Adieu

J’aurai bientôt quatrevingts ans :
Je crois qu’à cet âge il est temps
De dédaigner la vie.
Aussi je la perds sans regret,
Et je fais gaîment mon paquet ;
Bonsoir la compagnie !

J’ai goûté de tous les plaisirs ;
J’ai perdu jusques aux désirs ;
A présent je m’ennuie.
Lorsque l’on n’est plus bon à rien,
On se retire, et l’on fait bien ;
Bonsoir la compagnie !

Lorsque d’ici je partirai,
Je ne sais pas trop où j’irai ;
Mais en Dieu je me fie :
Il ne peut me mener que bien ;
Aussi je n’appréhende rien :
Bonsoir la compagnie !

Dieu nous fit sans nous consulter
Rien ne saurait lui résister ;
Ma carrière est remplie.
À force de devenir vieux,
Peuton se flatter d’être mieux ?
Bonsoir la compagnie !

Nul mortel n’est ressuscité,
Pour nous dire la vérité
Des biens d’une autre vie.
Une profonde obscurité
Est le sort de l’humanité ;
Bonsoir la compagnie !

Rien ne périt entièrement,
Et la mort n’est qu’un changement,
Dit la philosophie.
Que ce système est consolant !
Je chante, en adoptant ce plan ;
Bonsoir la compagnie !

Lorsque l’on prétend tout savoir,
Depuis le matin jusqu’au soir,
On lit, on étudie ;
On n’en devient pas plus savant ;
On n’en meurt pas moins ignorant ;
Bonsoir la compagnie !

Complainte Sur Une Absence

Des rossignols chantant à des lys
Sous la lune d’or de l’été, telle,
O toi, fut mon âme de jadis.

Tu vins cueillir mes lys d’espoir, Belle,
Mes lys qui saignèrent dans ta main
Quand se leva la lune nouvelle.

Amour, serace bientôt demain,
Demain matin et ses chants de cloches
EL les oiseaux aux croix du chemin ?

Pauvre, il neige dans les vallons proches.

Elégie (1)

Homme est un mot qui ne caractérise
Qu’un animal, ainsi qu’ours et lion ;
Son naturel est erreur et sottise,
Malignité, superbe, ambition ;
Il naît et meurt ; et mort, on le méprise.
De son destin orgueilleux, on le voi
Fouler la terre en pays de conquête,
Que la raison a soumis à sa loi ;
Il n’est plus que la première bête
De ce séjour dont il se dit le Roi.
Maître du monde, esclave de luimême,
Il creuse tout, et ne sait ce qu’il est ;
Son coeur, pétri d’orgueil et d’intérêt,
Craint ce qu’il hait, méprise ce qu’il aime.
Impudemment il appelle vertu
Le crime sourd d’un sophisme vêtu.
Son amourpropre inventa l’apparence ;
L’intérêt vil lui donna la prudence,
Et sa raison n’est qu’un noir composé
D’orgueil adroit, d’orgueil intéressé.
L’or animé dans ses veines palpite ;
L’or est son coeur ; c’est le Dieu qui l’agite ;
Sa voix le traîne au travers des dangers,
Pour s’engraisser sur des bords étrangers.
L’or inventa les Arts, l’Astronomie,
Et l’Avarice est mère du Génie.

Elégie (2)

Or, en aujourd’hui et mes heures,
Marie du temps quotidien
Pour le travail et pour le pain
Des vies qui rient, des vies qui pleurent,
Je vous salue, Marieauxheures ;

Et vous salue, Marieaupeuple,
Mon peuple bon de chrétienté,
Et si patient d’équité
Depuis des temps d’éternité,
Et vous salue, Marie, mon peuple.

Or les villes, Marieauxcloches,
Mes villes d’hiver et d’été
Et de tout près, et d’à côté,
Mes villes de bois ou de roche
Bien vous saluent, Marieauxcloches ;

Et vous saluent, Marieauxîles,
Que font les bons chez les mauvais,
Les coeurs naïfs et les muets
Aux heures longues de ces villes
Qui vous saluent, Marieauxîles,

Et puis aussi, Mariedutemps,
Ceux du présent, et les absents
Aux joies du rire ou dans la peine ;
Et puis aussi, Mariedutemps,
Moi dans la vie comme à la traîne.