Skip to content

Auteur : Henri-Frédéric Amiel

L’imitation

Jaloux bien à tort, chacun cède A l’erreur commune ici-bas : N’estimant que ce qu’il n’a pas, Il méconnaît ce qu’il possède. On croit beaucoup trop au voisin ; A le copier, on s’excède : Rester soi serait bien plus fin.

L’insouciance Acquise

C’est un trésor que la gaîté : Elle ressemble à l’espérance. Au cœur, s’il en fut peu doté, Reste un secours, l’insouciance : Bannir les regrets et la peur, Vivre au présent, bonne science, Qui réduit la part du malheur.

Martin Vit

Je voudrais oublier ! et, dispersant mon âme Comme un troupeau de daims qu’on disperse au hallier, Dans les jardins d’oubli découvrir un dictame ! Je voudrais oublier. Pour chasser mon souci recourons à l’enfance ; Le ciel pour elle encor ne s’est point obscurci : Allons, enfants, jouez !……

Mesure De La Pénétration

— Tu veux me comprendre ? C’est bien ; Mais le peux-tu ? C’est autre chose : Peux-tu me saisir dans ma cause, Et de mon cœur faire le tien ? Retrouves-tu, par clairvoyance, En ton sein mon expérience ? — Non. — Dans ce cas, tu ne sais rien.

Notre Chef-d’œuvre

Ce qu’on rêva toute sa vie Rarement on peut l’accomplir ; Ta meilleure et plus haute envie, Dans l’ombre du cœur doit vieillir : Travaille, attends, combats, espère, Avant qu’ait pris forme sur terre Ton plus beau songe, il faut mourir.

Novembre

Beaux jours, vous n’avez qu’un temps, Et souvent qu’une heure ! Quand gémissent les autans, Il faut que tout meure. — Calme-toi, cœur agité ; Fleurs, oiseaux, joie et santé, S’en vont ! — Dieu demeure. Doux soleil aux rayons d’or Égayant la chambre, Rive où le chagrin s’endort, Vergers…

Petit Toit

Il est, bien loin de l’Italie, Un lieu cher à mon souvenir ; C’est là qu’a commencé ma vie Et c’est là que je veux mourir. Petit sur la carte du monde, Dans mon destin il est bien grand ; Perle, j’ai caché dans cette onde Tout mon passé, tout…

Pourquoi Chanter

Quand notre âme est pleine, Nous chantons, enfants ! La joie ou la peine Ont besoin des chants. Le chant, lit de mousse, Berce les chagrins ; La joie est plus douce Au son des refrains. Le coucou soupire, L’alouette rit, Le bosquet respire, Le ruisseau gémit. La musique est…

Printemps Du Nord

Linotte Qui frigotte, Dis, que veux-tu de moi ? Ta note, Qui tremblote, Me met tout en émoi. Journée Illuminée, Soleil riant d’avril, En quel songe Se plonge Mon cœur, et que veut-il ? Sur la haie, Où s’égaie Le folâtre printemps, La rosée, Irisée, Sème ses diamants. Violette Discrète,…

Ruse Du Cœur

Sans briser l’idole qu’on aime, S’accuser ou se repentir, C’est le moyen de pervertir Notre conscience elle-même : Mal faire en disant Peccavi ! Oh ! l’habile et fin stratagème Du cœur rusé, du cœur ravi.

Réflexion Tardive

La nuit s’en va, gare au réveil ! Pour vous je crains, ô Poésies ! Par le jour vous serez saisies : Malheur à la phalène au lever du soleil ! Son rayon t’est mortel, ô phalène élancée ; Pour toi, c’est un tombeau, bien qu’un tombeau vermeil. —  »…

Un Noël D’allemagne

Enfants et fleurs, vous, grâce de la vie, Calices purs d’innocence et d’amour, Voici Noël ! Noël tous nous convie, Mais vous surtout êtes rois en ce jour. Au ciel, enfants, dérobez son sourire, Fleurs, à la terre empruntez vos couleurs ; Notre allégresse auprès de vous s’inspire, Enfants et…