L’aigle

Ainsi qu’une prière et qu’un ennui, soleilles
Tu, lune pleine ! haut au haut des peupliers !
Tout a l’air d’eaux : et l’Homme inému des merveilles
Mène par la lumière, ayant l’amour des veilles,
Les pas las des Taureaux, Trois et loin réguliers.

Traîneurs doux de l’aiguë et de la large herse,
Homme et Taureaux, la lune, aux pâles prés, les a
Mornes et seuls grandis : et la paix large, à verse
Molle, neige : et, mouillé de l’impalpée averse,
L’équipage impavide et religieux va.

Doux de lune, vont las les Taureaux pleins de songe,
Un seul, et deux : et, sur l’épaule l’aiguillon,
Très haut l’Homme en avant en la paix grande plonge,
Tandis que leur dos maigre et noir marqué s’allonge
Hors mesure près d’eux, et rampe noir et long…

Haut sur les peupliers, la lune vénérienne
A des spleens graves, et, phosphorique, le noir
A des eaux de miroirs : mais las ! que mésavienne,
Quand à plein Temps le noir prendra l’horreur pour sienne
La pluie, et, non sous Terre, aux remous sans espoir

De l’eau large qui pisse et s’éverse aux semaines,
Nagera le grain nul : aussi, grands mesureurs
De leurs Terres, avant qu’ait loin, prodigue en peines,
Tout voilé l’ample herse, âpres et longs d’haleines,
Vontils sans le désir des lourds sommeils vainqueurs !

Sans paix, allés, venus, doux de rêve lunaire
vontils : et, las d’aller, s’enrêve le herseur :
Ayant l’air de songer, en un songe sévère,
Au nu large, tout sexe et vulve, de la Terre,
Qui s’ouvre, génésique, au germe envahisseur !

Les Chercheurs D’or

Pas plus que montagnes de glace
La haine en ces lieux où tout fond
Ne saurait se faire une place.

Puits d’amour le puits peu profond
Où niche barbouillé de crème
Le mensonge, enfant trop gâté.

Troublentils le ciel de ce thé,
Les laiteux nuages que j’aime ?
Peu dangereux sont ces orages.

Et seulement de chocolat
L’éclair n’annonce rien. Aussi
Ne ride nos fronts nul souci.

(Seule image de la vieillesse
Si dans son pot le lait se plisse)
Mais votre coeur sous mon regard,

Comme sous celui du soleil
Une glace aux fraises s’effondre,
Votre coeur est en train de fondre.

Patrie

Oh ! la maison perdue, au fond du vieil hiver,
Dans les dunes de Flandre et les vents de la mer.

Une lampe de cuivre éclaire un coin de chambre ;
Et c’est le soir, et c’est la nuit, et c’est novembre.

Dès quatre heures, on a fermé les lourds volets ;
Le mur est quadrillé par l’ombre des filets.

Autour du foyer pauvre et sous le plafond, rôde
L’odeur du goémon, de l’algue et de l’iode.

Le père, après deux jours de lutte avec le flot
Est revenu du large, et repose, làhaut ;

La mère allaite, et la flamme qui diminue
N’éclaire plus la paix de sa poitrine nue.

Et lent, et s’asseyant sur l’escabeau boitant,
Le morne aïeul a pris sa pipe, et l’on n’entend

Dans le logis, où chacun vit à l’étouffée,
Que ce vieillard qui fume à pesantes bouffées.

Mais audehors,
La meute innombrable des vents
Aboie, autour des seuils et des auvents ;
Ils viennent, d’audelà des vagues effarées,
Dieu sait pour quelle atroce et nocturne curée ;
L’horizon est battu par leur course et leur vol,
Ils saccagent la dune, ils dépècent le sol ;
Leurs dents âpres et volontaires
Ragent et s’acharnent si fort
Qu’elles mordraient, jusqu’au fond de la terre,
Les morts.

Hélas, sous les cieux fous, la pauvre vie humaine
Abritant, près des flots, son angoisse et sa peine !

La mère et les enfants, et dans son coin, l’aïeul,
Bloc du passé, debout encor, mais vivant seul,

Et récitant, à bras lassés, chaque antienne,
Cahincaha, des besognes quotidiennes.

Hélas! la pauvre vie, au fond du vieil hiver,
Lorsque la dune crie, et hurle avec la mer,

Et que la femme écoute, auprès du feu sans flamme,
On ne sait quoi de triste et de pauvre en son âme,

Et que ses bras fiévreux et affolés de peur
Serrent l’enfant pour le blottir jusqu’en son coeur,

Et qu’elle pleure, et qu’elle attend, et que la chambre
Est comme un nid tordu dans le poing de novembre.