À La Marquise Du Châtelet

(Sur la liaison de la marquise avec Maupertuis) Ainsi donc cent beautés nouvelles Vont fixer vos brillants esprits Vous renoncez aux étincelles, Aux feux follets de mes écrits Pour des lumières immortelles ; Et le sublime Maupertuis Vient éclipser mes bagatelles. Je n’en suis fâché ni surpris ; Un esprit vrai doit être épris Pour […]

À ****

Je me disais : — Cet homme est-il un saltimbanque ? Ne faut-il pas le plaindre ? Est-ce un sens qui lui manque ? Il ne comprend donc pas ? Est-ce un aveugle-né ? Un bègue ? Un sourd ? D’où vient que ce triste obstiné Méconnaît tout génie et toute gloire, et rampe, Tâchant […]

Sonnet De Nuit

Ô croisée ensommeillée, Dure à mes trente-six morts ! Vitre en diamant, éraillée Par mes atroces accords ! Herse hérissant rouillée Tes crocs où je pends et mords ! Oubliette verrouillée Qui me renferme… dehors ! Pour Toi, Bourreau que j’encense, L’amour n’est donc que vengeance ?… Ton balcon : gril à braiser ?… Ton […]

L’adultère, Celui Du Moins Codifié

Le Sage, de qui l’âme et l’esprit vont tous deux, Bien équilibrés, droit, au vrai milieu des causes, Pleure sur telle femme en route pour ces choses. Il plaide l’ignorance, elle donc ne sachant Que le côté naïf, c’est-à-dire méchant,Hélas ! de cette douce et misérable vie. Elle plait et le sait, et ce qu’elle est […]

Solitude

Les choses formant d’habitude Au plus fauve endroit leur tableau : Les rochers, les arbres et l’eau, Manquent à cette solitude. D’un gris fané de vieille laine, De couleur verte dénué Et de partout continué Par l’indéfini de la plaine, Tel ce champ étend sa tristesse, Sans un genêt, sans un chardon, La ronce, indice […]

La Conscience

La Conscience voit dans nous Comme le chat dans les ténèbres. Tous ! les obscurs et les célèbres, L’impie et le moine à genoux, Nous cachons en vain nos dessous À ses regards froids et funèbres ! La Conscience voit dans nous Comme le chat dans les ténèbres. Tant que l’Esprit n’est pas dissous, Et […]

Abel Et Caïn

Vos cheveux me faisaient rêver au blond Septembre, Vos lèvres évoquaient la splendeur du Printemps, Et près de vous, ainsi qu’un lointain parfum d’ambre Je respirais dans l’air des souvenirs flottants. Vos yeux que j’emplissais de mes propres pensées, Inconscients et doux, dans le bruissement Du silence, parlaient des heures dépensées, Et je me confessais […]

La Tête Et La Queue Du Serpent

Le Serpent a deux parties Du genre humain ennemies, Tête et Queue ; et toutes deux Ont acquis un nom fameux Auprès des Parques cruelles : Si bien qu’autrefois entre elles Il survint de grands débats Pour le pas. La Tête avait toujours marché devant la Queue. La Queue au Ciel se plaignit, Et lui […]

Ferrum Est Quod Amant

Sous les pleurs du jet d’eau qui bruit dans la vasque, Armide étreint les flancs du héros enchaîné. Près d’Ares, qui de sang ruisselle, Dioné Mêle ses fins cheveux aux crins rudes d’un casque Donc, ô femme, toujours ton caprice fantasque Aux boucles des brassards s’accroche fasciné. Ton orgueil, par le glaive absurde dominé, Tombe […]

La Vengeance

Quand j’entrai dans la vie, au sortir de l’enfance, A cet âge innocent où l’homme sans défense, Inquiet, sans appui, cherche un guide indulgent, Et, demandant au ciel un ami qui l’entende. Sent qu’il a si besoin d’une main qu’on lui tende Et d’un regard encourageant ; Toi seule, armant ta voix d’une affreuse ironie, […]

À Alfred Tattet

Alfred, j’ai vu des jours où nous vivions en frères, Servant les mêmes dieux aux autels littéraires : Le ciel n’avait formé qu’une âme pour deux corps ; Beaux jours d’épanchement, d’amour et d’harmonie, Où ma voix à la tienne incessamment unie Allait se perdre au ciel en de divins accords. Qui de nous a […]

Amour

[…] Regardez cette mine orgueilleuse et sauvage Le feu de la Colere éclate en son visage. Son Esprit en desir détaché de son corps, Donne un second combat aux Esprits de ces morts Il sent avec plaisir leur meurtre et la victoire : Il les égorge avecque la memoire : Et cherche dans leur sang, […]

Parthénope Et L’étrangère

O femme, que veux-tu ? Parthénope, un asile. – Quel est ton crime ? Aucun. Qu’as-tu fait ? Des ingrats. – Quels sont tes ennemis ? Ceux qu’affranchit mon bras ; Hier on m’adorait, aujourd’hui l’on m’exile. – Comment dois-tu payer mon hospitalité ? – Par des périls d’un jour et des lois éternelles. – Qui t’osera poursuivre au sein de […]

Hercule

De la dépouille de nos bois L’automne avait jonché la terre ; Le bocage était sans mystère, Le rossignol était sans voix. Triste, et mourant à son aurore, Un jeune malade, à pas lents, Parcourait une fois encore Le bois cher à ses premiers ans : ‘ Bois que j’aime ! adieu… je succombe. Ton […]

Pasiphaé

Un rose mauve dans les hautes herbes, un gris soumis, la vigne alignée … Mais audessus des pentes, la superbe d’un ciel qui reçoit, d’un ciel princier. Ardent pays qui noblement s’étage vers ce grand ciel qui noblement comprend qu’un dur passé à tout jamais s’engage à être vigoureux et vigilant.