Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Reposez-vous Et Remerciez

(Au sommet du Glenroe *). Ayant monté longtemps d’un pas lourd et pesant Les rampes, au sommet désiré du voyage, Près du chemin gravi, bordé de fin herbage, Oh ! qui n’aime à tomber d’un cœur reconnaissant ? Qui ne s’y coucherait, délassé, se berçant Aux propos entre amis, ou seul, au cri sauvage Du […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août
Thematiques
Lieux

Rome

À Madame de Staël. Au sein de Parthénope as-tu goûté la vie ? Dans le tombeau du monde apprenons à mourir ! Sur cette terre en vain, splendidement servie, Le même astre immortel règne sans se couvrir ; En vain, depuis les nuits des hautes origines, Un ciel inaltérable y luit d’un fixe azur, Et, […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Sainte Thérèse À Jésus Crucifié

Sonnet. Ce qui m’excite à t’aimer, ô mon Dieu, Ce n’est pas l’heureux ciel que mon espoir devance, Ce qui m’excite à t’épargner l’offense, Ce n’est pas l’enfer sombre et l’horreur de son feu ! C’est toi, mon Dieu, toi par ton libre vœu Cloué sur cette croix où t’atteint l’insolence ; C’est ton saint […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Sonnet De Sainte Thérèse À Jésus Crucifié

Ce qui m’excite à t’aimer, ô mon Dieu, Ce n’est pas l’heureux ciel que mon espoir devance, Ce qui m’excite à t’épargner l’offense, Ce n’est pas l’enfer sombre et l’horreur de son feu ! C’est toi, mon Dieu, toi par ton libre vœu Cloué sur cette croix où t’atteint l’insolence ; C’est ton saint corps […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Une Jeune Femme Au Bain

À Madame Récamier. (Sur un portrait de Gérard.) Dans ce frais pavillon de marbre et de verdure, Quand le flot naturel avec art détourné, Pour former un doux lac, vient baiser sans murmure Le pourtour attiédi du pur jaspe veiné ; Quand le rideau de pourpre assoupit la lumière, Quand un buisson de rose achève […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

La Voilà, Pauvre Mère, À Paris Arrivée

La voilà, pauvre mère, à Paris arrivée Avec ses deux enfants, sa fidèle couvée ! Veuve, et chaste, et sévère, et toute au deuil pieux, Elle les a, seize ans, élevés sous ses yeux En province, en sa ville immense et solitaire, Déserte à voir, muette autant qu’un monastère, Où croît l’herbe au pavé, la […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Le Château De Bothwell

Dans les tours de Bothwell, prisonnier autrefois, Plus d’un brave oubliait (tant cette Clyde est belle !) De pleurer son malheur et sa cause fidèle. Moi-même, en d’autres temps, je vins là ; — Je vous vois Dans ma pensée encor, flots courants, sous vos bois ! Mais, quoique revenu près des bords que j’appelle, […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Le Conducteur De Cabriolet

Nam cur Quae laedunt oculos festinas demere : si quid Est animum, differs curandi tempus in annum ? HORACE, Ép. II, liv. I. Dans ce cabriolet de place j’examine L’homme qui me conduit, qui n’est plus que machine, Hideux, à barbe épaisse, à longs cheveux collés : Vice et vin et sommeil chargent ses yeux […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Maria

Incomtum Lacenae More comam religata nodum. HORACE A M. DE LURDE Sur un front de quinze ans la chevelure est belle; Elle est de l’arbre en fleurs la grace naturelle, Le luxe du printemps et son premier amour: Le sourire la suit et voltige alentour; La mère en est heureuse, et dans sa chaste joie […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Monsieur Jean, Maître D’école

En ces temps de vitesse et de nivellement, De pouvoirs sans sommet comme sans fondement, Où rien ne monte un peu qui soudain ne chancelle, Il est encore, il est, tout au bas de l’échelle, Un bien humble pouvoir, et qui n’a pas failli, Qui s’est perpétué par-delà le bailli Au maire, sans déchoir, c’est […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Non, Je Ne Suis Pas Gaie

Sonnet à Madame G.  » Non, je ne suis pas gaie en mes fuites volages. Autant qu’on croirait bien, disait-elle en jouant ; Je sens aussi ma peine, et pleurerais souvent ; Mais c’est que dans l’esprit j’ai beaucoup de passages.  » Mot charmant qui la peint ! — Oui, de légers nuages Comme en […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Pensée D’août

Assis sur le versant des coteaux modérés D’où l’œil domine l’Oise et s’étend sur les prés ; Avant le soir, après la chaleur trop brûlante, À cette heure d’été déjà plus tiède et lente ; Au doux chant, mais déjà moins nombreux, des oiseaux ; En bas voyant glisser si paisibles les eaux, Et la […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

Quand De La Jeune Amante

Quand, de la jeune amante, en son linceul couchée, Accompagnant le corps, deux Amis d’autrefois, Qui ne nous voyons plus qu’à de mornes convois, À cet âge où déjà toute larme est séchée ; Quand, l’office entendu, tous deux silencieux, Suivant du corbillard la lenteur qui nous traîne, Nous pûmes, dans le fiacre où six […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

La Cabane Du Highlander

Elle est bâtie en terre, et la sauvage fleur Orne un faite croulant ; toiture mal fermée, Il en sort, le matin, une lente fumée, (Voyez) belle au soleil, blanche et torse en vapeur ! Le clair ruisseau des monts coule auprès ; n’ayez peur D’approcher comme lui ; quand l’âme est bien formée, On […]

Auteur
Charles-Augustin Sainte-Beuve
Recueil
Pensées d'août

La Fontaine De Boileau

A Madame la comtesse Molé Dans les jours d’autrefois qui n’a chanté Bâville? Quand septembre apparu délivrait de la ville Le grave Parlement assis depuis dix mois, Bâville se peuplait des hôtes de son choix, Et, pour mieux animer son illustre retraite, Lamoignon conviait et savant et poète. Guy Patin accourait, et d’un éclat soudain […]