Skip to content

Auteur : Cécile Sauvage

Mon Pauvre Cœur

Va ton chemin, mon pauvre cœur. Dans le soir rempli de fumées ; Toutes les maisons sont fermées, Suis la lune, mon pauvre cœur. Ainsi je cours après la lune Comme après ma fuyante image ; Elle est au fond de l’ombre brune Ou dans l’eau se dérobe et nage.

Ô Beauté Nue

Ô Beauté nue à jamais solitaire, Élève ton corps blanc du milieu des fougères Et laisse que le souffle ingénu du matin Caresse ton épaule et le bout de ton sein ; Laisse sous le jour bleu qui coule des ramures S’élever noblement parmi ta chevelure Ta forme svelte et…

Ne Cherche Pas De Tes Mains

Ne cherche pas de tes mains À raccrocher la lumière, Personne ne te retient Et cette heure est la dernière. Ta mère est morte elle aussi. Te revois-tu tout petit ? Que la pelouse était verte Sous les fenêtres ouvertes ! 1910

Musique

Une lente voix murmure Dans la verte feuillaison ; Est-ce un rêve ou la nature Qui réveille sa chanson ? Cette voix dolente et pure Glisse le long des rameaux : Si fondue est la mesure Qu’elle se perd dans les mots, Si douces sont les paroles Qu’elles meurent dans…

Mes Pieds Touchent-ils Le Pré

Mes pieds touchent-ils le pré ? Une hirondelle s’envole. Ah ! comme le jour doré Pèse peu sur mes épaules ; Comme il pâlit et se fond Dans la brume de la lune Et m’entraîne et me confond Avec la ramure brune. 1910

Marécageuse Humanité

Marécageuse humanité Dont la voix au loin murmure Pareille aux crapauds secrets De l’étang sous la verdure, Pince tes violons clairs ; Ton chant est vide et si triste D’être habituel dans l’air Comme un rythme qui persiste. 1910

Mais Je Suis Belle D’être Aimée

Mais je suis belle d’être aimée, Vous m’avez donné la beauté, Jamais ma robe parfumée Sur la feuille ainsi n’a chanté, Jamais mon pas n’eut cette grâce Et mes yeux ces tendres moiteurs Qui laissent les hommes rêveurs Et les fleurs même, quand je passe.