À Ninon

Depuis le siècle de Pépin
Jusques à celui de la Fronde
On n’a rien vu de si poupin
Que cette belle vagabonde

Elle est aussi droite qu’un pieu
Plus pénétrante qu’une sonde
Plus savante qu’un Calepin
Et va la nuit comme une ronde.

Elle est douce comme un mouton
Dort l’hiver en drap de coton
Fixe au Marais son habitacle

Se contente le soir d’un poulet
Touche le luth, parle en oracle
Et siffle comme un flageolet !

Ballade À Mademoiselle De Lenclos

Or qui m’aimera, si me suive,
Je suis Bon Temps, vous le voyez ;
En mon banquet nul n’y arrive
Pourvu qu’il se fume ou écrive,
Ou ait ses esprits fourvoyés.
Gens sans amour, gens dévoyés
Je ne veux ni ne les appelle,
Mais qu’ils soient jetés à la pelle.

Je ne semons* en mon convive**
Que tous bons rustres avoyés ;
Moi, mes supports, à pleine rive,
Nous buvons, d’une façon vive,
A ceux qui y sont convoyés.
Danseurs, sauteurs, chantres, oyez,
Je vous retiens de ma chapelle
Sans être jetés à la pelle.

Grognards, hongnards, fongnards, je prive,
Les biens leurs sont mal employés ;
Ma volonté n’est point rétive,
Sur toutes est consolative,
Frisque, gaillarde, et le croyez ;
Jureurs, blasphémateurs, noyez ;
S’il vient que quelqu’un en appelle,
Qu’il ne soit jeté à la pelle.

Prince Bacchus, tels sont rayés,
Car d’avec moi je les expelle*** ;
De mon vin clairet essayez
Qu’on ne doit jeter à la pelle.

(*) invite
(**) repas
(***) chasse

Contre Ses Parents

Dimanche : un pâle ennui d’âme, un désoeuvrement
De doigts inoccupés tapotant sourdement
Les vitres, comme pour savoir leur peine occulte ;
Ah ! Ce gémissement du verre qu’on ausculte !

Dimanche : l’air à soimême dans la maison
D’un veuf qui ne veut pas aider sa guérison
Quand les bruits du dehors se ouatent de silence.
Dimanche : impression d’être en exil ce jour,

Long jour que le chagrin des cloches influence,
Et sans cesse ce long dimanche est de retour !
Ah ! Le triste bouquet des heures du dimanche ;
C’est un triste bouquet de fleurs qui lentement

Meurt dans un verre d’eau sur une nappe blanche…
M’en sauver, le pourraije ? Et l’éviter, comment ?
Ce jour de demideuil aux couleurs trop calmées
Où mon coeur otieux s’en va dans les fumées.

J’en ai l’obsession, j’en ai peur, j’en ai froid
Du spleen hebdomadaire où ce jour me ramène :
Tandis que je me leurre au long de la semaine,
Flux et reflux de jours qui s’accroît et décroît,

Dont l’écume est un peu de vanité qui chante,
Voici que le repos dominical me hante
Et déjà m’apparaît comme un repos amer,

Repos nu d’une grève au départ de la mer,
Grève morte du long dimanche infinissable
Qui coagule au loin ses silences de sable…