Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

Une Heure De Soir

En ces heures de soirs et de brumes ployés Sur des fleuves partis vers des fleuves sans bornes, Si mornement tristes contre les quais si mornes, Luisent encor des flots comme des yeux broyés. Comme des yeux broyés luisent des flots encor, Tandis qu’aux poteaux noirs des ponts, barrant les hâvres, Quels heurts mous et […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

Les Jardins

Le paysage il a changé et des gradins, Mystiquement fermés de haies, Inaugurent parmi des plants d’ormaies. Une vert et or enfilade de jardins. Chaque montée est un espoir En escalier vers une attente ; Par les midis chauffés la marche est haletante Mais le repos attend au bout du soir. Les ruisselets qui font […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

La Plaine (i)

Je veux mener tes yeux en lent pèlerinage Vers ces loins de souffrance, hélas ! où depuis quand, Depuis quels jours d’antan, mon coeur fait hivernage ! C’est mon pays d’immensément, Où ne croît rien que du néant, Battu de pluie et de grand vent. C’est mon pays de long linceul. Mes rivières y font […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

La Plaine (ii)

Par les plaines de mon âme, tournée au Nord, Le vieux berger des novembres mornes, il corne, Debout, comme un malheur, au seuil du bercail morne, Il corne au loin l’appel des brebis de la mort. L’étable est faite en moi avec mon vieux remord, Au fond de mes pays de tristesse sans borne, Par […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

La Peur

Par les plaines de ma crainte, tournée au Nord, Voici le vieux berger des Novembres qui corne, Debout, comme un malheur, au seuil du bercail morne, Qui corne au loin l’appel des troupeaux de la mort. L’étable est là, lourde et vieille comme un remords, Au fond de mes pays de tristesse sans borne, Qu’un […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

Celle Du Jardin

Je vis l’Ange gardienne en tel jardin s’asseoir Sous des nimbes de fleurs irradiantes Et des vignes comme en voussoir ; Auprès d’elle montaient des héliantes. Ses doigts, dont les bagues humbles et frêles Entouraient la minceur d’un cercle de corail, Tenaient des couples de roses fidèles Noués de laine et scellés d’un fermail, Un […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

Celui De La Fatigue

Ce soir, l’homme de la fatigue A regarder s’illimiter la mer, Sous le règne du vent despote et des éclairs, Les bras tombants, là-bas, s’est assis sur ma digue. Le vêtement des plus beaux rêves, L’orgueil des humaines sciences brèves, L’ardeur, sans plus aucun sursaut de sève, Tombaient, en loques, sur son corps : Cet […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

Celui De L’horizon

J’ai regardé, par la lucarne ouverte, au flanc D’un phare abandonné que flagellait la pluie : Des trains tumultueux, sous des tunnels de suie, Sifflaient, toisés de loin par des fanaux de sang. Le port, immensément hérissé de grands mâts, Dormait, huileux et lourd, en ses bassins d’asphalte ; Un seul levier, debout sur un […]

Auteur
Émile Verhaeren
Recueil
Les Apparus Dans Mes Chemins

Celui Du Rien

Je suis celui des pourritures grandioses Qui s’en revient du pays mou des morts ; Celui des Ouests noirs du sort Qui te montre, là-bas, comme une apothéose, Son île immense, où des guirlandes , De détritus et de viandes Se suspendent, Tandis, qu’entre les fleurs somptueuses des soirs, S’ouvrent les grands yeux d’or de […]