Skip to content

Auteur : Auteur Anonyme

Papivole

Fière, vous ne voulez jamais rien recevoir Que des fleurs, et des plus simples, des amarantes, Des lilas, des oeillets, des roses odorantes, Toutes choses qu’on peut trop aisément avoir. Je vous offre pourtant, pour remplir mon devoir, Le cadeau que voici. Ce ne sont pas des rentes, Mais quelques…

Les Araignées

Ou vous sçavez tromper bien finement, Ou vous m’aimez assez fidelement, Lequel des deux, je ne le sçaurois dire, Mais cependant je pleure et je soupire, Et ne reçois aucun soulagement. Pour vostre amour j’ay quitté franchement Ce que j’avois acquis bien seurement ; Car on m’aimoit, et j’avois quelque…

Le Canard Blanc

Au point que j’expirais, tu m’as rendu le jour Baiser, dont jusqu’au coeur le sentiment me touche, Enfant délicieux de la plus belle bouche Qui jamais prononça les Oracles d’Amour. Mais tout mon sang s’altère, une brûlante fièvre Me ravit la couleur et m’ôte la raison ; Cieux ! j’ai…

La Julie Où Est-elle ?

Au temps de Ver qu’un chacun prend plaisance A écouter la musique accordance Des oisillons qui par champs, à loisir, A gergonner prennent joie et plaisir Voyant les fleurs en verdures croissantes, Arbres vêtus de feuilles verdoyantes, Prendre Cérès sa robe jà couverte Totalement de branche ou herbe verte, Dame…

Je Te Vends Ma Vache

Là reposait l’Amour, et sur sa joue en fleur D’une pomme brillante éclatait la couleur. Je vis, dès que j’entrai sous cet épais bocage, Son arc et son carquois suspendus an feuillage. Sur des monceaux de rose au calice embaumé Il dormait. Un souris sur sa bouche formé L’entr’ouvrait mollement,…

J’ai Perdu Mon Mouchoir

RABELAIS : C’est CarêmePrenant, que l’orgueil mortifie : Son peuple, ichtyophage, efflanqué, vaporeux, A l’oreille qui tinte et l’esprit rêvecreux. Envisage non loin ces zélés Papimanes, Qui, sur l’amour divin, sont plus forts que des ânes, Et qui, béats fervents, engraissés de tous biens, Rôtissent mainte andouille et maints luthériens.…

J’ai Des Roses

(Extraits) Le jour, ce beau fils du Soleil, Dont le visage non pareil Donne le teint aux belles choses, Prêt d’entrer en la mer, enlumine son bord De ses dernières roses, Et ses premiers rayons vont lui marquer le port. Ce doux créateur des beautés, Roi des glorieuses clartés, Qui…

J’ai Faim

Tableau qui mes peines dissipe, Je contemple en m’attendrissant Le village fumant sa pipe Aux pieds du soir incandescent. Soleil, mourant témoin des crimes Absous par le jour qui s’en va, Sur l’autel de tes feux sublimes, Satisfais, frère, à Jéhovah ! Nuit, tombeau du ciel sans mystère, Chassesen ce…

À Mes Côtés J’ai Deux Rosiers

A mes côtés j’ai deux rosiers A mes côtés j’ai deux rosiers Qui portent roses au mois de mai Qui portent roses au mois de mai Mes beaux rosiers entrez dans la danse Mes beaux rosiers entrez dans la danse Embrassez qui vous voudrez Embrassez qui vous voudrez.

Frédéric

J’ouvre mon estomac, une tombe sanglante De maux ensevelis. Pour Dieu, tourne tes yeux, Diane, et vois au fond mon coeur parti en deux, Et mes poumons gravés d’une ardeur violente, Vois mon sang écumeux tout noirci par la flamme, Mes os secs de langueurs en pitoyable point Mais considère…

En Passant Dans Un Petit Bois

M. C. M. III. Dormez, ami ; demain votre âme Prendra son vol plus haut. Dormez, mais comme le gerfaut, Ou la couverte flamme. Tandis que dans le couchant roux Passent les éphémères, Dormez sous les feuilles amères. Ma jeunesse avec vous.

Do Do L’enfant Do

Aux pans du ciel l’hiver drape un nouveau décor ; Au firmament l’azur de tons roses s’allume ; Sur nos trottoirs un vent plus doux enfle la plume Des petits moineaux gris qu’on y retrouve encor. Maint coup sec retentit dans la forêt qui dort ; Et, dans les ravins…

Coccinelle Vole

[…] L’eau sortant des canaux s’égaye en ces prés verts, Comme marche un captif déchargé de ses fers. Elle était dans sa gêne et morne et languissante : Libre elle est babillarde, active et bondissante. Elle aime mieux, folâtre et toujours serpentant, Par ces chemins tortus courir en s’ébattant ;…

C’est Demain Dimanche

Clavier vibrant de remembrance, J’évoque un peu des jours anciens, Et l’Eden d’or de mon enfance Se dresse avec les printemps siens, Souriant de vierge espérance Et de rêves musiciens… Vous êtes morte tristement, Ma muse des choses dorées, Et c’est de vous qu’est mon tourment ; Et c’est pour…