Skip to content

Auteur : François Coppée

Ritournelle

Dans la plaine blonde et sous les allées, Pour mieux faire accueil au doux messidor, Nous irons chasser les choses ailées, Moi, la strophe, et toi, le papillon d’or. Et nous choisirons les routes tentantes, Sous les saules gris et près des roseaux, Pour mieux écouter les choses chantantes, Moi,…

Romance

Quand vous me montrez une rose Qui s’épanouit sous l’azur, Pourquoi suis-je alors plus morose ? Quand vous me montrez une rose, C’est que je pense à son front pur. Quand vous me montrez une étoile, Pourquoi les pleurs, comme un brouillard, Sur mes yeux jettent-ils leur voile ? Quand…

Rythme Des Vagues

J’étais assis devant la mer sur le galet. Sous un ciel clair, les flots d’un azur violet, Après s’être gonflés en accourant du large, Comme un homme accablé d’un fardeau s’en décharge, Se brisaient devant moi, rythmés et successifs. J’observais ces paquets de mer lourds et massifs Qui marquaient d’un…

Serment

Ô poète trop prompt à te laisser charmer, Si cette douce enfant devait t’être ravie Et si ce cœur en qui tout le tien se confie Ne pouvait pas pour toi frémir et s’animer ? N’importe ! ses yeux seuls ont su faire germer Dans mon âme si lasse &…

Simple Ambition

Être un modeste croque-notes Donnant des leçons de hasard, Qui court Paris en grosses bottes, Mais qui comprend Gluck et Mozart ; Avoir quelque part un vieux maître ; Aimer sa fille ; et, chaque soir, Brosser son vieil habit et mettre Du linge pour aller les voir ; Ils…

Sous Les Toits

Sous les toits, avec deux pots de fleurs pour jardin, Le poète crotté vit pourtant à son aise. L’élève de Jean-Jacques a trouvé sa Thérèse Qui lui tient un petit ménage à la Chardin. Quand il revient, ayant couru dès le matin, Sans trouver un libraire à qui son livre…

Souvenir Du Danemark

C’est un parc scandinave, aux sapins toujours verts, Où le vent automnal courbe les fleurs d’hivers Dans les vases de marbre ancien sur la terrasse ; Et la vierge royale en qui revit la race Des brumeux Suénon dont son père descend, L’enfant blanche aux yeux clairs, la princesse du sang,…

Sur La Terrasse

Devant le pur, devant le vaste ciel du soir, Où scintillaient déjà quelques étoiles pâles, Sur la terrasse, avec des fichus et des châles, Toute la compagnie avait voulu s’asseoir. Devant nous l’étendue immense, froide et grise, D’une plaine, la nuit, à la fin de l’été. Puis un silence, un…

Sur La Vestale D’aizelin

Sous l’œil de la louve d’airain, Ne t’endors pas indifférente. Ranime la flamme mourante, Vestale, songe au feu divin. Car, s’il devait s’éteindre enfin, Rome serait dans l’épouvante, Et l’on t’enterrerait vivante, Condamnée à mourir de faim. Ainsi nous veillons, dans notre âme, Sur l’honneur, pure et noble flamme. Mais…

Tableau Rural

Au village, en juillet. Un soleil accablant. Ses lunettes au nez, le vieux charron tout blanc Répare, près du seuil, un timon de charrue. Le curé tout à l’heure a traversé la rue, Nu-tête. Les trois quarts ont sonné, puis plus rien, Sauf monsieur le marquis, un gros richard terrien,…

Tristement

Obsédé par ces mots, le veuvage et l’automne, Mon rêve n’en veut pas d’autres pour exprimer Cette mélancolie immense et monotone Qui m’ôte tout espoir et tout désir d’aimer. Il évoque sans cesse une très-longue allée De platanes géants dépouillés à demi, Dans laquelle une femme en grand deuil et…

Un Évangile

Soudain, un de ces vieux dont le tombeau s’apprête, Un mendiant, portant un vase sur sa tête, Vint à passer et dit à celle qui filait:  » Femme, je dois porter ce vase plein de lait Chez un homme logé dans le prochain village; Mais tu le vois, je suis…

Un Fils

I Quand ils vinrent louer deux chambres au cinquième, Le portier, d’un coup d’œil plein d’un mépris suprême, Comprit tout et conclut : C’est des petites gens. Le garçonnet, avec ses yeux intelligents, Était gai d’être en deuil, car sa veste était neuve. Vieille à trente ans, sa mère, une…

Un Mot Amical

Vous désirez donc que sur ce volume Le poète écrive un mot amical. Mais je tremble presque, en prenant la plume, Que mon souvenir tourne en madrigal. Ainsi que des fleurs mises en corbeilles Doivent à la fin trouver importun Le continuel baiser des abeilles Qu’attire et retient leur puissant…