Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Invocation

O Nature, mère immortelle, Dieu vivant parmi les dieux morts, Consolatrice des remords ! Nature, ta puissance est telle Que, par toi, chantent les douleurs Et les tombeaux portent des fleurs ; En toi vit la beauté des mondes, La pitié des cieux éternels, L’amour des êtres fraternels ! Silence des forêts profondes, Voix des […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Les Pavots

Clairsemés dans la moisson verte, Les pavots la vont rougissant Comme des piqûres ouvertes Au cou d’un animal puissant. Le vent qui roule son haleine Sur le flot onduleux du blé Fait haleter toute la plaine Comme un bœuf au soc attelé. O vaillante bête, ô nature, Sous l’aiguillon qui te torture, Voici que le […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Matutina

À Feyen Perrin. I LE bleu du ciel pâlit. Comme un cygne émergeant D’un grand fleuve d’azur, l’Aube, parmi la brume, Secoue à l’horizon les blancheurs de sa plume Et flagelle l’air vif de son aile d’argent. Un long tressaillement autour d’elle s’éveille, Et, par flots onduleux jusqu’au zénith monté, Dans l’azur transparent déroule la […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Nénuphares

Sur l’eau morte et pareille aux espaces arides Où le palmier surgit dans les sables brûlants, Le nénuphar emplit de parfums somnolents L’air pesant où s’endort le vol des cantharides. Sur l’eau morte à l’aspect uni comme les flancs D’une vierge qui montre aux cieux son corps sans rides, Le nénuphar, nombril des chastes néréides, […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Tableautins

I Le Pêcheur Comme un pêcheur debout sur la rive profonde, Dieu, sur le bord du ciel devançant le matin, Jette, — immense filet, — chaque jour sur le monde Et l’entraîne, le soir, plein d’un sombre butin. Ceux-là que nous aimons, ce sont ceux qu’il emporte : Ce qu’il en fait là-haut, nul ne […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Vespera

À Philothée Oneddy. I LE soleil, déchiré par les rocs ténébreux, Tombe, comme César, dans sa robe sanglante, Avant de nous quitter, l’heure se fait plus lente, Et de confuses voix murmurent des adieux C’est le soir ! — L’horizon se remplit de lumière, Et la pourpre s’allume aux rives de l’azur ; Et le […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

Paysages Métaphysiques Cieux Nocturnes

À Eumène Queillé. I IL est un grand tombeau dont l’horreur me poursuit, Large, froid, et peuplé de silences funèbres : — C’est l’immense tombeau qu’ouvre sur nous la nuit Dans l’azur dilaté par l’effroi des ténèbres. Comme des jours furtifs où glisse la pâleur D’un ciel d’or très lointain, au travers d’un mur sombre, […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 04 Les Sources

Errant sous le dôme emperlé Des verdures ensommeillées ; Parfois, au sortir des feuillées, L’œil clair des sources m’a troublé. — L’eau regarde : — et l’aurore éveille, Dans ce regard lent et discret, Comme l’étonnement secret D’un jeune esprit qui s’émerveille. Comme en un rêve de candeur, L’eau regarde, et l’étrange flamme Des choses […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 05 Les Nuages

Les morts vont vite. BURGËR. I Du front des sources qui, sans trêve, Se lamentent sous les gazons, Vers le ciel bleu des horizons Ils sont remontés, comme un rêve : Fils des terrestres éléments, Nés des pleurs éternels de l’onde, Plus haut que ses gémissements Ils ont fui par delà le monde ! Et, […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 06 Les Astres

Comme au front monstrueux d’une bête géante Des yeux, des yeux sans nombre, effroyables, hagards, Les Astres, dans la nue impassible et béante, Versent leurs rayons d’or pareils à des regards. Des haines, des amours, tout ce qui fut le monde, Vibrent dans ces regards obstinés et vainqueurs ; Et la bête, sans doute, a […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 07 La Mer

O Mer, sinistre Mer que la bise d’automne Secoue et fait claquer ainsi qu’un vain lambeau ; O Mer, joyeuse Mer, magnifique manteau Qu’agrafe le Soleil aux flancs nus de Latone ; O Mer, sinistre Mer dont les gémissements Troublent l’esprit nocturne attardé sur les grèves ; O Mer, joyeuse Mer qui, pour bercer les […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 08 La Neige

On dirait que la Terre a bu le sang des lis Et d’un deuil éclatant voile cette hécatombe, Car déjà la blancheur des marbres clôt la tombe Où dorment pour longtemps ces doux ensevelis. Je t’adore, ô pâleur des vierges trépassées Dans l’éblouissement des rêves amoureux, Emportant dans l’azur les essors douloureux De leur âme […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 09 Les Voix

Parlez, terrestres voix, chant nocturne des choses, Des langues à venir chuchotement lointain, Cris des enfantements, chœur des métamorphoses, Dernier adieu des morts dont la forme s’éteint ; Bruit des déchirements sans fin de la Matière, Lent et plaintif écho des engloutissements, Lente et sourde clameur dont la nature entière Dénonce le travail obscur des […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 10 Les Parfums

Pareille au fin réseau que sur sa gorge nue Psyché serrait, pleurant ses premières pudeurs, Une invisible mer balance sous la nue Le flux et le reflux des terrestres odeurs. Comme un sein virginal que traverse une haleine De parfums infinis, tièdes et pénétrants, Un souffle intérieur a visité la plaine Et soulève du sol […]

Auteur
Armand Silvestre
Recueil
Les Renaissances

La Vie Des Morts La Nature 11 Épilogue

Allumés dans la nuit sereine où nous mourons, Gazons qui fleurissez les humaines reliques, Vous n’êtes pas encor tout ce que nous serons ! Grands bois debout dans l’ombre où naissent les mystères, Nuages qui passez, rapides, sur nos fronts, Sources aux regards lents et doucement austères, Vous n’êtes pas encor tout ce que nous […]