L’immortalité

La mort vient dégager de la vile matière
Notre esprit, souffle de la pur divinité,
Et l’ombre des tombeaux nous cache une lumière
Dont nos yeux ne pourraient soutenir la clarté.

La mort vient délivrer notre âme prisonnière
Et lui faire connaître enfin la liberté,
Nous mourons, c’est la vie ; et notre heure dernière
Est le premier moment de l’immortalité.

Ah ! ne redoutons pas de tomber dans l’abîme
Où paraît s’engloutir à jamais l’être humain,
Le trépas nous promet l’éternel lendemain ;

Et par un privilège éclatant et sublime,
Quand il meurt ici-bas, l’homme naît dans le ciel
Car Dieu le fait mourir pour le rendre immortel.

Fête Du Peuple

Quel trouble inattendu semble agiter les âmes ?

Pourquoi ces cris ? pourquoi tous ces apprêts nouveaux ?

Pourquoi ces artisans, ces enfants et ces femmes

Ont-ils déserté leurs travaux ?

Un désir inquiet se peint sur leur visage ;

Est-ce un espoir ? Est-ce un présage ?

Oh voyez ! comme ils sont empressés d’accourir !

Une sourde rumeur s’élève dans la nue :

Quel est cet appareil, cette fête inconnue ?

C’est un homme qui va mourir.

Son crime fut d’un jour. D’une peine éternelle

La loi va déployer l’appareil menaçant,

Car le sang qui coula sous sa main criminelle

Doit être expié par le sang.

J’entends. Mais que lui veut cette foule empressée

Qui, sur les chemins amassée.

Va chercher des horreurs qui puissent l’émouvoir ?

— ils viennent prodiguer à sa lente agonie

De leurs transports bruyants la farouche ironie !

— Ils vont le plaindre ? — Ils vont le voir !

Marqués aussi du sceau d’un destin redoutable,

Sur leurs têtes aussi l’anathème est lancé :

Ils doivent tous subir l’arrêt inévitable

Qu’un autre Juge a prononcé.

Cet homme, son voisin, tous pourraient cesser d’être

Quand cet autre qui va paraître

Portera sous la hache un stérile remord ;

Car il faut tôt ou tard que la loi s’accomplisse ;

Mais, ignorant du moins le moment du supplice,

Comme lui condamnés à mort,

Ils cherchent sur son front quelque lueur nouvelle ;

Ils vont interroger ses gestes, ils ont faim

D’aller dans tous ses traits chercher ce que révèle

L’œil d’un homme qui voit la fin,

Qui, des profonds secrets dérobés à la terre,

Près de percer le grand mystère,

Voit le terme fatal s’approcher pas à pas,

Dans chaque son qui fuit, dans chaque instant qui passe,

Et qui peut calculer, au juste, quel espace

Le sépare encor du trépas.

Mais des gardes déjà devant le char placés

Aux rayons du soleil les sabres ont relui,

Et sur les hauts balcons les femmes entassées

Nous ont crié déjà : C’est lui !

A l’aspect de ce peuple, un moment il relève

Cette tête promise au glaive

Dont la justice humaine a brisé le fourreau ;

Puis au sort qui l’attend muet il s’abandonne,

Entre l’homme qui frappe et le Dieu qui pardonne.

Entre le prêtre et le bourreau.

Il vient — à reculons assis dans la charrette.

Pas plus loin, pas plus loin. — On dit qu’il a parlé !

— Il descend. — Puis il faut remonter. — Il s’arrête !

— Toi qui vois, a-t-il chancelé ?

Tout est là, tout est prêt ; le panier est à droite :

C’est par cette ouverture étroite…

Silence ! il est saisi par les exécuteurs !

C’est fait. Que de bravos la place retentisse ;

C’est fait : il est où ceux qu’a jugés leur justice

Ont leur tour d’être accusateurs.

Lorsqu’autrefois

Lorsqu’autrefois, au seuil des saintes basiliques,

Des rois, couverts d’un sac, et baisant des reliques.

Les reins ceints d’une corde, et les pieds tout meurtris,

Venaient s’agenouiller repentants et contrits ;

En expiation de quelques grands scandales

Humiliaient leur front dans la poudre des dalles.

Et dans le sanctuaire où Dieu s’était caché

Se frappaient la poitrine en criant : J’ai péché !

Dans le fond de ces cœurs à qui voulait descendre

L’orgueil apparaissait bientôt sous cette cendre,

Et laissait voir à nu ce que de vanité

Recelait en dedans si haute humilité.Mais quand un homme obscur qui n’eut jamais l’envie

Que de cacher à tous la trace de sa vie,

Qui va suivant sa route en marquant chaque pas,

Par quelque œuvre de bien que l’on ne connaît pas,

Quand par hasard cet homme, après soixante années

D’honneur et de vertus l’une à l’autre enchaînées,

Arrivant près du terme, et las d’avoir marché,

Dans cette voie étroite une fois a bronché.

Alors il faut gémir qu’aux choses de la terre

La main d’un Dieu jaloux ait fait ce caractère

De ne pouvoir toujours, entre tant de combats,

Garder une vertu qui n’est point d’ici-bas,

Et vienne tôt ou tard jeter quelque mélange

Sur cette pureté qu’il réserve pour l’ange.

Comme pour faire voir que toujours d’un côté

Un cœur, si haut qu’il soit, touche à l’humanité.

La Femme Adultère

Écoutez ce que c’est que la femme adultère.

Sa joie est un tourment, sa douleur un mystère :

Dans son cœur dégradé que le crime avilit

Un autre a pris la place à l’époux réservée ;

D’impures voluptés elle s’est abreuvée ;

Un autre est venu dans son lit.

Dévorée au dedans d’une flamme cachée,

Toujours, devant les yeux son image attachée

Jusqu’aux bras d’un époux vient encor la troubler ;

Elle reste au logis des heures à l’attendre.

Prête l’oreille et dit, quand elle croit l’entendre,

A ses enfants de s’en aller.

Son complice ! des lois il brave la vengeance !

Qui pourrait, trahissant leur sourde intelligence,

Éveiller dans les cœurs le soupçon endormi ?

De son crime impuni le succès l’encourage,

La mère lui sourit, et l’époux qu’il outrage

L’embrasse en disant : mon ami.

Voici venir enfin l’heure tant retardée ;

Les voilà seuls, la porte est close et bien gardée :

Pourquoi cet air pensif, pourquoi cet œil distrait ?

Pourquoi toujours trembler et pâlir d’épouvante ?

Personne ne l’a vu monter, et la suivante

A reçu le prix du secret.

Dans un festin brillant le hasard les rassemble ;

Leurs sièges sont voisins. Que vont-ils dire ensemble ?

Quel sinistre bonheur dans leurs regards a lui !

Oh retiens les éclairs de ta prunelle ardente,

Garde de te trahir, et de boire, imprudente !

Dans la même coupe après lui !

Que dis-je ? Du mépris et de l’indifférence

Elle sait à son œil imposer l’apparence :

Un regard indiscret jamais ne révéla

De son cœur déchiré la sombre inquiétude.

Elle s’observe, et sait, à force d’habitude,

Rester froide quand il est là !

Ses tourments sont cachés à tous, soyez sans crainte ;

Aussi regardez-la sans gêne et sans contrainte

Répondre à vingt propos, sourire oh si du moins,

Pour apaiser l’ardeur dont elle est embrasée,

Elle pouvait, auprès d’une obscure croisée,

L’avoir un instant sans témoins !

Sentir le bruit léger de sa robe froissée,

Dans les plis de satin sa jambe entrelacée,

Lui donner d’un regard l’heure du lendemain,

Et, dans ce tourbillon qui roule et qui l’emporte.

Lui dire ou seulement debout, près de la porte,

En passant lui serrer la main !

Cependant, pas à pas, la vieillesse est venue

Troubler son cœur flétri d’une crainte inconnue.

Le prestige enivrant s’est enfin dissipé :

Il faut quitter l’amour, l’amour et son ivresse ;

Il faut se trouver seule et subir la tendresse

De cet homme qu’elle a trompé.

Ospitalita

Dans des vers immortels que vous savez sans doute,
Dante acceptant d’un prince et le toit et l’appui,
Des chagrins de l’exil abreuvé goutte à goutte,
Nous a montré son coeur tout plein d’un sombre ennui ;
Et combien est amer, pour celui qui le goûte,
Le pain de l’étranger, et tout ce qu’il en coûte
De monter et descendre à l’escalier d’autrui…
Moi, qui ne le vaux pas, j’ai trouvé mieux que lui.
Ici, malgré ces vers de funèbre présage,
J’ai trouvé le pain bon, et meilleur le visage,
Et l’opulent bien-être et les plaisirs permis.
C’est que Dante, égaré dans des sphères trop hautes,
Avait un protecteur, et que moi j’ai des hôtes ;
C’est qu’il avait un maître et que j’ai des amis.

La Pauvreté

Hôtes de ce séjour d’angoisse et de souffrance,

Où Satan sur le seuil a mis : Plus d’espérance !

Qui vous brisez le front contre ses murs de fer,

Et vîntes échanger, dans cette fange immonde,

La perpétuité des peines de ce monde

Pour l’éternité de l’enfer !

Ô vous, bandits, larrons d’Italie ou d’Espagne,

Hôtes des grands chemins, qui courez la campagne

De Tarente à Venise, et de Rome au Simplon ;

Et vous, concitoyens, voleurs de ma patrie.

Qui, les cheveux rasés et l’épaule flétrie.

Ramiez dans Brest ou dans Toulon !

Et vous qui, franchissant les monts et les cascades,

Imploriez la madone, et braviez les alcades,

Castillans, Grenadins ! et vous qui, sourdement,

Sous le ciel de l’Écosse, alliez dans les ténèbres

Ressusciter les morts dans leurs linceuls funèbres

Avant le jour du jugement !

Filles de joie, ô vous qu’on voyait dans la rue.

Autour d’un mauvais lieu, faire le pied de grue.

Dont l’amour fut mortel, et le baiser fatal ;

Vous tous, morts dans le crime et dans l’impénitence,

Spectres, qu’ont ainsi faits la roue ou la potence,

La guillotine ou l’hôpital !

Vous tous, mes vieux damnés, races de Dieu maudites,

Approchez-vous ici, parlez-nous, et nous dites

Aux gouffres de Satan combien a rapporté

Chaque péché mortel qui damne l’autre vie ;

Combien l’Orgueil, combien l’Avarice ou l’Envie,

Combien surtout la Pauvreté ?

C’est Elle qui flétrit une âme encor novice,

L’enlace, et la conduit au crime par le vice.

Courbant les plus hauts fronts avec sa main de fer ;

Qui mêle le poison et qui tire l’épée :

Elle, la plus féconde et la mieux occupée

Des pourvoyeuses de l’enfer !

Pauvreté ! vaste mot. Puissances de la terre,

Qui portez de vos noms l’orgueil héréditaire,

Savez-vous ce que c’est qu’avoir soif, avoir faim :

L’hiver, dans un grabat juché sous la toiture,

Passer le jour sans feu, la nuit sans couverture ;

Ce que c’est que le pauvre, enfin ?

— C’est un homme qui va, sur les places publiques,

Colporter, tout perclus, une boîte à reliques ;

Un aveugle en haillons, qu’on voit par les chemins

Accompagné d’un chien qui porte une sébile,

Agenouillé par terre, et qui chante, immobile,

Un cantique, en joignant les mains :

C’est un homme qui veille au seuil la nuit entière,

Et vient, sortants du bal, vous ouvrir la portière,

Recommandant sa peine aux cœurs compatissants ;

C’est une femme en pleurs qui voile son visage

Et tient à ses côtés deux enfants en bas-âge

Dressés à suivre les passants.

C’est cela : rien de plus. D’ailleurs, c’est une classe,

Les pauvres : il faut bien que chacun ait sa place ;

Dieu seul sait comme tout ici doit s’ordonner :

Il a mis la santé près de la maladie,

Le riche près du pauvre : il faut que l’un mendie

Pour que l’autre puisse donner.

Et quand, lassés de voir qu’on vous suit à la trace,

Vous vous êtes saignés, à grand’peine, et par grâce,

Du denier qu’un laquais insolent a jeté :

Grands seigneurs, financiers, belles dames, duchesses.

Vous vous tenez contenus, et croyez vos richesses

Quittes envers la pauvreté !

Mais il en est une autre, une autre cent fois pire,

Qui n’a point de haillons, celle-là, qui n’inspire

Ni pitié, ni dégoût, qui se pare de fleurs :

Qui ne se montre point, mendiante et quêteuse,

Mais, sous de beaux habits, cache, toute honteuse.

Ses ulcères et ses douleurs.

Elle vient au concert, et chante : au bal, et danse :

Jamais, jamais un geste, un mot dont l’imprudence

Trahirait des tourments qui ne sont point compris ;

C’est un combat sans fin, une longue détresse,

Une fièvre qui mine, un cauchemar qui presse

Et tue en étouffant vos cris.

C’est ce mal qui travaille une âme bien placée,

Qui s’indigne du rang où le sort l’a laissée ;

Qui demeure toujours triste au sein des plaisirs,

Parce qu’elle en sait bien le terme, et s’importune

De n’égaler jamais ses vœux à sa fortune,

Ni son espoir à ses désirs.

C’est le fléau du siècle, et cette maladie

Gagne de proche en proche, ainsi qu’un incendie :

Le monde dans son sein porte un hôte inconnu :

C’est un ver dans le cœur, c’est le cheval de Troie,

D’où les Grecs tout armés tomberont sur leur proie

Quand le moment sera venu.

Or, quand cela se voit, c’est une marque sûre

Qu’il s’est fait au-dedans une grande blessure.

Enseignement certain, par où Dieu nous apprend

Qu’une société vieillie et décrépite

S’émeut au plus profond de sa base, et palpite

Du dernier râle d’un mourant.

Je vous en avertis, riches ; prenez-y garde !

L’édifice est usé : si quelqu’un par mégarde

Passe trop chargé d’or sur ses planchers pourris,

— Un grain de blé suffit pour combler la mesure :

Au choc le plus léger cette vieille masure

Vous étouffe sous ses débris.

Peu de jours sont passés depuis qu’en sa colère

Lyon a vu rugir le monstre populaire :

Vous aviez cru le voir arriver en trois bonds,

Le sang dans les regards, le feu dans les narines.

Et vous aviez serré votre or sur vos poitrines.

Pâles comme des moribonds.

S’il n’a pas cette fois encor, rompu sa chaîne,

Si la porte est de fer et la cage de chêne,

Pourtant n’approchez pas des barreaux trop souvent.

Car sa force s’accroît, et sa rage, en silence ;

Et gare qu’un beau jour il les brise, et s’élance

Libre enfin, et les crins au vent !

Pourtant, Si Tu M’aimais

Pourtant, si tu m’aimais ! si cette raillerie

Avait jeté racine et germé sourdement ;

Si, moi qui me jouais, si tu m’avais, Marie,

De la bouche et du cœur appelé ton amant !

Si je t’avais trompée, et si j’avais su rendre

Si puissant et si doux mon sourire moqueur.

Que ton âme crédule ait pu se laisser prendre

Aux semblants d’un amour qui n’est point dans mon cœur,

Malheur à tous les deux ! Tôt ou tard l’imposture

Rapportera ses fruits d’angoisse et de douleur ;

Et toi, qui n’a rien fait, toi, pauvre créature,

Tu prendras comme moi ta moitié du malheur.

Et si j’avais dit vrai ; cependant, quand j’y songe…

Ô femme ! vois un peu ce que c’est que de nous !

Pour peu que cette voix, qui riait du mensonge.

Eût de torrents d’amour inondé tes genoux !

Comme un berceau d’enfant à la branche fleurie,

Si j’avais suspendu mon bonheur à tes pas,

Malheur, encor malheur ! car cette fois, Marie,

Hélas ! ce serait toi qui ne m’aimerais pas !

Était-ce donc ta loi, pitoyable nature.

De reculer toujours le but que j’entrevois,

Et de ne mettre au cœur de chaque créature

Qu’un désir sans espoir, et qu’un écho sans voix.

Ô malédiction ! était-ce ton envie

De n’accomplir jamais qu’une part du souhait,

Et le seul avenir est-il pour cette vie,

De haïr qui nous aime, ou d’aimer qui nous hait.

La Première Passion

I

 » Minuit ! ma mère dort : je me suis relevée :

Je craignais de laisser ma lettre inachevée ;

J’ai voulu me hâter, car peut-être ma main

Ne sera-t-elle plus assez forte demain !

Tu connais mon malheur ; je t’ai dit que mon père

A voulu me dicter un choix, et qu’il espère

Sans doute me trouver trop faible pour oser

Refuser cet époux qu’il prétend m’imposer.

O toi qui m’appartiens ! ô toi qui me fis naître

Au bonheur, à l’amour que tu m’as fait connaître ;

Toi qui sus le premier deviner le secret

Et trouver le chemin d’un cœur qui s’ignorait,

Crois-tu qu’à d’autres lois ton amante enchaînée

Méconnaisse jamais la foi qu’elle a donnée ;

Qu’elle puisse oublier ces rapides momens

Où nos voix ont ensemble échangé leurs sermens,

Où sa tremblante main a frémi dans la tienne,

Et qu’à d’autre qu’à toi jamais elle appartienne ?

Tu veux fuir, m’as-tu dit : fuis ; mais n’espère pas

M’empêcher de te suivre attachée à tes pas !

Qu’importe où nous soyons si nous sommes ensemble ;

Est-il donc un désert si triste, qui ne semble

Plus riant qu’un palais, quand il est animé

Par l’aspect du bonheur et de l’objet aimé ?

Et que me font à moi tous ces biens qui m’attendent ?

Lorsqu’on s’est dit : je t’aime ! et que les cœurs s’entendent,

Que sont tous les trésors, qu’est l’univers pour eux.

Et que demandent-ils de plus pour être heureux ?

Mais comment fuir ? comment tromper la vigilance

D’un père soupçonneux qui m’épie en silence ?

Je m’abusais ! Eh bien, écoute le serment

Que te jure ma bouche en cet affreux moment :

Puisqu’on l’a résolu, puisqu’on me sacrifie.

Puisqu’on veut mon malheur, eh bien ! je les défie :

Ils ne m’auront que morte, et je n’aurai laissé

Pour traîner à l’autel qu’un cadavre glacé !  »

II

Lorsque je l’ai revue, elle était mariée

Depuis cinq ans passés :  » Ah ! s’est-elle écriée,

C’est vous ! bien vous a pris d’être venu nous voir :

Mais où donc étiez-vous ? Et ne peut-on savoir

Pourquoi, depuis un siècle, éloigné de la France,

Vous nous avez ainsi laissés dans l’ignorance ?

Quant à nous, tout va bien : le sort nous a souri.

— J’ai parlé bien souvent de vous à mon mari ;

C’est un homme d’honneur, que j’aime et je révère,

Sage négociant, de probité sévère,

Qui par son zèle actif chaque jour agrandit

L’essor de son commerce, et double son crédit :

Et puisque le hasard à la fin nous rassemble ;

Je vous présenterai, vous causerez ensemble ;

Il vous recevra bien, empressé de saisir

Pareille occasion de me faire plaisir.

Vous verrez mes enfans : j’en ai trois. Mon aînée

Est chez mes belles-sœurs, qui me l’ont emmenée ;

Je l’attends samedi matin : vous la verrez.

Oh, c’est qu’elle est charmante ! ensuite, vous saurez

Qu’elle lit couramment, écrit même, et commence

A jouer la sonate et chanter la romance.

Et mon fils ! il aura ses trois ans et demi

Le vingt du mois prochain ; du reste, mon ami,

Vous verrez comme il est grand et fort pour son âge ;

C’est le plus bel enfant de tout le voisinage.

Et puis, j’ai mon petit. — Je ne l’ai pas nourri :

Mes couches ont été pénibles ; mon mari,

Qui craignait pour mon lait, a voulu que je prisse

Sur moi de le laisser aux mains d’une nourrice.

Mais de cet embarras je vais me délivrer,

Et le docteur a dit qu’on pouvait le sevrer.

— Ainsi dans mes enfans, dans un époux qui m’aime,

J’ai trouvé le bonheur domestique ; et vous même,

Vous dépendez de vous, j’imagine, et partant

Qui peut vous empêcher d’en faire un jour autant ?

Je sais qu’en pareil cas le choix est difficile.

Que vous avez parfois une humeur indocile ;

Mais on peut réussir, et vous réussirez :

Vous prendrez une femme, et nous l’amènerez,

Elle viendra passer l’été dans notre terre :

Jusque-là toutefois, libre et célibataire,

Pensez à vos amis, et venez en garçon

Nous demander dimanche à dîner sans façon. « 

La Ressemblance

Sur tes riches tapis, sur ton divan qui laisse
Au milieu des parfums respirer la mollesse,
En ce voluptueux séjour,
Où loin de tous les yeux, loin des bruits de la terre,
Les voiles enlacés semblent, pour un mystère,
Eteindre les rayons du jour,

Ne t’enorgueillis pas, courtisane rieuse,
Si, pour toutes tes soeurs ma bouche sérieuse
Te sourit aussi doucement,
Si, pour toi seule ici, moins glacée et moins lente,
Ma main sur ton sein nu s’égare, si brûlante
Qu’on me prendrait pour un amant.

Ce n’est point que mon coeur soumis à ton empire,
Au charme décevant que ton regard inspire
Incapable de résister,
A cet appât trompeur se soit laissé surprendre
Et ressente un amour que tu ne peux comprendre,
Mon pauvre enfant ! ni mériter.

Non : ces rires, ces pleurs, ces baisers, ces morsures,
Ce cou, ces bras meurtris d’amoureuses blessures,
Ces transports, cet oeil enflammé ;
Ce n’est point un aveu, ce n’est point un hommage
Au moins : c’est que tes traits me rappellent l’image
D’une autre femme que j’aimai.

Elle avait ton parler, elle avait ton sourire,
Cet air doux et rêveur qui ne peut se décrire.
Et semble implorer un soutien ;
Et de l’illusion comprends-tu la puissance ?
On dirait que son oeil, tout voilé d’innocence,
Lançait des feux comme le tien.

Allons : regarde-moi de ce regard si tendre,
Parle-moi, touche-moi, qu’il me semble l’entendre
Et la sentir à mes côtés.
Prolonge mon erreur : que cette voix touchante
Me rende des accents si connus et me chante
Tous les airs q’elle m’a chantés !

Hâtons-nous, hâtons-nous ! Insensé qui d’un songe
Quand le jour a chassé le rapide mensonge,
Espère encor le ressaisir !
Qu’à mes baisers de feu ta bouche s’abandonne,
Viens, que chacun de nous trompe l’autre et lui donne
Toi le bonheur, moi le plaisir !

La Saint-barthélemy

I

Les prêtres avaient dit :  » En ce temps-là, mes frères,

On a vu s’élever des docteurs téméraires,

Des dogmes de la foi censeurs audacieux :

Au fond du Saint des saints l’Arche s’est refermée,

Et le puits de l’abîme a vomi la fumée

Qui devait obscurcir la lumière des cieux.

L’Antéchrist est venu, qui parcourut la terre :

Tout à coup, soulevant un terrible mystère,

L’impie a remué de profanes débats ;

Il a dressé la tête : et des voix hérétiques

Ont outragé la Bible, et chanté les cantiques

Dans le langage impur qui se parle ici-bas.

Mais si le ciel permet que l’Église affligée

Gémisse pour un temps, et ne soit point vengée ;

S’il lui plaît de l’abattre et de l’humilier :

Si sa juste colère, un moment assoupie.

Dans sa gloire d’un jour laisse dormir l’impie,

Et livre ses élus au bras séculier ;

Quand les temps sont venus, le fort qui se relève

Soudain de la main droite a ressaisi le glaive :

Sur les débris épars qui gisaient sans honneur

Il rebâtit le Temple, et ses armes bénites

Abattent sous leurs coups les vils Madianites,

Comme fait les épis la faux du moissonneur.

Allez donc, secondant de pieuses vengeances,

Pour vous et vos parents gagner les indulgences ;

Fidèles, qui savez croire sans examen,

Noble race d’élus que le ciel a choisie,

Allez, et dans le sang étouffez l’hérésie !

Ou la messe, ou la mort ! » — Le peuple dit : Amen.

II

A l’hôtel de Soissons, dans une tour mystique,

Catherine interroge avec des yeux émus

Des signes qu’imprima l’anneau cabalistique

Du grand Michel Nostradamus.

Elle a devant l’autel déposé sa couronne ;

A l’image de sa patronne,

En s’agenouillant pour prier.

Elle a dévotement promis une neuvaine,

Et tout haut, par trois fois, conjuré la verveine

Et la branche du coudrier.

 » Les astres ont parlé : qui sait entendre, entende !

Ils ont nommé ce vieux Gaspard de Châtillon :

Ils veulent qu’en un jour ma vengeance s’étende

De l’Artois jusqu’au Roussillon.

Les pieux défenseurs de la foi chancelante

D’une guerre déjà trop lente

Ont assez couru les hasards :

A la cause du ciel unissons mon outrage.

Périssent, engloutis dans un même naufrage.

Les huguenots et les guisards !  »

III

C’était un samedi du mois d’août : c’était l’heure

Où l’on entend de loin, comme une voix qui pleure,

De l’angélus du soir les accents retentir :

Et le jour qui devait terminer la semaine

Était le jour voué, par l’Église romaine.

A saint Barthélémy, confesseur et martyr.

Quelle subite inquiétude

A cette heure ? quels nouveaux cris

Viennent troubler la solitude

Et le repos du vieux Paris ?

Pourquoi tous ces apprêts funèbres,

Pourquoi voit-on dans les ténèbres

Ces archers et ces lansquenets ?

Pourquoi ces pierres entassées,

Et ces chaînes de fer placées

Dans le quartier des Bourdonnais ?

On ne sait. Mais enfin, quelque chose d’étrange

Dans l’ombre de la nuit se prépare et s’arrange.

Les prévôts des marchands, Marcel et Jean Charron.

D’un projet ignoré mystérieux complices.

Ont à l’Hôtel-de-Ville assemblé les milices,

Qu’ils doivent haranguer debout sur le perron.

La ville, dit-on, est cernée

De soldats, les mousquets chargés ;

Et l’on a vu, l’après-dînée.

Arriver les chevau-légers :

Dans leurs mains le fer étincelle ;

Ils attendent le boute-selle.

Prêts au premier commandement ;

Et des cinq cantons catholiques,

Sur l’Évangile et les reliques,

Les Suisses ont prêté serment.

Auprès de chaque pont des troupes sont postées :

Sur la rive du nord les barques transportées ;

Par ordre de la cour, quittant leurs garnisons,

Des bandes de soldats dans Paris accourues

Passent, la hallebarde au bras, et dans les rues

Des gens ont été vus qui marquaient des maisons.

On vit, quand la nuit fut venue,

Des hommes portant sur le dos

Des choses de forme inconnue

Et de mystérieux fardeaux.

Et les passants se regardèrent :

Aucuns furent qui demandèrent :

— Où portes-tu, par l’ostensoir !

Ces fardeaux persans, je te prie ?

— Au Louvre, votre seigneurie.

Pour le bal qu’on donne ce soir.

IV

Il est temps ; tout est prêt : les gardes sont placés.

De l’hôtel Châtillon les portes sont forcées ;

Saint-Germain-l’Auxerrois a sonné le tocsin :

Maudit de Rome, effroi du parti royaliste,

C’est le grand-amiral Coligni que la liste

Désigne le premier au poignard assassin.

—  » Est-ce Coligni qu’on te nomme ?  »

—  » Tu l’as dit. Mais, en vérité,

Tu devrais respecter, jeune homme.

Mon âge et mon infirmité.

Va, mérite ta récompense ;

Mais, tu pouvais bien, que je pense,

T’épargner un pareil forfait

Pour le peu de jours qui m’attendent !  »

Ils hésitaient, quand ils entendent

Guise leur criant :  » Est-ce fait ?  »

Ils l’ont tué ! la tête est pour Rome. On espère

Que ce sera présent agréable au saint père.

Son cadavre est jeté par-dessus le balcon :

Catherine aux corbeaux l’a promis pour curée.

Et rira voir demain, de ses fils entourée,

Au gibet qu’elle a fait dresser à Montfaucon.

Messieurs de Nevers et de Guise,

Messieurs de Tavanne et de Retz,

Que le fer des poignards s’aiguise,

Que vos gentilshommes soient prêts.

Monsieur le duc d’Anjou, d’Entrague,

Bâtard d’Angoulême, Birague,

Faites armer tous vos valets !

Courez où le ciel vous ordonne,

Car voici le signal que donne

La Tour-de-l’horloge au Palais.

Par l’espoir du butin ces hordes animées.

Agitant à la main des torches allumées,

Au lugubre signal se hâtent d’accourir :

Ils vont. Ceux qui voudraient, d’une main impuissante,

Écarter des poignards la pointe menaçante.

Tombent ; ceux qui dormaient s’éveillent pour mourir.

Troupes au massacre aguerries,

Bedeaux, sacristains et curés,

Moines de toutes confréries.

Capucins, Carmes, Prémontrés,

Excitant la fureur civile,

En tout sens parcourent la ville

Armés d’un glaive et d’un missel.

Et vont plaçant des sentinelles

Du Louvre au palais des Tournelles

De Saint-Lazare à Saint-Marcel.

Parmi les tourbillons d’une épaisse fumée

Que répand en flots noirs la résine enflammée,

A la rouge clarté du feu des pistolets,

On voit courir des gens à sinistre visage,

Et comme des oiseaux de funeste présage,

Les clercs du Parlement et des deux Châtelets.

Invoquant les saints et les saintes,

Animés par les quarteniers,

Ils jettent les femmes enceintes

Par-dessus le Pont-aux-Meuniers.

Dans les cours, devant les portiques.

Maîtres, écuyers, domestiques.

Tous sont égorgés sans merci :

Heureux qui peut dans ce carnage,

Traversant la Seine à la nage.

Trouver la porte de Bussi !

C’est par là que, trompant leur fureur meurtrière,

Avertis à propos, le vidame Perrière,

De Fontenay, Caumont, et de Montgomery,

Pressés qu’ils sont de fuir, sans casque, sans cuirasse.

Échappent aux soldats qui courent sur leur trace

Jusque sous les remparts de Montfort-l’Amaury.

Et toi, dont la crédule enfance,

Jeune Henri le Navarrois.

S’endormit, faible et sans défense,

Sur la foi que donnaient les rois ;

L’espérance te soit rendue :

Une clémence inattendue

A pour toi suspendu l’arrêt ;

Vis pour remplir ta destinée,

Car ton heure n’est pas sonnée,

Et ton assassin n’est pas prêt !

Partout des toits rompus et des portes brisées,

Des cadavres sanglants jetés par les croisées,

A des corps mutilés des femmes insultant ;

De bourgeois, d’écoliers, des troupes meurtrières.

Des blasphèmes, des pleurs, des cris et des prières.

Et des hommes hideux qui s’en allaient chantant :

 » Valois et Lorraine

Et la double croix !

L’hérétique apprenne

Le pape et ses droits !

Tombant sous le glaive.

Que l’impie élève

Un bras impuissant ;

Archers de Lausanne,

Que la pertuisane

S’abreuve de sang !

Croyez-en l’oracle

Des corbeaux passants,

Et le grand miracle

Des Saints-Innocents.

A nos cris de guerre

On a vu naguère,

Malgré les chaleurs,

Surgir une branche

D’aubépine franche

Couverte de fleurs !

Honni qui pardonne !

Allez sans effroi,

C’est Dieu qui l’ordonne,

C’est Dieu, c’est le roi !

Le crime s’expie ;

Plongez à l’impie

Le fer au côté

Jusqu’à la poignée ;

Saignez ! la saignée

Est bonne en été !  »

V

Aux fenêtres du Louvre, on voyait le roi.  » Tue,

Par la mort Dieu ! que l’hydre enfin soit abattue !

Qu’est-ce ? Ils veulent gagner le faubourg Saint-Germain ?

J’y mets empêchement : et, si je ne m’abuse,

Ce coup est bien au droit. — George, une autre arquebuse,

Et tenez toujours prête une mèche à la main.

Allons, tout va bien : Tue ! — Ah. Cadet de Lorraine,

Allez-vous-en quérir les filles de la reine.

Voici Dupont, que vient d’abattre un Écossais :

Vous savez son affaire ? Aussi bien, par la messe,

Le cas était douteux, et je vous fais promesse

Qu’elles auront plaisir à juger le procès.

Je sais comment la meute en plaine est gouvernée ;

Comment il faut chasser, en quel temps de l’année.

Aux perdrix, aux faisans, aux geais, aux étourneaux ;

Comment on doit forcer la fauve en son repaire ;

Mais je n’ai point songé, par l’âme de mon père,

A mettre en mon traité la chasse aux huguenots ! « 

La Vengeance

Quand j’entrai dans la vie, au sortir de l’enfance,

A cet âge innocent où l’homme sans défense,

Inquiet, sans appui, cherche un guide indulgent,

Et, demandant au ciel un ami qui l’entende.

Sent qu’il a si besoin d’une main qu’on lui tende

Et d’un regard encourageant ;

Toi seule, armant ta voix d’une affreuse ironie,

As fait sur un enfant peser ta tyrannie :

A tes rires amers que tu m’as immolé !

Par un plaisir cruel prolongeant ma souffrance,

Ta bouche comme un crime a puni l’ignorance

Et tes dédains m’ont accablé.

Sais-tu que se venger est bien doux ? Mon courage

A supporté l’affront et dévoré l’outrage :

Comme une ombre importune attachée à tes pas

J’ai su te fatiguer par ma fausse tendresse,

J’ai su tromper ton cœur, j’ai su feindre l’ivresse

D’un amour que je n’avais pas.

Te souviens-tu d’abord comme ta résistance

Par de cruels mépris éprouva ma constance.

Mais je pleurai, je crois, je parlai de mourir…

Et puis, on ne peut pas toujours être rebelle ;

A s’entendre sans fin répéter qu’on est belle,

Il faut pourtant bien s’attendrir.

Grâce au ciel ! ma victoire est enfin assurée ;

Au mépris d’un époux et de la foi jurée.

Enfin, tu t’es livrée à moi, tu m’appartiens !

J’ai senti dans ma main frémir ta main tremblante

Et mes baisers errants sur ta bouche brûlante

Se sont mêlés avec les tiens !

Et bien ! sache à présent, et que ton cœur se brise.

Sache que je te hais et que je te méprise,

Sache bien que jamais je ne voulus t’avoir

Que pour pouvoir un jour en face te maudire.

Rire de tes tourments, à mon tour, et te dire

Tout ce que je souffre à te voir !

As-tu donc pu jamais, malheureuse insensée,

Croire que ton image occupait ma pensée ?

Connais-moi maintenant et comprends désormais

Quelle horreur me poussait, quelle rage m’enflamme,

Et ce qu’il m’a fallu de haine au fond de l’âme

Pour te dire que je t’aimais ?

J’ai donc bien réussi, je t’ai donc bien frappée ;

Par un adolescent ta vanité trompée

A pu croire aux serments que ma voix te jurait !

Malgré cet œil perçant, malgré ce long usage,

Tu n’as donc jamais rien trouvé sur mon visage

Qui trahît cet affreux secret ?

Je te lègue en fuyant, une honte éternelle.

Je veux que le remords, active sentinelle.

S’attache à sa victime, et veille à tes côtés,

Qu’il expie à la fois mes chagrins, mes injures

Et cette horrible gêne et ces mille parjures

Que la vengeance m’a coûtés.

C’est bien. Je suis content : j’ai passé mon envie ;

D’un souvenir amer j’empoisonne ta vie.

Va-t’en ! pour me fléchir ces cris sont superflus.

Va-t’en ! pleure à jamais ta honte et ta faiblesse

Et songe bien au moins que c’est moi qui te laisse

Et que c’est moi qui ne veux plus !

La Vie

Amis, accueillez-moi, j’arrive dans la vie.

Dépensons l’existence au gré de notre envie :

Vivre, c’est être libre, et pouvoir à loisir

Abandonner son âme à l’attrait du plaisir ;

C’est chanter, s’enivrer des cieux, des bois, de l’onde,

Ou, parmi les tilleuls, suivre une vierge blonde !

— C’est bien là le discours d’un enfant. Écoutez :

Vous avez de l’esprit. — Trop bon. — Et méritez

Qu’un ami plus mûr vienne, en cette circonstance,

D’un utile conseil vous prêter l’assistance.

Il ne faut pas se faire illusion ici ;

Avant d’être poète, et de livrer ainsi

Votre âme à tout le feu de l’ardeur qui l’emporte.

Avez-vous de l’argent ? — Que sais-je ?et que m’importe ?

— Il importe beaucoup ; et c’est précisément

Ce qu’il faut, avant tout, considérer. — Vraiment ?

— S’il fut des jours heureux, où la voix des poètes

Enchaînait à son gré les nations muettes,

Ces jours-là ne sont plus, et depuis bien longtemps :

Est-ce un bien, est-ce un mal, je l’ignore, et n’entends

Que vous prouver un fait, et vous faire comprendre

Que si le monde est tel, tel il faut bien le prendre.

Le poète n’est plus l’enfant des immortels,

A qui l’homme à genoux élevait des autels ;

Ce culte d’un autre âge est perdu dans le nôtre,

Et c’est tout simplement un homme comme un autre.

Si donc vous n’avez rien, travaillez pour avoir ;

Embrassez un état : le tout est de savoir

Choisir, et sans jamais regarder en arrière,

D’un pas ferme et hardi poursuivre sa carrière.

— Et ce monde idéal que je me figurais !

Et ces accents lointains du cor dans les forêts !

Et ce bel avenir, et ces chants d’innocence !

Et ces rêves dorés de mon adolescence !

Et ces lacs, et ces mers, et ces champs émaillés,

Et ces grands peupliers, et ces fleurs ! — Travaillez.

Apprenez donc un peu, jeune homme, à vous connaître :

Vous croyez que l’on n’a que la peine de naître,

Et qu’on est ici-bas pour dormir, se lever,

Passer, les bras croisés, tout le jour à rêver ;

C’est ainsi qu’on se perd, c’est ainsi qu’on végète :

Pauvre, inutile à tous, le monde vous rejette :

Contre la faim, le froid, on lutte, on se débat

Quelque temps, et l’on va mourir sur un grabat.

Ce tableau n’est pas gai, ce discours n’est pas tendre.

C’est vrai ; mais j’ai voulu vous faire bien entendre,

Par amitié pour vous, et dans votre intérêt,

Où votre poésie un jour vous conduirait.

Cet homme avait raison, au fait : j’ai dû me taire.

Je me croyais poète, et me voici notaire.

J’ai suivi ses conseils, et j’ai, sans m’effrayer,

Subi le lourd fardeau d’une charge à payer.

Je dois être content : c’est un très bel office ;

C’est magnifique, à part même le bénéfice.

On a bonne maison, on reçoit les jeudis ;

On a des clercs, qu’on loge en haut, dans un taudis.

Il est vrai que l’état n’est pas fort poétique.

Et rien n’est positif comme l’acte authentique.

Mais il faut pourtant bien se faire une raison,

Et tous ces contes bleus ne sont plus de saison :

Il faut que le notaire, homme d’exactitude,

D’un travail assidu se fasse l’habitude ;

Va, malheureux ! et si quelquefois il advient

Qu’un riant souvenir d’enfance vous revient,

Si vous vous rappelez que la voix des génies

Vous berçait, tout petit, de vagues harmonies ;

Si, poursuivant encor un bonheur qu’il rêva.

L’esprit vers d’autres temps veut se retourner : Va !

Est-ce avec tout cela qu’on mène son affaire ?

N’as-tu pas ce matin un testament à faire ?

Le client est fort mal, et serait en état,

Si tu tardais encor, de mourir intestat.

Mais j’ai trente-deux ans accomplis ; à mon âge

Il faut songer pourtant à se mettre en ménage ;

Il faut faire une fin, tôt ou tard. Dans le temps.

J’y songeais bien aussi, quand j’avais dix-huit ans.

Je voyais chaque nuit, de la voûte étoilée,

Descendre sur ma couche une vierge voilée ;

Je la sentais, craintive, et cédant à mes vœux.

D’un souffle caressant effleurer mes cheveux ;

Et cette vision que j’avais tant rêvée.

Sur la terre, une fois, je l’avais retrouvée.

Oh ! qui me les rendra ces rapides instants,

Et ces illusions d’un amour de vingt ans !

L’automne à la campagne, et ses longues soirées,

Les mères, dans un coin du salon retirées,

Ces regards pleins de feu, ces gestes si connus,

Et ces airs si touchants que j’ai tous retenus ?

Tout à coup une voix d’en haut l’a rappelée :

Cette vie est si triste ! elle s’en est allée ;

Elle a fermé les yeux, sans crainte, sans remords ;

Mais pensent-ils encore à nous ceux qui sont morts ?

Il s’agit bien ici d’un amour platonique !

Me voici marié : ma femme est fille unique ;

Son père est épicier-droguiste retiré,

Et riche, qui plus est : je le trouve à mon gré.

Il n’est correspondant d’aucune académie.

C’est vrai ; mais il est rond, et plein de bonhomie :

Et puis j’aime ma femme, et je crois en effet,

En demandant sa main, avoir sagement fait.

Est-il un sort plus doux, et plus digne d’envie ?

On passe, au coin du feu, tranquillement sa vie :

On boit, on mange, on dort, et l’on voit arriver

Des enfants qu’il faut mettre en nourrice, élever,

Puis établir enfin : puis viennent les années,

Les rides au visage et les couleurs fanées,

Puis les maux, puis la goutte. On vit comme cela

Cinquante ou soixante ans, et puis on meurt. Voilà.

La Villégiature

J’ai souvent comparé la villégiature
Aux phases d’un voyage entrepris en commun
Avec des étrangers de diverse nature
Dont on n’a de ses jours vu ni connu pas un.

Au début de la route, en montant en voiture,
On s’observe : – l’un l’autre on se trouve importun ;
L’entretien languissant meurt faute de pâture…
Mais, petit à petit, on s’anime ; et chacun

A l’entrain général à son tour s’associe :
On cause, on s’abandonne, et plus d’un s’apprécie.
– Les chevaux cependant marchent sans s’arrêter ;

Et c’est lorsqu’on commence à peine à se connaître,
Que l’on se juge mieux, – qu’on s’aimerait peut-être,
– C’est alors qu’on arrive, – et qu’il faut se quitter.

L’amour Caché

Sonnet.

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu :
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle suit son chemin, distraite et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas.

À l’austère devoir, pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle
 » Quelle est donc cette femme ?  » et ne comprendra pas.

L’anniversaire

Oh ! qui me donnera d’aller dans vos prairies,
Promener chaque jour mes tristes rêveries,
Rivages fortunés où parmi les roseaux
L’Yonne tortueuse égare au loin ses eaux !
Oui, je veux vous revoir, poétiques ombrages,
Bords heureux, à jamais ignorés des orages,
Peupliers si connus, et vous, restes touchants,
Qui m’avez inspiré jadis mes premiers chants.