Skip to content

Auteur : Antoine-Vincent Arnault

Les Éponges

Fable X, Livre I. L’éponge boit, c’est son métier ; Mais elle est aussi souvent pleine De l’eau fangeuse du bourbier, Que de celle de la fontaine. Docteurs qui, dans votre cerveau, Logez le vieux et le nouveau, Les vérités et les mensonges, J’en conviens, vous retenez tout ; Mais…

Les Maladroits

Fable VIII, Livre IV. Pour complaire aux goûts innocents Des grands et des petits enfants, De pauvres baladins allaient de foire en foire, Représentant les faits les plus intéressants Ou de la fable ou de l’histoire. Ressuscitant les vieux héros De l’Italie et de la Grèce, Casque en tête, cuirasse…

Les Questions

Me demander si du plus froid des cœurs J’ai cru fléchir la longue indifférence ; Au seul plaisir si donnant quelques pleurs J’ai cru jouir du prix de ma constance ; Si, me berçant d’un penser si flatteur. Avec la peine un moment j’ai fait trêve ; Me demander si…

Les Sabots De Polichinelle

Fable XVII, Livre V. Polichinelle, à toi nous voilà revenus. J’y reviens volontiers, c’est un ami d’enfance ; Garçon d’esprit d’ailleurs, dans son extravagance, Fertile en mots profonds, des badauds retenus ; Garçon d’humeur toujours égale, Non pas comme un quidam que nous avons connu, Du matin jusqu’au soir plus…

Les Trois Zones

Fable I, Livre II. À M. Andrieux, de L’Institut. Toi qui vis vraiment comme un sage, Sans te montrer, sans te cacher, Sans fuir les grands, sans les chercher, Exemple assez rare en notre âge ; Pardonne-moi, cher Andrieux, Dans ces vers qu’aux vents je confie, De dévoiler à tous…

Les Vitres Cassées

Fable XVIII, Livre III. Toi, chez qui tant de sens à tant d’esprit s’allie, Chez qui les préjugés n’ont jamais eu d’accès ; Toi qui fuis en tout les excès, En tout, même en philosophie ; Lis ce court apologue où je crois, j’en conviens, Peindre les sentiments dont tout…

L’homme Et L’écho

Fable XII, Livre I. Un médisant accusait les échos. Un médisant !……. Je le ménage. Le ciel, disait-il dans sa rage, Puisse-t-il les punir de leurs mauvais propos ! Que d’ennemis je dois à leur langue indiscrète ! Tout, jusqu’à mes moindres discours, Devient article de gazette. M’échappe-t-il un mot…