Auteur
René Ghil

La Ville Au Loin…

Couronnés de thym et de marjolaine, Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. Du sentier des bois aux daims familier, Sur un noir cheval, sort un chevalier. Son éperon d’or brille en la nuit brune ; Et, quand il traverse un ravon de lune, On voit resplendir, d’un reflet changeant, Sur sa chevelure un casque […]

Auteur
René Ghil

Les Herseurs – Sous La Lune

Il pleut. J’entends le bruit égal des eaux ; Le feuillage, humble et que nul vent ne berce, Se penche et brille en pleurant sous l’averse ; Le deuil de l’air afflige les oiseaux. La bourbe monte et trouble la fontaine, Et le sentier montre à nu ses cailloux. Le sable fume, embaume et devient […]

Auteur
René Ghil

Les Yeux De L’aïeule

Quand le fil de ma vie (hélas, il tient à peine ! ) Tombera du fuseau qui le retient encor ; Quand ton nom, mêlé dans mon sort, Ne se nourrira plus de ma mourante haleine ; Quand une main fidèle aura senti ma main Se refroidir sans lui répondre ; Quand mon dernier espoir, […]

Auteur
René Ghil

Lieu De Lauriers

Qui voudroit resister à la puissance tienne Doux enfant de la nuit, il luy faudroit aux dieux S’esgaler tout à fait, escheler les hauts cieux, Et de leur doux Nectar humer la coupe pleine : Mais garde le tonnerre au fils de Dindymene Garde le traitement qu’eurent les factieux Qui mont sur mont monté, (forfaict […]

Auteur
René Ghil

Aux Temps Des Dieux

Barque échouée au bord des rivages bretons, J’ai désappris l’essor de mes jeunes sillages Et laissé, sur mes flancs, se nouer en festons Vos scalps souillés d’écume, ô goémons des plages. Il ne m’importe plus si d’autres les refont, Mes croisières d’antan, mes belles odyssées ; Promise au lent trépas des carènes blessées, J’abandonne le […]

Auteur
René Ghil

Berceuse De L’après-midi

Ce soir que vous ayant seulette rencontrée, Pour guérir mon esprit et le remettre en paix J’eus de vous, sans effort, belle et divine Astrée, La première faveur que j’en reçus jamais. Que d’attraits, que d’appas vous rendaient adorable ! Que de traits, que de feux me vinrent enflammer ! Je ne verrai jamais rien […]

Auteur
René Ghil

Dies Irae

Quand, sur le grand taureau, tu fendais les flots bleus, Vierge phénicienne, Europe toujours belle, La mer, soumise au Dieu, baisait ton pied rebelle, Le vent n’osait qu’à peine effleurer tes cheveux ! Un amant plus farouche, un monstre au cou nerveux T’emporte, maintenant, dans sa course éternelle ; La rafale, en fureur, te meurtrit […]

Auteur
René Ghil

En M’en Venant Au Tard De Nuit

Que Parténice est belle, encor qu’elle soit noire ! C’est le plus digne objet où s’adressent nos voeux ; A l’ébène éclatant qui luit en ses cheveux, L’or, et l’ambre ont cédé l’honneur de la victoire. Quelle si blanche main, ou d’albâtre ou d’ivoire , De ses liens si noirs peut défaire les noeuds ? […]

Auteur
René Ghil

Hymne De Guerre

Jamais coupe d’opale, où boivent les abeilles, Jamais perle d’azur, étoilant nos corbeilles, Ou vivant de notre air dans l’air vivant des blés, N’ont agi plus longtemps sur mes songes troublés, Que ce fantôme noir d’une plante momie, Dans son champ souterrain six mille ans endormie. Les jeunes soeurs d’hier, opulentes ou non, Ont toutes […]