Cantique De La Vierge Marie

Ceux qui liront ces vers qu’en pleurant j’ay chantez,
Non pour gloire ou plaisir, ains forcé du martire,
Voyans par quels destroits Amour m’a sçeu conduire,
Sages à mes dépens, fuiront ses cruautez.

Quels esprits malheureux, nuict et jour tourmentez,
Souffrent un mal si grand que le mien ne soit pire ?
Il ne se peut penser, comment le veuxje dire,
Ou peindre en du papier si grandes nouveautez ?

Je cherchois obstiné des glaçons en la flamme,
Foiblesse au diamant, constance en une femme,
Pitié dans les enfers, le soleil en la nuit.

J’ay joué tout mon âge à ce vain exercice,
J’ay recueilly des pleurs et semé du service,
Et de mes longs travaux repentance est le fruit.

Confession Amoureuse

Désespéré, chétif, du repos de ma vie,
Je chemine à grands pas au sentier douloureux
De l’Orque épouvantable, où le sort rigoureux
Avait dès le berceau ma jeunesse asservie.

Là l’horreur de la nuit sombrement obscurcie,
Et l’effroi pâlissant de l’Achéron ombreux,
Avec tous les tourments des Enfers ténébreux,
Puissent combler mon chef d’indomptable manie !

Ciel, pourquoi m’astu fait si tôt naître icibas
Pour souffrir mille maux pires que le trépas,
Et mourir sans mourir mille fois en une heure ?

Hélas ! apaise un peu ton injuste rigueur,
Ou bien, pour m’affranchir de ma triste langueur,
Fais que mourant soudain aussi ma peine meure !

Enfin Ce Traître Amour Qui Semblait Désarmé

J’ai été par un long temps
Déçue de l’espérance :
Et si encor point n’attends
D’elle plus grand’assurance,
Que cellelà, que ma foi
Me peut promettre de soi.

je vois les uns fort contents,
Les autres pleins de souffrances :
De ceuxlà les ris j’entends,
De ceuxci la douléance
Ces passions j’aperçois
Régner toutes deux en moi.

je ris du bien, où je tends
En trèsgrand’ réjouissance :
Et pleure, que je prétends
Qu’un autre en ait jouissance :
Ce que de mes yeux je vois,
Et à grand’peine le crois.

Toutefois tel passetemps
Me donne encor confiance,
Qu’un jour je verrai le temps,
Que cil fera la vengeance
Du mal qu’il m’a fait de soi
Au bien où je me déçois.

(CHANSON I)

Le Temple De L’inconstance

Ô bien heureux qui peut passer sa vie
Entre les siens franc de haine et d’envie,
Parmi les champs, les forêts et les bois,
Loin du tumulte et du bruit populaire,
Et qui ne vend sa liberté pour plaire
Aux passions des princes et des rois !

Il n’a souci d’une chose incertaine;
Il ne se plaît d’une espérance vaine ;
Nulle faveur ne le va décevant,
De cent fureurs il n’a l’âme embrasée
Et ne maudit sa jeunesse abusée
Quand il ne trouve à la fin que du vent.

Il ne frémit quand la mer courroucée
Entre ses flots contrairement poussée
Des vents émus soufflant, horriblement,
Et quand la nuit à son aise il sommeille
Une trompette en sursaut ne l’éveille
Pour l’envoyer du lit au monument.

L’ambition son courage n’attise ;
D’un fard trompeur son âme ne déguise ;
Il ne se plaît à violer sa foi ;
Des grands seigneurs l’oreille il n’importune ;
Mais, en vivant content de sa fortune,
Il est sa cour, sa faveur et son roi.

Je vous rends grâce, ô déités sacrées
Des monts, des eaux, des forêts et des prées,
Qui me privez de pensers soucieux,
Et qui rendez ma volonté contente,
Chassant bien loin ma misérable attente
Et les désirs des coeurs ambitieux.

Dedans mes champs ma pensée est enclose;
Si mon corps dort, mon esprit se repose,
Un soin cruel ne le va dévorant.
Au plus matin la fraîcheur me soulage ;
S’il fait trop chaud je me mets à l’ombrage,
Et s’il fait froid je m’échauffe en courant.

Si je ne loge en ces maisons dorées,
Au front superbe, aux voûtes peinturées
D’azur, d’émail et de mille couleurs,
Mon oeil se plat des trésors de la plaine
Riche d’oeillets, de lis, de marjolaine
Et du beau teint des printanières fleurs.

Dans les palais enflés de vaine pompe,
L’ambition, la faveur qui nous trompe,
Et les soucis logent communément;
Dedans nos champs se retirent les fées,
Reines des bois à tresses décoiffées,
Les jeux, l’amour et le contentement.

Ainsi vivant, rien n’est qui ne m’agrée :
J’ois des oiseaux la musique sacrée,
Quand au matin ils bénissent les cieux,
Et le doux son des bruyantes fontaines
Qui vont coulant de ces roches hautaines
Pour arroser nos prés délicieux.

Que de plaisir de voir deux colombelles,
Bec contre bec, en trémoussant des ailes,
Mille baisers se donner tour à tour,
Puis, tout ravi de leur grâce naïve,
Dormir au frais d’une source d’eau vive,
Dont le doux bruit semble parler d’amour !

Que de plaisir de voir sous la nuit brune,
Quand le soleil a fait place à la lune,
Au fond des bois les nymphes s’assembler,
Montrer au vent leur gorge découverte,
Danser, sauter, se donner cotteverte,
Et sous leurs pas tout l’herbage trembler !

Le bal fini je dresse en haut la vue,
Pour voir le teint de la lune cornue,
Claire, argentee, et me mets à penser
Au sort heureux du pasteur de Latmie;
Lors je souhaite une aussi belle amie,
Mais je voudrais en veillant l’embrasser.

Ainsi la nuit je contente mon âme,
Puis quand Phébus de ses rais nous enflamme
J’essaye encor mille autres jeux nouveaux ;
Diversement mes plaisirs j’entrelace,
Ores je pêche, or’ je vais à la chasse,
Et or’ je dresse embuscade aux oiseaux.

Je fais l’amour mais c’est de telle sorte
Que seulement du plaisir j’en rapporte,
N’engageant point ma chère liberté ;
Et quelques lacs que ce dieu puisse faire
Pour m’attraper, quand je m’en veux distraire,
J’ai le pouvoir comme la liberté.

Douces brebis, mes fidèles compagnes,
Haies, buissons, forêts, prés et montagnes,
Soyez témoins de mon contentement !
Et vous, ô dieux, faites, je vous supplie,
Que cependant que durera ma vie
Je ne connaisse un autre changement.