Skip to content

Auteur : Charles Dovalle

Volupté

Comme de leurs rameaux s’enveloppent les saules Dont l’humble tronc se dérobe aux regards, Dénoués dans nos jeux, laisse tomber, épars, Tes noirs cheveux sur tes blanches épaules. Autour de moi jette un bras nonchalant ; Par un charme invincible à ma bouche attachée, Sur mes genoux reste couchée, Comme…

Soupçon

Que le soc imprudent ait blessé sa racine, Le lis ne soutient plus son front qui se flétrit ; Son calice fermé languissamment s’incline, Perd son dernier parfum, se dessèche et périt. Aux jours de ton printemps, ainsi, triste et pensive, Tu laisses le chagrin se glisser dans ton cœur…

Qu’aimez-vous

J’aime un œil noir sous un sourcil d’ébène, Sur un front blanc j’aime de noirs cheveux : Et vous avez de longs cheveux d’ébène Sur un front blanc, et le jais est à peine Aussi noir que vos yeux. J’aime un beau corps, qui se penche avec grâce, Sur un…

Premier Désir

Une femme ! jamais une bouche de femme N’a soufflé sur mon front, ne m’a baisé d’amour. Je n’ai jamais senti, sous deux lèvres de flamme, Mes deux yeux se fermer et s’ouvrir tour à tour ; Et jamais un bras nu, jamais deux mains croisées, Comme un double lien,…

Premier Chagrin

Le bassin est uni : sur son onde limpide Pas un souffle de vent ne soulève une ride ; Au lever du soleil, chaque flot argenté Court, par un autre flot sans cesse reflété ; Il répète ses fleurs, comme un miroir fidèle ; Mais la pointe des joncs sur…

L’inconnue

C’était un soir que tout brillait de feux ; Un soir qu’éclatant de lumières, Tivoli lassait les paupières De mille curieux. Là, des bosquets blanchis ; là, des masses plus sombres ; Des soleils de cristal, des jours brusques, des ombres Qui s’allongent sur le gazon ; Aux branches des…

Mon Rêve

 » Jeune imprudent, ne brave pas l’orage, L’indépendance est un mot oublié ! Courbe ton front !  » me disait un vieux sage, Qu’au char des grands la crainte avait lié.  » Que le bandeau qui couvre nos misères, Lui dis-je alors, par vous soit écarté : Mais moi, qui…

L’indifférente

Ah ! qu’elle est belle !… qu’elle est belle !… Oh ! qu’il doit avoir de bonheur Celui qui respire près d’elle, Celui qui fait battre son cœur ! Et l’on m’a dit :  » Non !… cette femme Que tant d’amour semble entourer, Froide et rêveuse, n’a point d’âme…

Bergeronnette

Pauvre petit oiseau des champs, Inconstante bergeronnette. Qui voltiges, vive et coquette, Et qui siffles tes jolis chants ; Bergeronnette si gentille, Qui tournes autour du troupeau. Par les prés sautille, sautille, Et mire-toi dans le ruisseau ! Vas, dans tes gracieux caprices, Becqueter la pointe des fleurs, Ou poursuivre,…

Les Deux Muses

La muse classique Tranquille amant des jeunes immortelles, Qui, sur le Pinde, ont proclamé ton nom, Sois-leur dévot : fuis les routes nouvelles, Point de salut hors de mon Hélicon ! De ton encens montre-toi plus avare : Crains d’invoquer un dieu capricieux : Tu volerais sur les ailes d’Icare……

L’ennui

Mon cœur est froid, ma tête est vide, Je suis triste, et ne sais pourquoi : Toujours, comme un spectre livide, L’ennui se dresse devant moi. Sous un poids mortel abattue, Ma jeunesse va se flétrir ; Le dégoût m’accable et me tue ; Je ne puis vivre ni mourir.…

Le Sylphe

L’aile ternie et de rosée humide, Sylphe inconnu, parmi les fleurs couché, Sous une feuille, invisible et timide, J’aime à rester caché. Le vent du soir me berce dans les roses ; Mais quand la nuit abandonne les cieux, Au jour ardent mes paupières sont closes : Le jour blesse…

Le Poète Méconnu

Enfant, sa jeune âme a des ailes, À des ailes de papillon : Tantôt errant sur un sillon Et rasant les moissons nouvelles, Tantôt empressée à s’asseoir, Rêveuse, au sein des églantines, Ou, sous les blanches aubépines, Respirant les parfums du soir. Jeune homme, à ses ailes accrues Il se…

La Campagne

De l’eau qui tombe goutte à goutte, Chrysa, je n’entends plus le bruit : Le ciel est clair, l’ouragan fuit ; L’oiseau joue au bord de la route. Entre les sentiers tortueux, Sous les verts buissons d’aubépines, Parmi les touffes d’églantines, Chrysa, veux-tu venir tous deux ? Les papillons du…