Les Ours Mal Léchés

Fable XVII, Livre IV.

Une ourse avait mis bas ; ourses du voisinage
D’accourir pour voir le poupon.
 » Est-ce une fille? Est-ce un garçon ?
Est-il bien gros ? Est-il bien sage ?
Sans que ce soit un damoiseau,
Puisqu’il est le fils de son père,
Comme un ange il doit être beau,
Pour peu qu’il ressemble à sa mère.  »
 » — Gomme un diable il est laid, commère,  »
Devait répondre la maman,
Si sur ce point, une fois l’an,
Maman pouvait être sincère.
La nôtre à tous les yeux cachait son nourrisson ;
Masse informe, ébauche grossière,
Ours, qui d’ours n’avait que le nom ;
D’un ours c’était bien la matière,
Mais il manquait la façon.
C’est à la lui donner que la dame s’applique.
Au fond d’un antre obscur, loin du monde et du bruit.
C’est à lécher sans cesse et relécher son fruit
Qu’elle met son étude unique.
Ses efforts n’ont pas été vains :
Ainsi qu’on voit la molle argile,
Sous les doigts d’un artiste habile,
Prendre un buste, un visage, et des pieds et des mains ;
Grâce aux soins qui le débarbouillent,
Du petit monstre, en peu de jours,
Les traits tour à tour se débrouillent,
Et c’est, s’il n’a changé, le plus joli des ours.
Sa mère, je le crois, ne lisait point Horace ;
Mais nous qui le lisons, nous autres beaux esprits,
Pourquoi moins qu’elle user de ses sages avis ?
Cent fois sur le métier remettez vos écrits,
A dit le maître du Parnasse.
Vains préceptes! nos vers sont à peine ébauchés,
Que de les mettre au jour rien ne peut nous distraire,
Aussi sur le théâtre, aussi chez le libraire,
Mes amis, que d’ours mal léchés !

Les Querelles Des Chiens

Fable IV, Livre III.

Un dogue se battait avec un chien danois,
Pour moins qu’un os, pour rien ; dans le temps où nous sommes,
Il faut presque aussi peu, je crois,
Pour diviser les chiens que pour brouiller les hommes.
L’un et l’autre était aux abois ;
Écorché par mainte morsure,
Entamé par mainte blessure,
L’un et l’autre eût cent fois fait trêve à son courroux,
Si l’impitoyable canaille,
Que la querelle amuse, et qui jugeait des coups,
N’eût cent fois, en sifflant, rengagé la bataille.
Le combat des Titans dura, dit-on, trois jours :
Celui-ci fut moins long, sans être des plus courts.
J’ignore auquel des deux demeura l’avantage,
Mais je sais qu’en héros chacun d’eux s’est battu ;
Et pourtant des oisifs le sot aréopage
S’est moqué du vainqueur autant que du vaincu.

Gens d’esprit, quelquefois si bêtes,
Loin de prolonger vos débats,
Songez que vos jours de combats,
Pour les sots, sont des jours de fêtes.

Les Questions

Me demander si du plus froid des cœurs
J’ai cru fléchir la longue indifférence ;
Au seul plaisir si donnant quelques pleurs
J’ai cru jouir du prix de ma constance ;
Si, me berçant d’un penser si flatteur.
Avec la peine un moment j’ai fait trêve ;
Me demander si je crois au bonheur,
C’est me demander si je rêve.

Me demander si j’ai désespéré
De voir finir les chagrins que j’endure ;
Me demander si mon cœur déchiré
À chaque instant sent croître sa blessure ;
Si chaque jour, pour moi plus douloureux,
Ajoute encore aux ennuis de la veille ;
Me demander si je suis malheureux,
C’est me demander si je veille.

Me demander si, fier de mon tourment,
Je viens baiser la main qui me déchire ;
Si je désire autre soulagement
Que de mourir d’un aussi doux martyre ;
Si, moins l’espoir en amour m’est donné,
Plus constamment en amour je persiste ;
Me demander si j’aime encor Daphné,
C’est me demander si j’existe.

Écrit en 1790.

Les Sabots De Polichinelle

Fable XVII, Livre V.

Polichinelle, à toi nous voilà revenus.
J’y reviens volontiers, c’est un ami d’enfance ;
Garçon d’esprit d’ailleurs, dans son extravagance,
Fertile en mots profonds, des badauds retenus ;
Garçon d’humeur toujours égale,
Non pas comme un quidam que nous avons connu,
Du matin jusqu’au soir plus mauvais que la gale ;
Mais toujours avenant, mais partout bien venu,
Trinquant avec qui le régale,
Et point fier, quoique parvenu.
Rien n’est indifférent dans un homme aussi rare.
Sachez donc, mes amis, quelle ingénuité
En son accoutrement, qui vous paraît bizarre,
Lui fait joindre aux galons, dont le riche se pare,
Les sabots de la pauvreté.
La fortune en tout temps ne lui fut pas prospère.
Il eut un bûcheron pour père ;
Bon homme, en qui l’amour paternel décroissait
Juste dans la mesure où son fils grandissait ;
Et qui disait parfois :  » Je crois, Dieu me pardonne,
Que j’aimais mieux l’enfant quand il était petit.
Dieu fait bien ce qu’il fait ; mais d’où vient qu’il me donne
Un fils de si bon appétit ?  »
Il est vrai que ce fils, encore à la lisière,
Si j’en crois un voisin qui l’a vu de ses yeux,
Coûtait plus à lui seul que sa famille entière,
Ne faisait rien qui vaille, et n’en mangeait que mieux.
Sur la nature enfin l’avarice l’emporte.
L’indigent est cruel comme l’ambitieux.
Lassé d’une charge aussi forte,
Le bon père, un beau jour, met son fils à la porte.
Voilà Polichinelle à la grâce de Dieu ;
Ce qui, dans le siècle où nous sommes,
Veut dire abandonné des hommes,
Et n’ayant pain, ni feu, ni lieu.
Il ne lui reste rien au monde,
Que deux chemises sans jabots,
Une panse un peu large, une échine un peu ronde,
Un vieil habit et des sabots.
Au surplus, ne sachant rien faire,
Sinon boire et manger, talent assez commun ;
Il apprit vingt métiers, mais il n’en sait pas un :
Comment sortira-t-il d’affaire ?
Il y pense en pleurant. Cet heureux don des pleurs,
Qui dans le cœur d’autrui fait passer nos douleurs,
Bien qu’au cerf rarement l’épreuve en soit utile,
A servi quelquefois l’homme et le crocodile.
Il a sauvé Sinon, je l’ai lu dans Virgile ;
Il sauva notre ami : non pas qu’en larmoyant
Il ait produit l’effet que je viens de décrire,
Au contraire ; on pleurait peut-être en le voyant,
Mais c’était à force de rire.
Cet effet singulier lui tint lieu de talent
Près du sieur Brioché, si fameux dans l’histoire.
 » Voilà, dit ce grand homme, un paillasse excellent
Pour mon théâtre de la Foire.
En place de mon grimacier,
Dont le public paraît ne plus se soucier,
Si j’engageais ce bon apôtre ?  »
Polichinelle accepte ; il faut gagner son pain.
Hélas ! il serait mort de faim
S’il avait pleuré comme un autre.
Il débute ; en dehors d’abord il se montra,
Et puis en dedans il entra.
Or vous savez, messieurs, mesdames,
Dans son métier s’il prospéra,
S’il fut charmant dans l’opéra,
S’il fut excellent dans les drames.
Auprès de Melpomène il perdit son procès ;
Mais il fit sa fortune en faisant la culbute.
Que d’acteurs contre sa chute
Voudraient changer leurs succès !
Dans son heureux caractère
Rentré pour n’en plus sortir,
Grâce à l’argent des sots qu’il a su divertir,
Il est capitaliste, il est propriétaire.
C’est presque un seigneur, vraiment !
Au reste, employant gaîment
Le bien que gaîment il gagne,
Il a maison de ville et maison de campagne,
Et, ce point-là surtout ne doit pas être omis,
Bonne table pour ses amis.
Aussi, comme il en a ! Bravant mode et coutume,
Chacun sait qu’à sa guise il s’est fait un costume
Où, sans être obligé de se déboutonner,
Il boit, mange et rit tout à l’aise.
Cet habit vaut le nôtre , il l’a fait galonner.
En jabot de dentelle il a changé sa fraise.
Mais quand tout devrait l’inviter
A quitter les sabots, il veut, ne vous déplaise,
Il veut ne les jamais quitter.
La raison qu’il en donne au reste est fort honnête.
 » Souvent les parvenus se sont trop oubliés ;
Quand l’orgueil me porte à la tête,
Dit-il, je regarde à mes pieds.
Ils me rappellent tout ; mes parents, leur misère,
La détresse où j’étais quand Brioché me prit.  »
 » — Polichinelle, en tout le sort te soit prospère !
C’est le fait d’un bon cœur, comme d’un bon esprit
De ne point rougir de son père. « 

Les Tâches Et Les Paillettes

Fable VII, Livre III.

 » Au diable soient les étourdis
Qui m’ont fait une horrible tache !…
Qu’ai-je dit, une ? en voilà dix ;
Et c’est à mon velours pistache !  »
Ainsi parlait monsieur Denis,
Marchand fameux dès l’ancien règne,
Marchand connu de tout Paris,
Marchand de soie à juste prix,
Du moins si j’en crois son enseigne.
 » Conçois-tu bien tout mon malheur,
Ma fille ! un velours magnifique,
Un velours de cette couleur,
Va donc rester dans ma boutique !
L’art du dégraisseur n’y peut rien.
L’eau de Dupleix, à qui tout cède,
Est sans vertu ! — Mon père ! — Eh bien ?
— Essayons un autre remède ;
Envoyons l’étoffe au brodeur.
— Elle a raison !  » — Notre grondeur
Suit le conseil de la fillette.

Amis, plus souvent qu’on ne croit,
La tache est tout juste à l’endroit
Où l’on voit briller la paillette.

Les Trois Zones

Fable I, Livre II.

À M. Andrieux, de L’Institut.

Toi qui vis vraiment comme un sage,
Sans te montrer, sans te cacher,
Sans fuir les grands, sans les chercher,
Exemple assez rare en notre âge ;
Pardonne-moi, cher Andrieux,
Dans ces vers qu’aux vents je confie,
De dévoiler à tous les yeux
Ta secrète philosophie.

Certain Lapon des plus trapus,
Certain Cafre des plus camus,
Équipaient, comme on dit, de la bonne manière,
Un homme qui, fermant l’oreille à leurs raisons
Vantait l’astre éclatant qui préside aux saisons,
Enfante la chaleur, et produit la lumière.
— Peut-il ériger, s’il n’est fou,
En bienfaiteur de la nature,
Un astre qui, six mois, me cache sa figure,
Et va briller je ne sais où,
Tandis que je gèle en mon trou,
Malgré ma femme et ma fourrure ?
On conçoit que celui qui s’exprimait ainsi
N’était pas l’habitant de la zone torride.
Pour moi, disait cet autre, en mon climat aride,
Je ne gèle pas, Dieu merci !
Mais je rôtis en récompense ;
Et sans avoir l’honneur d’être Lapon, je pense
Qu’un fou, lui seul, a pu vanter
La douce et bénigne influence
Du soleil, qui ne luit que pour me tourmenter ;
Qui, d’un bout de l’année à l’autre,
Embrase la terre, les airs,
Et porte en mon pays, jusques au fond des mers,
La chaleur qu’il refuse au vôtre.
Le fou, qui cependant célébrait les bienfaits
Du roi de la plaine éthérée,
Fils de la zone tempérée,
N’était rien moins que fou, quoiqu’il fût né Français.
Sans se formaliser des vives apostrophes
Du nègre et du nain philosophes,
Seigneur Lapon, dit-il, votre raisonnement
Est sans réplique, en Sibérie ;
Comme le vôtre en Cafrerie,
Monsieur le noir ; mais franchement,
Autre part, c’est tout autrement.
En France, par exemple, on ne vous croirait guère.
L’astre à qui vous faites la guerre,
Là, par ses rayons bienfaisants,
De fleurs et de fruits, tous les ans,
Couvre mes champs et mon parterre ;
S’éloignant sans trop me geler,
S’approchant sans trop me brûler,
De mon climat, qu’il favorise ;
À la faucille, au soc, il livre tour à tour
Mes campagnes, qu’il fertilise
Par son départ et son retour.
Vous qui craignez le feu, vous qui craignez la glace
Venez donc à Paris. Gens d’excellent conseil
Disent qu’un sage ne se place
Trop près ni trop loin du soleil.

Les Vitres Cassées

Fable XVIII, Livre III.

Toi, chez qui tant de sens à tant d’esprit s’allie,
Chez qui les préjugés n’ont jamais eu d’accès ;
Toi qui fuis en tout les excès,
En tout, même en philosophie ;
Lis ce court apologue où je crois, j’en conviens,
Peindre les sentiments dont tout sage s’honore.
Si dans ces sentiments tu retrouves les tiens,
Je le croirai bien plus encore.

Dans son manoir gothique, en tourelle arrondi,
Entre quatre vitraux noircis par la fumée,
Un certain vieux baron n’y voyait, à midi,
Qu’avec la chandelle allumée.
Les barons sont mortels : le ténébreux donjon,
Un beau soir passe à d’autres maîtres.
Ceux-là voulaient y voir.  » C’est pour cette raison,
 » Disait l’un d’eux, qu’à sa maison
 » D’ordinaire on fait des fenêtres.
 » D’un si beau privilège usons à notre tour.
 » C’est trop longtemps souffrir qu’un importun nuage
 » Ferme ce noble asile aux doux rayons du jour.
 » Qu’on y mette ordre avant que je sois de retour.  »
Il dit et part. Il eût été plus sage
S’il en avait dit davantage ;
Car il s’adressait à des gens
Bien plus zélés qu’intelligents.
Dans la ferveur qui les anime,
Les servantes et les valets
De s’armer aussitôt de manches à balais ;
Et Dieu sait comme on s’en escrime !
Vingt écoliers, dans le château,
N’auraient pas fait pis ni plus vite.
En moins d’un quart d’heure, en son gîte,
Le nouveau possesseur n’avait plus un carreau.
On y vit clair : d’accord ; mais la neige, la grêle,
Mais la pluie et le vent d’arriver pêle-mêle,
Dans le salon glacé d’où l’obscurité fuit.
Nos gens, en faisant à leur tête,
Ont changé l’antre de la nuit
En caverne de la tempête.

Aux maux produits par l’incrédulité,
Sur ceux qu’enfante l’ignorance
Pourquoi donner la préférence ?
Entre ces deux erreurs cherchons la vérité.
Précepteurs de l’humanité,
Pour réponse à vos longs chapitres,
Au maître de ma fable il faut vous renvoyer.
Ce qu’il dit à ses gens, sans trop les rudoyer,
Vous conviendrait à bien des titres :
 » Il ne faut pas casser les vitres,
 » Mais il faut bien les nettoyer. « 

L’homme Et L’écho

Fable XII, Livre I.

Un médisant accusait les échos.
Un médisant !……. Je le ménage.
Le ciel, disait-il dans sa rage,
Puisse-t-il les punir de leurs mauvais propos !
Que d’ennemis je dois à leur langue indiscrète !
Tout, jusqu’à mes moindres discours,
Devient article de gazette.
M’échappe-t-il un mot ? Il se trouve toujours
Un chien d’écho qui le répète.
Ami, repart l’écho, faut-il s’en prendre à nous ?
Je répète, il est vrai ; mais pourquoi parlez-vous ?

L’huître Et La Perle

Fable XI, Livre V.

Après n’avoir rien pris de toute la semaine,
Un pêcheur trouve une huître au fond de son filet :
 » Rien qu’une huître ! voyez, dit-il, la bonne aubaine,  »
En la jetant sur le galet.
Comme il s’en allait, l’huître bâille,
Et découvre à ses yeux surpris
Une perle du plus grand prix
Que recelait sa double écaille.
Patience, au milieu du discours le plus sot
Ou du plus ennuyeux chapitre,
On peut rencontrer un bon mot,
Comme une perle dans une huître.

L’huître Et Le Marsouin

Fable X, Livre III.

 » Enfin j’ai trouvé le repos !  »
Disait une huître de Marène.
 » Fidèle au nœud qui nous enchaîne,
Ce roc me défendra des flots :
Nous ne faisons qu’un ; je défie
Au trident de nous séparer ;
Je défie au temps d’altérer
La tendre amitié qui nous lie.  »
 » — L’amitié, repart un marsouin,
De sa nature est peu constante,
Quand le besoin qui la cimente
N’est pas un mutuel besoin.
À maint courtisan qui s’accroche
Après maint puissant, c’est pourquoi
Je dis : — Crains le flot qui s’approche ;
Bien que tu tiennes à la roche,
La roche ne tient pas à toi. « 

L’insecte Utile Et L’insecte Nuisible

Fable III, Livre III.

Tu fais un fort mauvais métier,
Quoiqu’il soit des plus à la mode,
Disait à cet insecte inutile, incommode,
Plat surtout, qui, parfois, nous oblige à veiller,
Le ver industrieux que nourrit le mûrier.
Pour toi, mordre est une habitude,
Et tourmenter est un plaisir ;
J’en conclus, non sans certitude,
Que tu n’es pas né pour vieillir.
On te déteste ; à chaque phrase,
Petits et grands, chacun le dit ;
Si l’on te nomme, on te maudit ;
Si l’on te rencontre, on t’écrase.
M’en croiras-tu ? Renonce à tes goûts malfaisants.
Tu fus nuisible, sois utile.
Comme les dieux, l’homme est facile ;
On l’adoucit par des présents.
Songes-y bien, l’or que je file,
Celui que l’abeille distille,
De tes persécuteurs a fait nos complaisants :
À l’œuvre donc ! — Vraiment, c’est parler comme un livre !
Dit la fille des nuits ; et ceux à qui le ciel
Donna l’art de produire ou la soie ou le miel,
N’ont pas d’avis meilleur à suivre ;
Mais nous, à qui Dieu départit
Moins de talent que d’appétit
Si nous ne mordons, comment vivre ?

L’œuf De L’aigle

Fable IX, Livre II.

Au temps où les bêtes parlaient
Non pas hier pourtant, un grave personnage,
Un dindon, le Nestor des dindons de son âge,
Elevait quinze enfants, qui tous lui ressemblaient.
Tous, j’ai tort ; car l’un d’eux, et la chose est prouvée,
Éclos de la même couvée,
Des autres, toutefois, croissait fort différent :
Bien qu’il fût le plus jeune, il était le plus grand ;
S’il ne disputait pas la noirceur à l’ébène,
La blancheur de l’albâtre éclatait sur son corps ;
Son bec tranchant était retors
Comme un nez dit à la romaine ;
Ces yeux, si peu malins que ses jeunes amis
Portaient enchâssés sous leur crête,
Chez ce dindon manqué, pareils à deux rubis,
Etincelaient enfoncés dans sa tête.
Au lieu de ces ergots dont le coq orgueilleux
Laboure obscurément le fumier et la terre,
Ses pieds étaient armés de cette double serre
Qui porte l’échanson des dieux,
Et se joue avec le tonnerre.
On conçoit qu’un tel écolier
Aux leçons d’un coq-d’inde était fort peu docile ;
Chaque jour son humeur, de moins en moins facile,
Scandalisait le poulailler.
Le chat paraissait-il :  » Vite, enfants, qu’on se cache !  »
Criait le surveillant, le premier à partir.
Dindonneaux de rentrer, mon drôle de sortir,
Et de narguer Raton jusque sous sa moustache.
L’autour ou l’épervier, sur le troupeau gloussant,
Faisaient-ils mine de s’abattre ;
Tandis que tout fuyait, sur ses pieds se dressant,
Le bec en l’air, mon drôle attendait pour combattre.
Ami des jeux, bien moins qu’ennemi du repos,
Jouait-il une fois ; il jouait Dieu sait comme !
De la cage à poulets se faisant un champ clos :
Tel, déjà capitaine au milieu des marmots,
Guesclin, dans un enfant, faisait voir un grand homme.
Bref, maint ami plumé se plaignait du héros.
Dindons étaient toujours les dindons de l’affaire ;
Dindons de répéter leur éternel propos :
C’est un mauvais sujet ; on n’en pourra rien faire.
Ce mauvais sujet, un beau jour,
Quand ses ailes furent venues,
Prit congé de la basse-cour,
Et, du premier essor, se perdit dans les nues.

Ainsi plus d’un héros futur,
Elevé dans un rang obscur,
En suivant son génie, agit contre la règle :
Dans le comptoir, Fabert ne rêvait que combats.
Mais pourquoi ? mais comment ? Amis, n’oubliez pas
Qu’une dinde parfois peut couver l’œuf d’un aigle.

Les Éponges

Fable X, Livre I.

L’éponge boit, c’est son métier ;
Mais elle est aussi souvent pleine
De l’eau fangeuse du bourbier,
Que de celle de la fontaine.
Docteurs qui, dans votre cerveau,
Logez le vieux et le nouveau,
Les vérités et les mensonges,
J’en conviens, vous retenez tout ;
Mais aux yeux de l’homme de goût,
Ne seriez-vous pas des éponges ?

L’olive

Fable I, Livre I.

L’olive, aux champs, n’est pas ce qu’elle est sur la table ;
Le premier qui, sur l’arbre, essaya d’en goûter,
Fit une mine épouvantable ;
Au feu voulut faire jeter
Le tronc qui produisait un fruit si détestable.
Mieux vaut le cultiver, lui dit la Déité
Qui faisait ce présent à l’Attique fertile ;
Plus qu’on ne croit, son fruit peut devenir utile,
S’il se trouve chez vous un homme assez habile
Pour corriger sa crudité.
Minerve avait raison ; le fruit que l’on dédaigne,
Par un fort habile homme à la fin ramassé,
Dans l’eau propice où l’art le baigne,
De ses défauts un jour se voit débarrassé.
Il n’est, depuis, ami de bonne chère
Qui n’en veuille en mille ragoûts ;
Et grâce à l’apprêt qui tempère
L’âpreté de son caractère,
Ni trop douce, ni trop amère,
L’olive est devenue un mets de tous les goûts.
Cet apprêt que l’habile artiste
Fit subir au fruit rebuté,
Est celui que le fabuliste
Doit donner à la vérité.

Les Guèbres Et L’astronome

Fable VIII, Livre II.

xxL’astre du jour rentrait dans sa carrière ;
Les Guèbres l’adoraient. Quelle divinité,
Disaient-ils à genoux, au sein de la poussière,
Oserait avec toi disputer de beauté ?
Ton domaine est l’immensité !
Ta durée est l’éternité !
Et ta présence la lumière !
Rien de parfait que toi dans la nature entière.
Parfait ! dit un docteur à mes dévots surpris,
Quoique aussi bien qu’un autre il baissât la paupière ;
Parfait ! y pensez-vous ? parfait ! Pauvres esprits !
Apprenez donc combien votre erreur est grossière ;
Sachez qu’en plus d’un point le soleil est taché.
Non, ce n’est pas tout or que ce roi des planètes.
À vos yeux, j’en conviens, ce mystère est caché ;
Mais il est clair pour nos lunettes.
C’est peut-être y mal voir qu’y voir mieux qu’il ne faut.
Censeurs trop scrupuleux, ma fable est votre histoire.
Dans Delille, un Clément a vu plus d’un défaut ;
Mais grâce à tout défaut qui se perd dans sa gloire.