Le Thé

Ô jours de mon printemps, jours couronnés de rose, A votre fuite en vain un long regret s’oppose. Beaux jours, quoique, souvent obscurcis de mes pleurs, Vous dont j’ai su jouir même au sein des douleurs, Sur ma tête bientôt vos fleurs seront fanées ; Hélas ! bientôt le flux des rapides années Vous aura […]

Le Démêloir

Je sais qu’elle est pareille aux Anges de lumière. Elle a des rayons d’astre éclos sous sa paupière, Et je vois aux candeurs de son pied calme et pur Qu’il a marché longtemps sur les tapis d’azur. Sa bouche harmonieuse et de charme inondée Semble, à son doux parfum de roses de Judée, Avoir vidé […]

Les Parfums

À Georges Lorin. Un parfum chante en moi comme un air obsédant : Tout mon corps se repaît de sa moindre bouffée, Et je crois que j’aspire une haleine de fée, Qu’il soit proche ou lointain, qu’il soit vague ou strident. Fils de l’air qui les cueille ou bien qui les déterre, Ils sont humides, […]

La Cigarette

Ah ! la bonne cigarette Que j’ai fumée Pourtant mon coeur la regrette, O bien-aimée ! Ah ! la bonne cigarette Que j’ai fumée Pourtant mon coeur la regrette, O bien-aimée !J’ai pris une braise au milieu des cendres Et je me suis mis alors à fumer En m’entortillant dans les bleus méandres De ma cigarette au goût parfumé ; […]

Vitrail

Sur un fond d’or pâli, les saints rouges et bleus Qu’un plomb noir délimite en dessins anguleux, Croisant les bras, levant au ciel un œil étrange : Marc, brun, près du lion ; Mathieu, roux, près de l’ange Et Jean, tout rose, avec l’oiseau des empereurs ; Luc, et son bœuf, qui fait songer aux […]

Le Lys

Hors du coffret de laque aux clous d’argent, parmi Les fleurs du tapis jaune aux nuances calmées, Le riche et lourd collier, qu’agrafent deux camées, Ruisselle et se répand sur la table à demi. Un oblique rayon l’atteint. L’or a frémi. L’étincelle s’attache aux perles parsemées, Et midi darde moins de flèches enflammées Sur le […]

La Robe De Laine

Sonnet. La robe de laine a des tons d’ivoire Encadrant le buste, et puis, les guipures Ornent le teint clair et les lignes pures, Le rire à qui tout sceptique doit croire. Oh ! je ne veux pas fouiller dans l’histoire Pour trouver les criminelles obscures Ou les délicieuses créatures Comme vous, plus tard, couvertes […]

Une Gravure Fantastique

Ce spectre singulier n’a pour toute toilette, Grotesquement campé sur son front de squelette, Qu’un diadème affreux sentant le carnaval. Sans éperons, sans fouet, il essouffle un cheval, Fantôme comme lui, rosse apocalyptique Qui bave des naseaux comme un épileptique. Au travers de l’espace ils s’enfoncent tous deux, Et foulent l’infini d’un sabot hasardeux. Le […]

Le Portrait

Sonnet. La Maladie et la Mort font des cendres De tout le feu qui pour nous flamboya. De ces grands yeux si fervents et si tendres, De cette bouche où mon coeur se noya, De ces baisers puissants comme un dictame, De ces transports plus vifs que des rayons, Que reste-t-il ? C’est affreux, ô […]

Le Portrait

Cet émail où de son visage Le pinceau n’a tracé qu’une imparfaite image, Sans me la rappeler charme encore mon regard ; Devais-je espérer davantage De l’œuvre d’un mortel et des efforts de l’art ? Ce monde connaît-il une autre ressemblance ? Oh ! Combien cependant ce visage est glacé Près de celui que le […]

La Cloche Du Village

Quand du clocher vibrant l’hirondelle habitante S’envole au vent d’airain qui fait trembler sa tente, Et de l’étang ridé vient effleurer les bords, Ou qu’à la fin du fil qui chargeait sa quenouille La veuve du village à ce bruit s’agenouille Pour donner leur aumône aux morts :Ce qu’éveille en mon sein le chant du toit […]

Le Petit Endroit

Vous qui venez ici Dans une humble posture De vos flancs alourdis Décharger le fardeau Veuillez quand vous aurez Soulagé la nature Et déposé dans l’urne Un modeste cadeau Epancher dans l’amphore Un courant d’onde pure Et sur l’autel fumant Placer pour chapiteau Le couvercle arrondi Dont l’auguste jointure Aux parfums indiscrets Doit servir de […]

Les Parfums

La moisson sent le pain : la terre boulangère Se trahit dans ses lourds épis aux grains roussis, Et caresse au parfum de ses chaumes durcis L’odorat du poète et de la ménagère. La tête dans l’air bleu, les pieds dans la fougère, Les bois sont embaumés d’un arôme indécis. La mer souffle, en mourant […]