’un verre si fragile Que si le coeur bientost ne s’en est departi Tout l’heur vers ma raison […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Essai De Quelques Poèmes Chrétiens

Sonnets De La Mort 08 Voulez-vous Voir Ce Trait Qui Si Roide S’élance

Voulez-vous voir ce trait qui si roide s’élance Dedans l’air qu’il poursuit au partir de la main ? Il monte, il monte, il perd : mais hélas ! tout soudain Il retombe, il retombe, et perd sa violence. C’est le train de nos jours, c’est cette outrecuidance Que ces Monstres de Terre allaitent de leur […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Les Toscans Batailloyent Donnant Droit Dedans Rome

Les Toscans batailloyent donnant droit dedans Rome Les armes à la main, la fureur sur le front, Quand on veit un Horace avancé sur le pont, Et d’un coup arrester tant d’hommes par un homme. Apres un long combat et brave qu’on renomme Vaincu non de valeur, mais d’un grand nombre il rompt De sa […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Essai De Quelques Poèmes Chrétiens

Sonnets De La Mort 09 Qui Sont, Qui Sont Ceux-là, Dont Le Cœur Idolâtre

Qui sont, qui sont ceux-là, dont le cœur idolâtre, Se jette aux pieds du Monde, et flatte ses honneurs, Et qui sont ces valets, et qui sont ces Seigneurs, Et ces âmes d’Ebène, et ces faces d’Albâtre ? Ces masques déguisés, dont la troupe folâtre S’amuse à caresser je ne sais quels donneurs De fumées […]

Auteur
Jean De Sponde

Ma Belle Languissait Dans Sa Funeste Couche

Ma belle languissait dans sa funeste couche Où la mort ces beaux yeux de leurs traits désarmait, Et le feu dans sa moëlle allumé consumait Les lys dessus son front, les roses sur sa bouche. L’air paraissait autour tout noir des nuits funèbres Qui des jours de la vie éteignent le flambeau Elle perdait déjà […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Essai De Quelques Poèmes Chrétiens

Sonnets De La Mort 10 Mais Si Mon Foible Corps Qui Comme L’eau S’escoule

Mais si mon foible corps qui comme l’eau s’escoule, (Et s’affermit encor plus longtemps qu’un plus fort,) S’avance à tous moments vers le sueil de la mort, Et que mal dessus mal dans le tombeau me roule, Pourquoy tiendray-je roide à ce vent qui saboule Le Sablon de mes jours d’un invincible effort ? Faut-il […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Mon Dieu, Que Je Voudrois Que Ma Main Fust Oisive

Mon Dieu, que je voudrois que ma main fust oisive, Quema bouche et mes yeux reprissent leur devoir. Escrire est peu : c’est plus de parler et de voir De ces deux oeuvres l’une est morte et l’autre vive. Quelque beau trait d’amour que nostre main escrive, Ce sont tesmoins muets qui n’ont pas le […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Essai De Quelques Poèmes Chrétiens

Sonnets De La Mort 11 Et Quel Bien De La Mort ? Où La Vermine Ronge

Et quel bien de la Mort ? où la vermine ronge Tous ces nerfs, tous ces os ; où l’Ame se depart De ceste orde charongne, et se tient à l’escart, Et laisse un souvenir de nous comme d’un songe ? Ce corps, qui dans la vie en ses grandeurs se plonge, Si soudain dans […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Ne Vous Estonnez Point Si Mon Esprit Qui Passe

Ne vous estonnez point si mon esprit qui passe De travail en travail par tant de mouvemens, Depuis qu’il est banni dans ces esloignemens, Tout agile qu’il est ne change point de place. Ce que vous en voyez, quelque chose qu’il face, Il s’est planté si bien sur si bons fondemens, Qu’il ne voudrait jamais […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Essai De Quelques Poèmes Chrétiens

Sonnets De La Mort 12 Tout S’enfle Contre Moy

Tout s’enfle contre moy, tout m’assaut, tout me tente, Et le Monde, et la Chair, et l’Ange révolté, Dont l’onde, dont l’effort, dont le charme inventé Et m’abisme, Seigneur, et m’esbranle, et m’enchante. Quelle nef, quel appuy, quelle oreille dormante, Sans péril, sans tomber, et sans estre enchanté, Me donras-tu? Ton Temple où vit ta […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Quand Je Voy Les Efforts De Ce Grand Alexandre

Quand je voy les efforts de ce Grand Alexandre, D’un Cesar dont le sein comblé de passions Embraze tout de feu de ces ambitions, Et n’en laisse apres soy memoire qu’en la cendre. Quand je voy que leur gloire est seulement de rendre, Apres l’orage enflé de tant d’afflictions, Calmes dessous leurs loix toutes les […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Essai De Quelques Poèmes Chrétiens

Stances De La Mort

Mes yeux, ne lancez plus votre pointe éblouie Sur les brillants rayons de la flammeuse vie, Cillez-vous, couvrez-vous de ténèbres, mes yeux : Non pas pour étouffer vos vigueurs coutumières, Car je vous ferai voir de plus vives lumières, Mais sortant de la nuit vous n’en verrez que mieux. Je m’ennuie, de vivre, et mes […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Qui Seroit Dans Les Cieux, Et Baisseroit Veuë

Qui seroit dans les Cieux, et baisseroit veuë Sur le large pourpris de ce sec element, Il ne croiroit de tout, rien qu’un poinct seulement Un poinct encor caché du voile d’une nuë: Mais s’il contemple apres ceste courtine blüe, Ce cercle de cristal, ce doré firmament, Il juge que son tour est grand infiniment, […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Si C’est Dessus Les Eaux Que La Terre Est Pressee

Si c’est dessus les eaux que la terre est presse Comment se soustient-elle encor si fermement ? Et si c’est sur les vents qu’elle a son fondement Qui la peut conserver sans estre renversee ? Ces justes contrepoids qui nous l’ont balancee Ne panchent-ils jamais d’un divers branslement ? Et qui nous fait solide ainsi […]

Auteur
Jean De Sponde
Recueil
Les Amours

Si J’avois Comme Vous Mignardes Colombelles

Si j’avois comme vous mignardes colombelles Des plumages si beaux sur mon corps attacgez, On auroit beau tenir mes esprits empeschez De l’indomptable fer de cent chaines nouvelles: Sur les aisles du vent je guiderois mes aisles J’irois jusqu’au sejour où mes biens sont cachez, Ainsi voyant de moy ces ennuis arrachez Je ne sentirois […]