Skip to content

Auteur : Casimir Delavigne

Hymne À Vénus

Tu parais, ton aspect embellit l’univers : Je vois fuir devant toi les vents et les tempètes ; L’azur éclate sur nos têtes ; Un jour pur et divin se répand dans les airs.L’onde avec volupté caresse le rivage ; Les oiseaux, palpitans sous leur toit de feuillage, Célèbrent leurs plaisirs par de tendres…

La Mort De Jeanne D’arc

Des pontifes divins, vendus à la puissance, Sous les subtilités des dogmes ténébreux Ont accablé son innocence. Les anglais commandaient ce sacrifice affreux : Un prêtre en cheveux blancs ordonna le supplice ; Et c’est au nom d’un dieu par lui calomnié, D’un dieu de vérité, d’amour et de justice, Qu’un prêtre…

La Sybille

Marchons, le ciel s’abaisse, et le jour pâlissant N’est plus à son midi qu’un faible crépuscule; Le flot qui vient blanchir les restes du port Jule Grossit, et sur la cendre expire en gémissant. Cet orage éloigné que l’Eurus nous ramène Couvre de ses flancs noirs les pointes de Misène;…

L’âme Du Purgatoire

Mon bien-aimé, dans mes douleurs, Je viens de la cité des pleurs, Pour vous demander des prières. Vous me disiez, penché vers moi :  » Si je vis, je prîrai pour toi.  » Voilà vos paroles dernières. Hélas ! hélas ! Depuis que j’ai quitté vos bras. Jamais je n’entends vos prières. Hélas !…

Le Vaisseau

Par les flots balancée, une barque légère Hier m’avait porté sur ce vaste vaisseau Qui fatiguait le golfe et sa vaine colère D’un inébranlable fardeau. Ses longs mâts dans les deux montaient en pyramides : Comme un serpent ailé, leur flamme au sein des airs Déroulait ses anneaux rapides, Et j’admirais…

Lord Byron

Tel fut ton noble essor, Byron, et quelle vie, Vieille de gloire en un matin, D’un bruit plus imposant, d’un éclat plus soudain, Irrita la mort et l’envie ? Par de lâches clameurs quel génie insulté Dans son obscurité première, Changea plus promptement et sa nuit en lumière, Et son siècle…

Promenade Au Lido

Arrête, gondolier; que ta barque un moment Cesse de fendre les lagunes; L’essor qu’elle a reçu va mourir lentement Sur les sables noirs de ces dunes. Gondolier, je reviens : je viens dans un moment Prêter l’oreille aux infortunes De Clorinde et de son amant.Souvent un étranger, qui parcourait ces rives,…

Tyrtée Aux Grecs

Vieillard, garde ton rang Mais il court, il s’écrie :  » Le signal est donné de vaincre ou de mourir ; Ma vie est mon seul bien, je l’offre à la patrie : Liberté, je cours te l’offrir. « Opprobre à tout guerrier dans la vigueur de l’âge, Qui s’enfuit comme un lâche en…

Une Semaine À Paris

Debout ! mânes sacrés de mes concitoyens ! Venez ; inspirez-les, ces vers où je vous chante. Debout, morts immortels, héroïques soutiens De la liberté triomphante !Brûlant, désordonné, sans frein dans son essor, Comme un peuple en courroux qu’un même cri soulève, Que cet hymne vers vous s’élève De votre sang qui fume encor !…

À Napoléon

Dieu mortel, sous tes pieds les monts courbant leurs têtes T’ouvraient un chemin triomphal; Les élémens soumis attendaient ton signal; D’une nuit pluvieuse écartant les tempêtes, Pour éclairer tes fêtes, Le soleil t’annonçait sur son char radieux; L’Europe t’admirait dans une horreur profonde, Et le son de ta voix, un…