Skip to content

Auteur : Antoine de Latour

L’hiver

Ce qu’il faut au bonheur, lorsque souffle la bise, C’est une porte close, un livre, et dans un coin Une lampe qui brûle, et qui tout bas me dise Que, si l’ennui venait, la muse n’est pas loin. Il faut que d’heure en heure, et d’église en église, La voix…

Le Chemin De Fer

Quand l’homme avec le fer sur le champ des aïeux De ses nouveaux chemins aura tissu la trame, Et pour mettre à ses pieds les deux ailes de l’âme, Aura doué ses chars de magiques essieux, Au bas de ces coteaux où vous rêvez, Madame, Peut-être passera le sillon lumineux,…

Le Jeu

Oh ! ne jouez jamais, laissez l’homme courir De l’or et du hasard cette chance vulgaire ; Les anges dans le ciel, les femmes sur la terre N’ont reçu du Seigneur des mains que pour bénir. Le jeu sauve d’aimer, ou, s’il nous faut subir Sans espérance hélas ! quelque…

Le Jour Des Morts

Voici le jour des morts, l’âme croit les entendre ; Mais au lieu d’un jour sombre et d’un ciel attriste, Une heure de printemps se lève sur leur cendre, Comme un signe de paix et d’immortalité. Vers les champs du repos, autour de la cité, La foule des vivants commence…

Le Livre Perdu

Si vous l’avez trouvé, rapportez-moi mon livre, L’hôte consolateur de mon obscur foyer, Un de ces doux amis qui nous aident à vivre, Et nous font oublier. Comme un sage modeste en son âme sereine Cache de sa vertu le précieux trésor, Il était sans parure et sur sa tranche…

Le Pays Natal

L’automne a ses heures oisives Pleines des choses d’autrefois, Les yeux ont des larmes furtives Qu’ils n’osent confier qu’aux bois. Là, chaque plume que l’orage Détache du nid de l’oiseau M’apporte un rêve du jeune âge, Un souvenir de mon berceau. Dans chaque feuille qui murmure. J’entends un nom des…

Le Réveil De La Muse

Muse, réveille-toi, voici les fleurs écloses ! C’est la saison des chants, c’est la saison des roses : Je souffre à t’entendre parfois Te plaindre à mon foyer, amante délaissée, Quand l’étude sévère égare ma pensée Parmi les peuples et les rois. J’ai besoin de te voir en la nuit…

Le Siècle

A une femme poète. I Vos lèvres ont un chant pur et grave comme elles… Il atteint donc aussi les jeunes et les belles Ce glaive de tristesse et d’intime douleur Qui frappe, de nos jours, les plus fermes au cœur ! La femme a retrouvé son instinct prophétique ;…

L’écran

Le soir, quand votre front s’incline sur la plage Où s’écrit, jour à jour, plus d’un rêve charmant, Devant votre foyer élevez prudemment Cet écran dont mon cœur vous adresse l’hommage. Quel que soit l’inventeur, je le bénis, et gage, Sans connaître son nom, que ce fut un amant :…

Les Autographes

On dit que le poète en son œuvre chantante N’épuise pas toujours le souffle inspirateur, Qu’en se laissant courir sa main insouciante Revêt les moindres mots de force ou de douceur. De ces mots au hasard échappés de son cœur, Moi, je poursuis sans bruit la conquête charmante, Comme un…

Les Autographes (2)

Ce jour est un beau jour, et je bénis cette heure, Car des hôtes divins qui m’étaient inconnus Sous mon toit solitaire aujourd’hui sont venus, Et c’est vous dont le doigt leur montra ma demeure. Béranger dont le chant rend au soldat qui pleure L’image du héros qu’il ne reverra…

Les Petits Enfants

Le jour se lève triste, et chaque heure, en silence, Tombe dans le passé pour ne plus revenir ; L’hiver a sur les bois jeté son deuil immense, Et jusques au printemps la terre va languir. Notre âme aussi languit, et l’humaine croyance A de mornes hivers qui semblent l’endormir,…