Skip to content

Auteur : Jacques Grévin

Délivre-moi, Seigneur, De Cette Mer Profonde

Certain cafard, jadis jésuite, Plat écrivain, depuis deux jours Ose gloser sur ma conduite, Sur mes vers, et sur mes amours : En bon chrétien je lui fais grâce, Chaque pédant peut critiquer mes vers ; Mais sur l’amour jamais un fils d’Ignace Ne glosera que de travers.

Villanesque

J’ay trop servi de fable au populaire En vous aymant, trop ingrate maistresse ; Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse. J’ay trop cherché les moyens de complaire A vos beaus yeux, causes de ma détresse : Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse. Il vous falloit me tromper ou m’attraire Dedans…