Auteur
François de Malherbe
Recueil
Poésies livre I

Invective Contre Les Mignons De Henri Iii

Fragments d’une ode. Les peuples, pipés de leur mine, Les voyant ainsi renfermer, Jugeaient qu’ils parlaient de s’armer Pour conquérir la Palestine, Et borner de Tyr à Calis L’empire de la fleur de lis : Et toutefois leur entreprise Était le parfum d’un collet, Le point coupé d’une chemise, Et la figure d’un ballet. De […]

Auteur
François de Malherbe
Recueil
Poésies livre I

À La Reine Marie De Médicis

(Sur sa bienvenue en France.) Peuples, qu’on mette sur la tête Tout ce que la terre a de fleurs ; Peuples, que cette belle fête À jamais tarisse nos pleurs : Qu’aux deux bouts du monde se voit Luire le feu de notre joie ; Et soient dans les coupes noyés Les soucis de tous […]

Auteur
François de Malherbe
Recueil
Poésies livre I

À M. De La Garde

Au sujet de son Histoire Sainte. 1628. La Garde, tes doctes écrits Montrent les soins que tu as pris À savoir tant de belles choses ; Et ta prestance et tes discours Étalent un heureux concours De toutes les grâces écloses. Davantage tes actions Captivent les affections Des cœurs, des yeux, et des oreilles ; […]

Auteur
François de Malherbe
Recueil
Poésies livre I

À M. Le Cardinal De Richelieu (i)

Fragments d’une ode. 1623 ou 1624. Grand et grand prince de l’église, Richelieu, jusques à la mort, Quelque chemin que l’homme élise, Il est à la merci du sort. Nos jours filés de toutes soies Ont des ennuis comme des joies ; Et de ce mélange divers Se composent nos destinées, Comme on voit le […]

Auteur
François de Malherbe
Recueil
Poésies livre I

Au Roi Henri Le Grand

(Sur la réduction de Marseille à l’obéissance de ce roi, sous les ordres du duc de Guise, gouverneur de Provence.) 1596. Enfin, après tant d’années, Voici l’heureuse saison, Où nos misères bornées Vont avoir leur guérison. Les dieux, longs à se résoudre, Ont fait un coup de leur foudre, Qui montre aux ambitieux Que les […]

Auteur
François de Malherbe
Recueil
Poésies livre I

Au Roi Henri Le Grand (i)

FRAGMENTS D’UNE ODE AU ROI HENRI LE GRAND. 1596. Soit que, de tes lauriers la grandeur poursuivant, D’un cœur où l’ire juste et la gloire commande Tu passes comme un foudre en la terre flamande, D’Espagnols abattus la campagne pavant ; Soit qu’en sa dernière tête L’hydre civile t’arrête ; Roi, que je verrai jouir […]