Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Quand Du Sort Inhumain Les Tenailles Flambantes

Sonnet L. Quand du sort inhumain les tenailles flambantes Du milieu de mon corps tirent cruellement Mon coeur qui bat encor’ et pousse obstinément, Abandonnant le corps, ses plaintes impuissantes, Que je sens de douleurs, de peines violentes ! Mon corps demeure sec, abattu de tourment Et le coeur qu’on m’arrache est de mon sentiment, […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Ronsard Si Tu As Su Par Tout Le Monde Épandre

Sonnet V. Ronsard si tu as su par tout le monde épandre L’amitié, la douceur, les grâces, la fierté, Les faveurs, les ennuis, l’aise et la cruauté, Et les chastes amours de toi et ta Cassandre, Je ne veux à l’envi pour sa nièce, entreprendre D’en rechanter autant comme tu as chanté, Mais je veux […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Si Je Pouvais Porter Dedans Le Sein

Sonnet XXIII. Si je pouvoy’ porter dedans le sein, Madame, Avec mon amitié celle que j’ayme aussi, Je ne me plongeroy au curieux souci Qui dévore mes sens d’une ennuyeuse flamme. Doncques pour arrester l’aiguillon qui m’entame Donnez moy ce pourtraict, où je puisse transy Effacer vostre teint d’un désir endurci, Dévorant vos beautez de […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Si Mes Vers Innocents Ont Fait À Leur Déçu

Sonnet XCII. Si mes vers innocents ont fait à leur déçu, Courroucer votre front d’une faute imprudente, C’est l’amour qui par eux votre louange chante : Amour a fait du mal, si du mal y a eu. Lichas l’infortuné porta ainsi déçu, Au fils d’Amphitryon la chemise sanglante, Telle fut la prière, et folle et […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane
Thematiques
Passion

Si Vous Voyiez Mon Coeur Ainsi Que Mon Visage

Sonnet XCIV. Si vous voyiez mon coeur ainsi que mon visage, Vous le verriez sanglant, transpercé mille fois, Tout brûlé, crevassé, vous seriez sans ma voix Forcée à me pleurer, et briser votre rage. Si ces maux n’apaisaient encor votre courage Vous feriez, ma Diane, ainsi comme nos rois, Voyant votre portrait souffrir les mêmes […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Sort Inique Et Cruel

Sonnet XCV. Sort inique et cruel ! le triste laboureur Qui s’est arné le dos à suivre sa charrue, Qui sans regret semant la semence menue Prodigua de son temps l’inutile sueur, Car un hiver trop long étouffa son labeur, Lui dérobant le ciel par l’épais d’une nue, Mille corbeaux pillards saccagent à sa vue […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Soupirs Épars, Sanglots En L’air Perdus

Sonnet XCIX. Soupirs épars, sanglots en l’air perdus, Témoins piteux des douleurs de ma gêne, Regrets tranchants avortés de ma peine, Et vous, mes yeux, en mes larmes fondus, Désirs tremblants, mes pensers éperdus, Plaisirs trompés d’une espérance vaine, Tous les tressauts qu’à ma mort inhumaine Mes sens lassés à la fin ont rendus, Cieux […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Par Ses Yeux Conquerans Fust Tristement Ravie

Sonnet LXXXVI. Par ses yeux conquerans fust tristement ravie Ma serve liberté, en la propre saison Que le soleil plus chault reprend sur l’horizon Sa course d’autre part qu’il ne l’a poursuivie, Et au poinct proprement du solstice ma vie, S’engageant par les yeux, enchaisna sa raison Et garda dès ce jour la chaîne, la […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Pauvre Peintre Aveuglé

Sonner XXIV. Pauvre peintre aveuglé, qu’est-ce que tu tracasses A ce petit portrait où tu perds ton latin, Essayant d’égaler de ton blanc argentin Ou du vermeil, le lys et l’oeillet de sa face ? Ce fat est amoureux, et veut gagner ma place. Il lui peint pour le front, la bouche et le tétin. […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane
Thematiques
Solitude

Miséricorde, Ô Cieux, Ô Dieux Impitoyables

Sonnet III. Miséricorde, ô Cieux, ô Dieux impitoyables, Epouvantables flots, ô vous, pâles frayeurs Qui même avant la mort faites mourir les coeurs, En horreur, en pitié, voyez ces misérables ! Ce navire se perd, dégarni de ses câbles, Ses câbles, ses moyens, de ses espoirs menteurs La voile est mise à bas, les plus […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Nos Désirs Sont D’amour

Sonnet LXXIII. Nos désirs sont d’amour la dévorante braise, Sa boutique nos corps, ses flammes nos douleurs, Ses tenailles nos yeux, et la trempe nos pleurs, Nos soupirs ses soufflets, et nos sens sa fournaise. De courroux, ses marteaux, il tourmente notre aise Et sur la dureté, il rabat nos malheurs, Elle lui sert d’enclume […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Nous Ferons, Ma Diane, Un Jardin Fructueux

Sonnet XX. Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux : J’en serai laboureur, vous dame et gardienne. Vous donnerez le champ, je fournirai de peine, Afin que son honneur soit commun à nous deux. Les fleurs dont ce parterre éjouira nos yeux Seront vers florissants, leurs sujets sont la graine, Mes yeux l’arroseront et seront […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Ô Combien Le Repos Devrait Être Plaisant

Sonnet LXVI. Ô combien le repos devrait être plaisant Après un long chemin, fâcheux et difficile ! Ô combien la santé qui tire le débile Hors du lit par la main, le va favorisant ! Combien, après la nuit, le soleil reluisant Fait paraître au matin son jour doux et utile, Combien après l’hiver vaut […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

On Ne Voit Rien Au Ciel, En La Terre Pezante

Sonnet LXXXVII. On ne voit rien au Ciel, en la terre pezante, Au feu, en l’eau, à l’air, qu’en le considérant Mon esprit affligé n’aille se martirant, Et mon âme sur soy cruellyse insolente, Quand une âme céleste, une paresse lente A me donner la vie, un brandon dévorant, Une mer d’inconstance, et un esprit […]

Auteur
Théodore Agrippa d'Aubigné
Recueil
Hécatombe à Diane

Ores Qu’on Voit Le Ciel

Sonnet LXXXIV. Ores qu’on voit le Ciel en cent mille bouchons Cracheter sur la terre une blanche dragée, Et que du gris hyver la perruque chargée Enfarine les champs de neige, et de glaçons, Je veux garder la chambre, et en mille façons Meurtrir de coups plombez ma poitrine outragée, Rendre de moy sans tort […]