Skip to content

Auteur : Jean Lahor

Calme Des Plantes

C’était, dans les vapeurs du nard, Un cri, des jeux infâmes, Et ces yeux fatals qu’ont les femmes Du cruel Fragonard. Parfois, pour ranimer l’orgie, Brillait un sang nouveau. Bacchus, rose comme le veau, Cuvait sa nostalgie. Cet air des ‘Brigands’ l’attristait. Il voulait qu’on s’en aille. Une voix se…

Langueur Nocturne

Puisque Rusbrock m’enseigne A moi, dont le coeur saigne Sur tout ce qui se baigne Dans le malheur, A vous aimer, j’élève Ma pensée à ce rêve : De vous faire une grève Avec mon coeur. Là donc, oiseaux sauvages, Contre tous les ravages, Vous aurez vos rivages Et vos…

Le Poème

Mon âme est ce lac même où le soleil qui penche, Par un beau soir d’automne, envoie un feu mourant : Le flot frissonne à peine, et pas une aile blanche, Pas une rame au loin n’y joue en l’effleurant. Tout dort, tout est tranquille, et le cristal limpide, En…

Léda

Oh ! n’insultez jamais une femme qui tombe ! Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe ! Qui sait combien de jours sa faim a combattu ! Quand le vent du malheur ébranlait leur vertu, Qui de nous n’a pas vu de ces femmes brisées S’y cramponner longtemps…

Les Êtres Pour Le Sage…

Octobre m’a toujours fiché dans la détresse ; Les Usines, cent goulots fumant vers les ciels…. Les poulardes s’engraissent Pour Noël. Oh ! qu’alors, tout bramant vers d’albes atavismes, Je fonds mille Icebergs vers les septentrions D’effarants mysticismes Des Sions !…. Car les seins distingués se font toujours plus rares…

Ouragan Nocturne

Tu tettes le lait pur de mon âme sereine, Mon petit nourrisson qui n’as pas vu le jour, Et sur ses genoux blancs elle, berce la tienne En lui parlant tout bas de la vie au front lourd. Voici le lait d’esprit et le lait de tendresse, Voici le regard…