Au Lecteur (épigramme)

Sur le même air que le précédent

Josaphat
Est un fat
Très aride,
Qui croit être fort savant
Parce qu’il va souvent
Sous la Zone Torride,
Critiquant
Et piquant
Agrippine,
Pour avoir fait lire à Prau
Les ouvrages de Pro
Serpine.
Si le Public lui pardonne
Tous les travers qu’il se donne,
Il faut donc
Que Didon
Ait pour elle
Le droit d’aller dans le parc
Qu’on destinait à Marc
Aurèle :
En ce cas,
Le fracas
D’abord cesse,
Chacun pourra sans respect
Persifler à l’aspect
D’une auguste Princesse ;
Et malgré
Le congré,
Ariane,
Pourra vendre au plus offrant
Une tourte de fran
Chipanne.

De La Main De Marguerite

Elle est gaie et pensive ; elle nous fait songer
À tout ce qui reluit malgré de sombres voiles,
Aux bois pleins de rayons, aux nuits pleines d’étoiles.
L’esprit en la voyant s’en va je ne sais où.
Elle a tout ce qui peut rendre un pauvre homme fou.
Tantôt c’est un enfant, tantôt c’est une reine.
Hélas ! quelle beauté radieuse et sereine !
Elle a de fiers dédains, de charmantes faveurs,
Un regard doux et bleu sous de longs cils rêveurs,
L’innocence, et l’amour qui sans tristesse encore
Flotte empreint sur son front comme une vague aurore,
Et puis je ne sais quoi de calme et de vainqueur !
Et le ciel dans ses yeux met l’enfer dans mon coeur !

Dizain

Par la brise d’automne à la forêt volée,
Une feuille d’érable erre dans la vallée :
Papillon fantastique aux ailes de carmin !
Un enfant, qui folâtre au pied de la colline,
S’élance pour saisir cette feuille divine :
Enfin, la feuille est dans sa main.

Ne méprisez pas, je vous prie,
Cette feuille rouge et flétrie,
Léger débris de la forêt :
Dieu la chérit, puisqu’il l’a faite !
Pour cet enfant déjà poète,
Cette feuille pour nous muette
Porte du beau quelque reflet.

Et l’enfant tient sa feuille, et son grand oeil rayonne.
Il contemple longtemps cette feuille d’automne :
Elle a des couleurs d’or, et des lignes de feu.
Le froid l’a fait mourir, et le vent dans la plaine
Depuis le point du jour sans pitié la promène :
Mais c’est encor l’oeuvre de Dieu !

Ne méprisez pas, je vous prie,
Cette feuille rouge et flétrie,
Léger debris de la forêt :
Dieu vainement ne l’a pas faite !
Pour cet enfant déjà poète,
Cette feuille pour nous muette
Porte du beau quelque reflet.

De ses légers ciseaux, la nature avec grâce
A découpé la feuille, et, d’espace en espace,
L’oiseau l’a, dans les bois, sculptée à sa façon.
Dans sa feuille, l’enfant voit des fleurs, voit des anges,
Comme il verra, ce soir, des fantômes étranges
Dans le nuage à l’horizon !

Bonheur à toi, feuille flétrie,
Qui ce matin dans la prairie
Au gré du vent errais encor :
Car, grâce à toi, feuille éclatante,
D’un enfant que ta vue enchante
L’imagination riante
Vient d’entrouvrir ses ailes d’or !

Un doux bruissement de la feuille froissée
Fait monter à son front une amère pensée :
L’enfant devient rêveur. Dans un petit cercueil,
Un jour ainsi craquaient les feuilles dans la plaine
Il vit porter sa soeur làbas, près d’un grand chêne…
Et quelques pleurs voilent son oeil.

Bonheur à toi, feuille bénie,
Qui ce matin rouge et flétrie,
Prenais ton vol dans la forêt :
Pauvre feuille sèche et sonore,
Chez un enfant tu fais éclore
Deux plaisirs que le coeur adore :
Le souvenir, et le regret !

Laissez croître l’enfant, et ce sera peutêtre,
Peintre ou musicien, dans l’art quelque grand maître
A l’orage trouvant de sublimes accords,
Donnant une âme à tout, au soleil, à la brise,
Aux voix du soir, au bruit du torrent qui se brise,
Prêtant l’oreille avec transports !

Et maintenant, feuille flétrie,
Dans la forêt, dans la prairie
L’aile du vent peut t’emporter :
Dieu vainement ne t’a pas faite !
Car, grâce à toi, feuille muette,
Chez un enfant déjà poète
Le feu divin vient d’éclater !

C’est un artiste en fleur que cet enfant étrange :
Peutêtre seratil Van Dick, ou MichelAnge
Faisant fleurir l’ivoire ou sourire l’airain.
Un jour peutêtre, au front de quelque basilique,
Le marbre imitera, sous son ciseau magique,
La feuille qu’il tient dans sa main !

Et maintenant, feuille bénie,
Dans la forêt, dans la prairie,
L’aile du vent peut t’emporter !
Envoletoi joyeuse et fière :
Car, grâce à toi, feuille légère,
L’amour du beau, tendre mystère,
Chez un enfant vient d’éclater !

En Passant Par Un Bois Et Regrettant Marguerite

Calme des nuits sur l’Océan
Étoiles et feux du navire,
Et l’éternel balancement
Des houles et de mon désir.

Qui donc estu, maîtresse amère,
Ô volupté de l’abandon ?
Le coeur nourri de tes poisons
N’atteindra jamais sa chimère.

Penché sur ton changeant visage
Où se reflètent tour à tour
La fuite éperdue du voyage
Et le feu lointain de l’amour,

Je cherche la trace ambiguë
Du dieu malin qui me poursuit
Et ne l’ai pas sitôt saisie
Que je l’ai déjà reperdue.