Skip to content

Auteur : Guy de Maupassant

Le Sommeil Du Mandarin

Et tandis que le vent soufflait au loin sa plainte, Mollement étendu sur des tapis soyeux, Sous les rayons fleuris de sa lanterne peinte Le mandarin Von-Thang avait fermé les yeux.Pendant qu’il regardait tranquillement la flamme Qui versait du plafond ses filets de couleur, Un songe était venu voltiger sur…

Vénus Rustique

Les Dieux sont éternels. Il en naît parmi nous Autant qu’il en naissait dans l’antique Italie, Mais on ne reste plus des siècles à genoux, Et, sitôt qu’ils sont morts, le peuple les oublie. Il en naîtra toujours, et les derniers venus Régneront malgré tout sur la foule incrédule, Tous…

Une Conquête

Un jeune homme marchait le long du boulevard Et sans songer à rien, il allait seul et vite, N’effleurant même pas de son vague regard Ces filles dont le rire en passant vous invite. Mais un parfum si doux le frappa tout à coup Qu’il releva les yeux. Une femme…

Un Coup De Soleil

C’était au mois de juin. Tout paraissait en fête. La foule circulait bruyante et sans souci. Je ne sais trop pourquoi j’étais heureux aussi ; Ce bruit, comme une ivresse, avait troublé ma tête. Le soleil excitait les puissances du corps, Il entrait tout entier jusqu’au fond de mon être,…

Terreur

Ce soir-là j’avais lu fort longtemps quelque auteur. Il était bien minuit, et tout à coup j’eus peur. Peur de quoi ? je ne sais, mais une peur horrible. Je compris, haletant et frissonnant d’effroi, Qu’il allait se passer une chose terrible Alors il me sembla sentir derrière moi Quelqu’un…

Propos Des Rues

Quand sur le boulevard je vais flâner un brin, Combien de fois j’entends, sans mourir de chagrin, Deux messieurs décorés, qui semblent fort capables, Causer, en se faisant des sourires aimables. PREMIER MONSIEUR DÉCORÉ Comment, c’est vous ? DEUXIÈME MONSIEUR DÉCORÉ Par quel hasard ? PREMIER MONSIEUR DÉCORÉ Et la…

Promenade À Seize Ans

La terre souriait au ciel bleu. L’herbe verte De gouttes de rosée était encor couverte. Tout chantait par le monde ainsi que dans mon cœur. Caché dans un buisson, quelque merle moqueur Sifflait. Me raillait-il ? Moi, je n’y songeais guère. Nos parents querellaient, car ils étaient en guerre Du…

Nuit De Neige

La grande plaine est blanche, immobile et sans voix. Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte. Mais on entend parfois, comme une morne plainte, Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois. Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes. L’hiver…

L’oiseleur

L’oiseleur Amour se promène Lorsque les coteaux sont fleuris, Fouillant les buissons et la plaine ; Et chaque soir sa cage est pleine Des petits oiseaux qu’il a pris. Aussitôt que la nuit s’efface Il vient, tend avec soin son fil, Jette la glu de place en place, Puis sème,…

Les Oies Sauvages

Tout est muet, l’oiseau ne jette plus ses cris. La morne plaine est blanche au loin sous le ciel gris. Seuls, les grands corbeaux noirs, qui vont cherchant leurs proies, Fouillent du bec la neige et tachent sa pâleur. Voilà qu’à l’horizon s’élève une clameur ; Elle approche, elle vient,…

Au Bord De L’eau

I Un lourd soleil tombait d’aplomb sur le lavoir ; Les canards engourdis s’endormaient dans la vase, Et l’air brûlait si fort qu’on s’attendait à voir Les arbres s’enflammer du sommet à la base. J’étais couché sur l’herbe auprès du vieux bateau Où des femmes lavaient leur linge. Des eaux…

Le Mur

Les fenêtres étaient ouvertes. Le salon Illuminé jetait des lueurs d’incendies, Et de grandes clartés couraient sur le gazon. Le parc, là-bas, semblait répondre aux mélodies De l’orchestre, et faisait une rumeur au loin. Tout chargé des senteurs des feuilles et du foin, L’air tiède de la nuit, comme une…

Le Dieu Créateur

Dieu, cet être inconnu dont nul n’a vu la face, Roi qui commande aux rois et règne dans l’espace, Las d’être toujours seul, lui dont l’infinité De l’univers sans bornes emplit l’immensité, Et d’embrasser toujours, seul, par sa plénitude De l’espace et des temps la sombre solitude, De rester toujours…

L’aïeul

L’aïeul mourait froid et rigide. Il avait quatre-vingt-dix ans. La blancheur de son front livide Semblait blanche sur ses draps blancs. Il entr’ouvrit son grand œil pâle, Et puis il parla d’une voix Lointaine et vague comme un râle, Ou comme un souffle au fond des bois. Est-ce un souvenir,…