Skip to content

Auteur : Charles Van Lerberghe

Ô Lumière

Celle dont la dépouille en ce marbre est enclose Fut le digne sujet de mes saintes amours. Las ! depuis qu’elle y dort, jamais je ne repose, Et s’il faut en veillant que j’y songe toujours. Ce fut une si rare et si parfaite chose Qu’on ne peut la dépeindre…

Ô Beau Rosier Du Paradis

… Sur les flancs du Moléson, Ah ! voyez ce frais gazon ! Entendez les chansonnettes Du pinson, des alouettes ; Chantons, que l’on soit prêt ! Partons pour le chalet. […]

Ma Soeur La Pluie

L’enfer, c’est l’absence éternelle. C’est d’aimer. C’est de dire : Hélas ! où donc estelle Ma lumière ? Où donc est ma vie et ma clarté ? Elle livre aux regards éperdus sa beauté ; Elle sourit làhaut à d’autres ; d’autres baisent Ses yeux, et dans son sein s’enivrent…

L’attente

Les sanglots embrasés qu’à tout moment il tire, Joignant à ses propos toujours quelque serment ; Font que mille beautés pensent certainement Qu’il n’est rien icibas égal à son martyre. Par feintes passions pour toutes il soupire ; Telle croit que ses yeux lui donnent du tourment, Qui, le tenant…

L’adieu

Les glaces sont les mélancoliques gardiennes Des visages et des choses qui s’y sont vus ; Mirage obéissant sans jamais un refus ! Mais le soir leur revient en crises quotidiennes ; C’est une maladie en elles que le soir ; Comment se prolonger un peu, comment surseoir Au mal…

La Barque D’or

Quand reviendra l’automne, Cette saison si triste, Je vais m’ la passer bonne, Au point de vue artiste. Car le vent, je l’ connais, Il est de mes amis ! Depuis que je suis né Il fait que j’en gémis… Et je connais la neige, Autant que ma chair même,…

Il Luit Dans L’ombre

L’aube sur la baie éclatante Se joue encor, Et sème au loin l’eau palpitante D’écailles d’or. Déjà le cap Percé rayonne: Sur ses pieds bleus Le flux rejaillant résonne Harmonieux. O beau rocher ! tes blanches lignes Courent dans l’air, Puis s’enfoncent comme des cygnes Dans le flot clair !…