À M. Charles Toustain

Dieu qui est Un en Trois, par pois, nombre, et mesure
Crea, feist, et forma de sa Parole et Vois
Ce grand Tout, mon Toustain, ce grand Tout que tu vois
Parfait et accomply d’admirable structure :

Et ne se trouve rien en toute la Nature
Sans la dimension, sans le nombre, et le pois,
Ni artisan apris qui n’observe ces trois
S’il veut du grand Ouvrier suivre l’Architecture.

Tu as donc imité l’Autheur de l’univers
En la perfection de noz Galliques vers
Au métre balancé ayant couplé le Nombre :

Un seul point j’y requiers, c’est de les voir servir
A louer ce grand Dieu qui t’a fait l’ensuivir ;
Car autrement le Vers n’est animé que d’Ombre.

Au Mesme (m. Charles Toustain)

Mes deux frères et moi, nous étions tout enfants.
Notre mère disait: jouez, mais je défends
Qu’on marche dans les fleurs et qu’on monte aux échelles.

Abel était l’aîné, j’étais le plus petit.
Nous mangions notre pain de si bon appétit,
Que les femmes riaient quand nous passions près d’elles.

Nous montions pour jouer au grenier du couvent.
Et là, tout en jouant, nous regardions souvent
Sur le haut d’une armoire un livre inaccessible.

Nous grimpâmes un jour jusqu’à ce livre noir ;
Je ne sais pas comment nous fimes pour l’avoir,
Mais je me souviens bien que c’était une Bible.

Ce vieux livre sentait une odeur d’encensoir.
Nous allâmes ravis dans un coin nous asseoir.
Des estampes partout ! quel bonheur ! quel délire!

Nous l’ouvrîmes alors tout grand sur nos genoux,
Et dès le premier mot il nous parut si doux
Qu’oubliant de jouer, nous nous mîmes à lire.

Nous lûmes tous les trois ainsi, tout le matin,
Joseph, Ruth et Booz, le bon Samaritain,
Et, toujours plus charmés, le soir nous le relûmes.

Tels des enfants, s’ils ont pris un oiseau des cieux,
S’appellent en riant et s’étonnent, joyeux,
De sentir dans leur main la douceur de ses plumes.

Au Seigneur Christophle Plantin

Avecques mon amour naît l’amour de changer.
J’en aime une au matin ; l’autre au soir me possède.
Premier qu’avoir le mal, je cherche le remède,
N’attendant être pris pour me désengager.

Sous un espoir trop long je ne puis m’affliger ;
Quand une fait la brave, une autre lui succède ;
Et n’aime plus longtemps la belle que la laide :
Car dessous telles lois je ne veux me ranger.

Si j’ai moins de faveur, j’ai moins de frénésie ;
Chassant la passion hors de ma fantaisie,
À deux, en même jour, je m’offre et dis adieu.

Mettant en divers lieux l’heur de mes espérances,
Je fais peu d’amitiés et bien des connaissances ;
Et me trouvant partout je ne suis en nul lieu.