Skip to content

Auteur : Clément Marot

Ma Dame Ne M’a Pas Vendu

Quand naissent les fleurs au chant des oiseaux Ton étrange voix gravement résonne, Et comme aux échos des forêts d’automne Un pressentiment court jusqu’en mes os. Quand l’or des moissons mûrit sous la flamme, Ton lointain sourire à peine tracé Me pénètre ainsi qu’un brouillard glacé. L’hiver boréal envahit mon…

De La Rose

Elle sait que l’attente est un cruel supplice, Qu’il doit souffrir déjà, qu’il faut qu’elle accomplisse Le serment qu’elle a fait d’être là, vers midi. Mais, parmi les parfums du boudoir attiédi, Elle s’est attardée à finir sa toilette. Et devant le miroir charmé qui la reflète, Elle s’impatiente à…

De Sa Grande Amie

En m’en venant au tard de nuit se sont éteintes les ételles : ah ! que les roses ne sontelles tard au rosier de mon ennui et mon Amante, que n’estelle morte en m’aimant dans un minuit. Pour m’entendre pleurer tout haut à la plus haute nuit de terre le…

De Soi-même

En mieux il tournera l’usage des cinq sens. Veutil suave odeur ? il respire l’encens Qu’offrit jésus en croix, qui en donnant sa vie Fut le prêtre, l’autel et le temple et l’hostie. Fautil des sons ? le Grec qui jadis s’est vanté D’avoir ouï les cieux, sur l’Olympe monté,…

Du Disciple Soutenant Son Maître Contre Les Détracteurs

Les nostalgiques citronniers aux feuilles blêmes S’étiolent et leurs parfums, avec ennui, Meurent dans le jardin peuplé de chrysanthèmes. Pour la dernière fois le soleil tiède a lui. Soir des morts ! Glas chargé de pleurs et d’anathèmes : Le Souvenir s’éveille et reprend, aujourd’hui, En sourdine, les vieux, les…

Du Mal Content D’amour

Ganymède, Uranie, Io, Laède, Léandre, Eron, Mirre, Énée, Taonyce, Thétis, Élucie, Danaé, Érigone, Urotis, Actéon, Udamie, Dorillée, Évandre : Le Ciel, les nourrissons, Jupiter, l’herbe tendre, Les flots, le feu, l’enfant, la mort, le roc, Crétis, L’essourdement, les fleurs, l’or, l’enfer, le tapis, Les chiens, l’horreur, les nuits, contents les…

J’ai Grand Désir

La nuit splendide et bleue est un paon étoilé Aux milliers d’yeux brillants comme des étincelles, Qui fait la roue et marche, ou vole et bat des ailes Devant ton trône, Allah, à nos regards voilé.

Je Suis Aimé De La Plus Belle

Le soir fraîchissait dans les roses. Inquiets de troubler ce charme défaillant, Des êtres inconnus, voluptueusement, Atténuaient les choses De voiles hyacinthes, semblables à des mers. Tout s’effaçait en un calme silence, Et devenait l’imperceptible hier. Des choses qui mouraient paraissaient immortelles, D’autres, languissamment, s’exhalaient dans le ciel, Et pour…