Miséricorde, Ô Cieux, Ô Dieux Impitoyables

Sonnet III. Miséricorde, ô Cieux, ô Dieux impitoyables, Epouvantables flots, ô vous, pâles frayeurs Qui même avant la mort faites mourir les coeurs, En horreur, en pitié, voyez ces misérables ! Ce navire se perd, dégarni de ses câbles, Ses câbles, ses moyens, de ses espoirs menteurs La voile est mise à bas, les plus […]

Salut

Rien, cette écume, vierge vers À ne désigner que la coupe ; Telle loin se noie une troupe De sirènes mainte à l’envers. Nous naviguons, ô mes divers Amis, moi déjà sur la poupe Vous l’avant fastueux qui coupe Le flot de foudres et d’hivers ; Une ivresse belle m’engage Sans craindre même son tangage […]

Angoisse

Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête En qui vont les péchés d’un peuple, ni creuser Dans tes cheveux impurs une triste tempête Sous l’incurable ennui que verse mon baiser : Je demande à ton lit le lourd sommeil sans songes Planant sous les rideaux inconnus du remords, Et que tu […]

Lassitude

De la douceur, de la douceur, de la douceur ! Calme un peu ces transports fébriles, ma charmante. Même au fort du déduit, parfois, vois-tu, l’amante Doit avoir l’abandon paisible de la sœur. Sois langoureuse, fais ta caresse endormante, Bien égaux tes soupirs et ton regard berceur. Va, l’étreinte jalouse et le spasme obsesseur Ne […]

La Maison Solitaire

Seule, en un coin de terre où plane la tristesse Et le mélancolique et vague ennui des soirs, La vieille maison blanche, aux grands contrevents noirs, Pleure-t-elle ses gens, son hôte, son hôtesse ? Avec sa porte close et ses carreaux en deuil Qui ne semblent, au loin, qu’un vaporeux décalque, La maison blanche et […]

La Maison Vide

Petite maison basse, au grand chapeau pointu, Qui, d’hiver en hiver, semble s’être enfoncée Dans la terre sans fleurs, autour d’elle amassée. Petite maison grise, au grand chapeau pointu, Au lointain bleu, là-bas, dis-le-moi, que vois-tu ? Par les yeux clignotants de ta lucarne rousse, Pour voir plus clair, plus loin, tu sembles faire effort, […]

Villonelle

Achille qui prit Troie, dit-on, Dans un cheval bourré de son Achille fut grand capitaine Or, il fut pris par des chansons Que chantaient des vierges hellènes Dis-moi, Vénus, je t’en supplie Ce qu’était cette mélodie.Un prisonnier dans sa prison En fit une en Tripolitaine Et si belle que sans rançon On le rendit à […]

Lassitude

Le désert ! le désert dans son immensité, Avec sa grande voix, sa sauvage beauté ; Ses pics touchant les deux, ses savanes, ses ondes, Cataractes roulant sous des forêts profondes ; Ses mille bruits, ses cris, ses sourds rugissements, Gigantesque concert de tous les éléments ! Le désert ! le désert ! quand l’aube […]

Le Cri

Lorsque le passager, sur un vaisseau qui sombre, Entend autour de lui les vagues retentir, Qu’a perte de regard la mer immense et sombre Se soulève pour l’engloutir, Sans espoir de salut et quand le pont s’entr’ouvre, Parmi les mâts brisés, terrifié, meurtri, Il redresse son front hors du flot qui le couvre, Et pousse […]

Renoncement

Depuis que sous les cieux un doux rayon colore Ma jeunesse en sa fleur, ouverte aux feux du jour, Si mon cœur a rêvé, si mon cœur rêve encore Le choix irrévocable et l’éternel amour, C’est qu’aux jours périlleux, toujours prudent et sage, Au plus digne entre tous réservant son trésor, Quand un charme pourrait […]

Clotilde

L’anémone et l’ancolie Ont poussé dans le jardin Où dort la mélancolie Entre l’amour et le dédain Il y vient aussi nos ombres Que la nuit dissipera Le soleil qui les rend sombres Avec elles disparaîtra Les déités des eaux vives Laissent couler leurs cheveux Passe il faut que tu poursuives Cette belle ombre que […]

Lassitude

Puisque le hasard m’y ramène, Pour mon malheur ou pour mon bien, Je veux que tu saches combien Ma maîtresse fut inhumaine. Pour l’oublier, j’ai tour à tour Tenté de noyer dans l’ivresse. Avec mon présent, ma détresse. Avec mon passé, mon amour. Et depuis trois mois je suis ivre, Et ces trois mois d’indignité, […]

Le Guignon

Sonnet. Pour soulever un poids si lourd, Sisyphe, il faudrait ton courage ! Bien qu’on ait du coeur à l’ouvrage, L’Art est long et le Temps est court. Loin des sépultures célèbres, Vers un cimetière isolé, Mon coeur, comme un tambour voilé, Va battant des marches funèbres. – Maint joyau dort enseveli Dans les ténèbres […]

Je Suis Née Au Milieu Du Jour

Je suis née au milieu du jour, La chair tremblante et l’âme pure, Mais ni l’homme ni la nature N’ont entendu mon chant d’amour. Depuis, je marche solitaire, Pareille à ce ruisseau qui fuit Rêveusement dans les fougères Et mon cœur s’éloigne sans bruit.