Le Crucifix

I je ne quiers pas la fameuse couronne, Saint ornement du Dieu au chef doré, Ou que, du Dieu aux Indes adoré, Le gai chapeau la tête m’environne. Encores moins veux je que l’on me donne Le mol rameau en Cypre décoré Celui qui est d’Athènes honoré, Seul je le veux, et le Ciel me […]

Extase

J’étais seul près des flots, par une nuit d’étoiles. Pas un nuage aux cieux, sur les mers pas de voiles. Mes yeux plongeaient plus loin que le monde réel. Et les bois, et les monts, et toute la nature, Semblaient interroger dans un confus murmure Les flots des mers, les feux du ciel. Et les […]

Dieu

Dieu. À travers ce qu’on sent confusément bruire, C’est lui qui fait trembler, c’est lui qui fait reluire L’oeil sous le cil baissé, l’eau sous la berge en fleurs ; Le rayon de la lune au bas des monts paisibles Et le vague reflet des choses invisibles Au front incliné des rêveurs.

Le Désespoir

Saintes demeures du silence, Lieux pleins de charmes et d’attraits, Port où, dans le sein de la paix, Règne la Grâce et l’Innocence ; Beaux déserts qu’à l’envi des cieux, De ses trésors plus précieux A comblés la nature, Quelle assez brillante couleur Peut tracer la peinture De votre adorable splendeur ? Les moins éclatantes […]

Pieusement

Viens lentement t’asseoir Près du parterre dont le soir Ferme les fleurs de tranquille lumière, Laisse filtrer la grande nuit en toi : Nous sommes trop heureux pour que sa mer d’effroi Trouble notre prière. Làhaut, le pur cristal des étoiles s’éclaire : Voici le firmament plus net et translucide Qu’un étang bleu ou qu’un […]

Extase

Sonnet LXX bis. Ainsi l’amour du Ciel ravit en ces hauts lieux Mon âme sans la mort, et le corps en ce monde Va soupirant çà bas à liberté seconde De soupirs poursuivant l’âme jusques aux Cieux. Vous courtisez le Ciel, faibles et tristes yeux, Quand votre âme n’est plus en cette terre ronde : […]

Sainte

À la fenêtre recélant Le santal vieux qui se dédore De sa viole étincelant Jadis avec flûte ou mandore, Est la Sainte pâle, étalant Le livre vieux qui se déplie Du Magnificat ruisselant Jadis selon vêpre et complie : À ce vitrage d’ostensoir Que frôle une harpe par l’Ange Formée avec son vol du soir […]

Eve Et Marie

Homme, qui que tu sois, regarde Eve et Marie, Et comparant ta mère à celle du Sauveur, Vois laquelle des deux en est le plus chérie, Et du Père Eternel gagne mieux la faveur. L’une à peine respire et la voilà rebelle, L’autre en obéissance est sans compassion ; L’une nous fait bannir, par l’autre […]

Vêpres Rustiques

Le dernier coup de vêpres a sonné : l’on tinte. Entrons donc dans l’Église et couvrons-nous d’eau sainte. Il y a peu de monde encore. Qu’il fait frais ! C’est bon par ces temps lourds, ça semble fait exprès. On allume les six grands cierges, l’on apporte Le ciboire pour le salut. Voici la porte […]

Noël

Petit Jésus qu’il nous faut être, Si nous voulons voir Dieu le Père, Accordez-nous d’alors renaître En purs bébés, nus, sans repaire Qu’une étable, et sans compagnie Qu’une âne et qu’un bœuf, humble paire ; D’avoir l’ignorance infinie Et l’immense toute-faiblesse Par quoi l’humble enfance est bénie ; De n’agir sans qu’un rien ne blesse […]

Lumière

Perdu dans les brouillards du sophisme et du doute, Le monde, dans un noir tournoîment emporté, S’effarait, quand soudain retentit sur la route La voix de l’immanente infaillibilité. Et l’on vit, aveuglant les fils de Zoroastre, Perçant l’ombre où la haine occulte écume encor, Brillante des clartés que verse un lever d’astre, Resplendir la tiare […]

Patrie Intime

Je veux vivre seul avec toi Les jours de la vie âpre et douce, Dans l’assurance de la Foi, Jusqu’à la suprême secousse. Je me suis fait une raison De me plier à la mesure Du petit cercle d’horizon Qu’un coin de ciel natal azure. Mon rêve n’ai jamais quitté Le cloître obscur de la […]

Le Calvaire

Puisque tu vas, Angélique, Au calvaire des Roseaux, Rapporte-moi, pour relique, Une froide fleur des eaux. On ne dort pas sous la haire ; La nuit on m’entend gémir ; Et les fleurs du vieux Calvaire, On me l’a dit, font dormir. Pauvre Angélique, à ton âge, Quand on part seule, et nu-pied, Pour un […]

Pascal

À Ernest Havet. ……………………………………. xxDERNIER MOT. Un dernier mot, Pascal ! À ton tour de m’entendre Pousser aussi ma plainte et mon cri de fureur. Je vais faire d’horreur frémir ta noble cendre, Mais du moins j’aurai dit ce que j’ai sur le coeur. À plaisir sous nos yeux lorsque ta main déroule Le tableau […]

Prométhée

Frappe encor, Jupiter, accable-moi, mutile L’ennemi terrassé que tu sais impuissant ! Écraser n’est pas vaincre, et ta foudre inutile S’éteindra dans mon sang, Avant d’avoir dompté l’héroïque pensée Qui fait du vieux Titan un révolté divin ; C’est elle qui te brave, et ta rage insensée N’a cloué sur ces monts qu’un simulacre vain. […]