Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Livre Du Promeneur

Le Rouge-gorge

Ne maudissez pas la vie parce qu’elle a des jours nébuleux et sombres : l’homme passe plus vite encore que les nuages qui l’attristent. Traversez par la pensée le voile qui vous cache les cieux, et le soleil ne vous manquera pas. Ne laissez pas de pâles brouillards obscurcir votre lampe, et désarmez l’hiver par […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Parricide

Maria

Élégie d’une jeune fille Velut prati Ultimi flos prœtereunte postquam Tactus aratro est. CATULLE. Nous sommes au printemps, et nos bois sont déserts, Et le printemps n’a pas, ramenant ses concerts, Réveillé les oiseaux endormis sous les branches ; L’aubépine est en deuil, et les faibles pervenches De leurs boutons flétris s’échappent sans couleurs ; […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Livre Du Promeneur

Le Vaisseau Spectre

Tous les marins vous raconteront la légende du vaisseau-spectre, de ce vaisseau de brouillard, monté par des fantômes, qui apparaît à l’improviste sur les flots, comme aux limites de l’horizon le nuage cuivré où couve la tempête. La tempête éclate ! toutes vos voiles se serrent, mais lui ne cargue pas les siennes ; il […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier

Méditation D’un Proscrit Sur La Peine De Mort

Le bonheur, quel qu’il soit, quand on l’a rencontré, Ne peut remplir le cœur qui l’avait imploré, Et, brûlé d’une soif que rien ne peut éteindre, Il cherche un autre but, pour mourir sans l’atteindre. Le mal, dont Reïzenfelt souffrait alors le plus, C’était d’aimer la gloire, et de s’en voir exclu ; Il ne […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Livre Du Promeneur

Le Visiteur Nocturne

C’était l’automne, la nuit. Le vent sifflait dans les arbres dépouillés du bois, et miaulait le long des bergeries, comme s’il eût voulu, pour se réchauffer, partager la litière des moutons. La pluie fouettait avec rage les vitraux de ma chaumière, et comme irritée de la trouver fermée. Assis près du feu, j’écrivais à la […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Parricide

Parisina

Vous l’avez arrachée de mon sein, et je n’ai pu cacher le sang de ma blessure. OTWAY, Don Carlos. I C’est l’heure où sur la branche on entend Philomèle Ravir l’air de ses chants que la plainte entremêle ; Où l’amant, introduit dans un furtif séjour, Fait d’éternels sermens qui ne durent qu’un jour ; […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Parricide

L’élégie D’un Rouge-gorge

Flet noctem, ramoque sedens miserabile carmen Integrat. VIRG. Si quand l’aube amène le jour, Ou que le soir est de retour, Je m’égare dans la vallée ; Je cherche, hélas ! mais sans la voir La bergère belle et voilée Qui jadis sous l’ombre isolée, En m’appelant venait s’asseoir ; Et moi, suspendant ma volée […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier

Tristesse

Quand les vents froids du nord, sifflant dans la vallée, Courbaient des saules noirs la tête échevelée ; Quand la neige, en nos champs dépeuplés de gazon, Laissait tomber des airs sa frileuse toison, J’accusais tristement l’hiver de ma paresse, Mais que l’herbe, disais-je, en nos prés reparaisse, Que le ruisseau glacé recommence à courir, […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier

Les Blocs Erratiques

Oui, lorsque de son âme entr’ouvrant les abîmes, On en tâte des yeux les profondeurs sublimes, Et qu’on en suit en soi les flux et les reflux, Nous y voyons souvent, entiers ou vermoulus, Se dresser devant nous des quartiers de pensée D’une date inconnue, ou du moins effacée, Qui, merveilleux d’aspect ou d’un sinistre […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier

Venise

Gondolier ! à Venise. — O ville enchanteresse ! Enfin je t’aperçois : Venise, une déesse A d’un coup de baguette élevé sur les mers Tes châteaux élégants, ton magique univers ! Au détroit de Sicile, on prétend que Morgane, Déroulant tout à coup sa cité diaphane, Y sème de ses dons le vaporeux trésor, […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Livre Du Promeneur

Les Bruits De La Nuit

L’homme a beau s’insurger contre ses rêves, ses rêves sont plus forts que lui. Une impression qu’il ne peut ni maîtriser, ni comprendre, vient souvent contredire à l’improviste les plus hautes spéculations de son esprit, donner un démenti à ses plus intrépides négations. Quel hardi penseur n’a pas quelquefois, dans la nuit, entendu avec une […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Livre Du Promeneur

Les Chemins De Fer

Il m’est impossible de regarder sans une sorte de tristesse ces chemins merveilleux auxquels notre industrie semble donner des ailes. Je ne sais si c’est un progrès que de pouvoir fendre ainsi l’espace comme une flèche ; mais ce qu’il y a de sûr, c’est que cela me rend plus sensible la rapidité de la […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Parricide

Les Deux Aveugles

Nous étions à moitié de tout. MONTAIGNE. Liv. I, chap. 27. Au milieu de ces monts qui dominent l’Alsace, Où de muets torrens, des abîmes de glace Assiègent de dangers les pas du voyageur, Où d’antiques ravins la profonde largeur Semble, en se dérobant sous l’épaisseur des neiges, Aux courses du chasseur tendre d’horribles pièges […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Parricide

Les Deux Mélodies

Victa morte finit sœpe vitam, spiritu prius Deficiente, quam cantu. PLINE, X. 29. Le soleil par le soir était déjà voilé, Le platane déjà, le saule échevelé, Allongeait sur les eaux une ombre plus obscure ; Sous les lois du sommeil ramenant la nature, Le silence régnait à la place du jour, Quand sous de […]

Auteur
Jules Lefèvre-Deumier
Recueil
Le Livre Du Promeneur

Les Horloges

Les sabliers nous avertissent que nous devenons tous ce qui compte nos instants. Les clepsydres nous disent qu’il n’y a pas dans ce monde une minute qui ne puisse être marquée par une larme, et que les générations qui se succèdent ne sont rien de plus que des gouttes d’eau qui tombent. Orateurs silencieux, les […]