Poésie En Table D’émeraude

Le soleil en est le père, la lune est sa mère, le vent l’a porté dans son ventre la Terre est sa nourrice Le père de tout le telesme de tout le monde est ici Sa force ou puissance est entière si elle est convertie en terre Tu sépareras la terre du feu le subtil […]

Soleils Couchants

Oh ! regardez le ciel ! cent nuages mouvants, Amoncelés là-haut sous le souffle des vents, Groupent leurs formes inconnues ; Sous leurs flots par moments flamboie un pâle éclair. Comme si tout à coup quelque géant de l’air Tirait son glaive dans les nues.Le soleil, à travers leurs ombres, brille encor ; Tantôt fait, à l’égal des larges […]

Ronde Sentimentale

Sur les gazons verts, le soir nous dansons, Au clair de la lune, au bruit des chansons. Tout brûlant d’amour, le Ciel dit à l’Onde : Je ne puis descendre et baiser tes flots, Ni dans tes beaux yeux, par le soir déclos, Voir se refléter ton âme profonde. Sur les gazons verts, le soir […]

Sieste

La sombre forêt, où la roche Est pleine d’éblouissements Et qui tressaille à mon approche, Murmure avec des bruits charmants. Les fauvettes font leur prière ; La terre noire après ses deuils Refleurit, et dans la clairière Je vois passer les doux chevreuils. Voici la caverne des Fées D’où fuyant vers le bleu des cieux, […]

Sous Bois

À travers le bois fauve et radieux, Récitant des vers sans qu’on les en prie, Vont, couverts de pourpre et d’orfèvrerie, Les Comédiens, rois et demi-dieux. Hérode brandit son glaive odieux ; Dans les oripeaux de la broderie, Cléopâtre brille en jupe fleurie Comme resplendit un paon couvert d’yeux. Puis, tout flamboyants sous les chrysolithes, […]

Vénus Couchée

L’été brille ; Phœbus perce de mille traits, En haine de sa sœur, les vierges des forêts, Et dans leurs flancs brûlés de flammes vengeresses Il allume le sang des jeunes chasseresses. Dans les sillons rougis par les feux de l’été, Entouré d’un essaim, le bœuf ensanglanté Marche les pieds brûlants sous de folles morsures. […]

Soupir

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur, Un automne jonché de taches de rousseur Et vers le ciel errant de ton œil angélique Monte, comme dans un jardin mélancolique, Fidèle, un blanc jet d’eau soupire vers l’Azur ! — Vers l’Azur attendri d’Octobre pâle et pur Qui mire aux grands bassins sa […]

Sieste

Sonnet. Je passerai l’été dans l’herbe, sur le dos, La nuque dans les mains, les paupières mi-closes, Sans mêler un soupir à l’haleine des roses Ni troubler le sommeil léger des clairs échos. Sans peur je livrerai mon sang, ma chair, mes os, Mon être, au cours de l’heure et des métamorphoses, Calme et laissant […]

Rêve

Ô mes auteurs chéris, vous qui, lorsque je pleure, Me consolez toujours, m’entourez à toute heure, Vos écrits ont calmé mes pensers dévorants, Et je vous aime tous, en amis, en parents !… Dans mes rêves brillants, fils de la poésie, Je vois s’ouvrir pour moi votre foule choisie ; Votre voix m’encourage, et je […]

Paysage

À travers les massifs des pâles oliviers L’Archer resplendissant darde ses belles flèches Qui, par endroits, plongeant au fond des sources fraîches, Brisent leurs pointes d’or contre les durs graviers. Dans l’air silencieux ni souffles ni bruits d’ailes, Si ce n’est, enivré d’arôme et de chaleur, Autour de l’églantier et du cytise en fleur, Le […]

Symphonie

Ô chevrier ! ce bois est cher aux Piérides. Point de houx épineux ni de ronces arides ; À travers l’hyacinthe et le souchet épais Une source sacrée y germe et coule en paix. Midi brûle là-bas où, sur les herbes grêles, On voit au grand soleil bondir les sauterelles ; Mais, du hêtre au […]

Promenade

Vous qu’à mon côté ma barque balance, Regardez là-haut ce firmament bleu, Magnifique espace où l’âme s’élance Et monte en chantant jusqu’aux pieds de Dieu ! Vous qu’à mon côté berce ma nacelle, Regardez au loin l’Océan d’azur, Bassin dont l’eau vive au jour étincelle, Grand comme le ciel et comme lui pur ! Mer […]

Tempête

Tout regard se perd, tant la brume est noire ; Il ne fut jamais plus aveugle nuit : Au sein du néant je pourrais me croire, Si je n’entendais un immense bruit. Cette voix, ô mer ! C’est ta voix qui tonne Sur l’écueil voisin chargé de galets, Tandis que le vent, le grand vent […]

Promenade

Nous qui croyons souffrir, songeons à la souffrance De ceux qui vivent seuls, sans même une espérance, Et qui mourront tout seuls ; Regardons les méchants et ceux de qui la vie N’a d’autre but que d’être à jamais asservie Aux choses dont la mort fait les vers des linceuls ! Vois les hommes des […]

Paysage

Je veux, pour composer chastement mes églogues, Coucher auprès du ciel, comme les astrologues, Et, voisin des clochers, écouter en rêvant Leurs hymnes solennels emportés par le vent. Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde, Je verrai l’atelier qui chante et qui bavarde ; Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la […]