Les Consolations Des Misères De Ma Vie

Un monde mort, immense écume de la mer,
Gouffre d’ombre stérile et de lueurs spectrales,
Jets de pics convulsifs étirés en spirales
Qui vont éperdument dans le brouillard amer.

Un ciel rugueux roulant par blocs, un âpre enfer
Où passent à plein vol les clameurs sépulcrales,
Les rires, les sanglots, les cris aigus, les râles
Qu’un vent sinistre arrache à son clairon de fer.

Sur les hauts caps branlants, rongés des flots voraces,
Se roidissent les Dieux brumeux des vieilles races,
Congelés dans leur rêve et leur lividité ;

Et les grands ours, blanchis par les neiges antiques,
Çà et là, balançant leurs cous épileptiques,
Ivres et monstrueux, bavent de volupté.

Daphnis Et Chloé

… Le mal qui m’a saisi resserre son étreinte.
La nuit vient. Je me sens seul et triste à mourir.
Personne auprès de moi pour adoucir ma crainte,
Pour essuyer mon front et m’aider à mourir. […]

Le Verger De Mme De Warens

Ô somme doux, somme ami de nature,
Heur des mortels qui les maux adoucis,
Somme bénin qui charmes les soucis,
Ô commun bien de chaque créature,

Si tu me veux de pareille aventure
Que cette nuit, dessus mon lit assis,
Me faire voir le front et les sourcis
De ma maîtresse en songeuse peinture,

Si tu la fais me baiser derechef,
De froids pavots j’entourerai ton chef,
Reconnaissant cetui tien bénéfice,

Bien qu’il soit vain, et du bon vin du Loir
Je te ferai gracieux sacrifice.
Nul bien reçu n’est point à nonchaloir.