Le Rhinocéros Et Le Dromadaire

Un rhinocéros jeune et fort
Disait un jour au dromadaire :
Expliquez-moi, s’il vous plaît, mon cher frère,
D’où peut venir pour nous l’injustice du sort.
L’homme, cet animal puissant par son adresse,
Vous recherche avec soin, vous loge, vous chérit,
De son pain même vous nourrit,
Et croit augmenter sa richesse
En multipliant votre espèce.
Je sais bien que sur votre dos
Vous portez ses enfants, sa femme, ses fardeaux ;
Que vous êtes léger, doux, sobre, infatigable ;
J’en conviens franchement : mais le rhinocéros
Des mêmes vertus est capable.
Je crois même, soit dit sans vous mettre en courroux,
Que tout l’avantage est pour nous :
Notre corne et notre cuirasse
Dans les combats pourraient servir ;
Et cependant l’homme nous chasse,
Nous méprise, nous hait, et nous force à le fuir.
Ami, répond le dromadaire,
De notre sort ne soyez point jaloux ;
C’est peu de servir l’homme, il faut encor lui plaire.
Vous êtes étonné qu’il nous préfère à vous :
Mais de cette faveur voici tout le mystère,
Nous savons plier les genoux.

L’enfant Et Le Dattier

Non loin des rochers de l’Atlas,
Au milieu des déserts où cent tribus errantes
Promènent au hasard leurs chameaux et leurs tentes,
Un jour, certain enfant précipitait ses pas.
C’était le jeune fils de quelque musulmane
Qui s’en allait en caravane.
Quand sa mère dormait, il courait le pays.
Dans un ravin profond, loin de l’aride plaine,
Notre enfant trouve une fontaine,
Auprès, un beau dattier tout couvert de ses fruits.
Oh ! quel bonheur ! dit-il, ces dattes, cette eau claire,
M’appartiennent ; sans moi, dans ce lieu solitaire,
Ces trésors cachés, inconnus,
Demeuraient à jamais perdus.
Je les ai découverts, ils sont ma récompense.
Parlant ainsi, l’enfant vers le dattier s’élance,
Et jusqu’à son sommet tâche de se hisser.
L’entreprise était périlleuse :
L’écorce, tantôt lisse et tantôt raboteuse,
Lui déchirait les mains, ou les faisait glisser :
Deux fois il retomba : mais d’une ardeur nouvelle
Il recommence de plus belle,
Et parvient enfin, haletant,
A ces fruits qu’il désirait tant.
Il se jette alors sur les dattes.
Se tenant d’une main, de l’autre fourrageant.
Et mangeant,
Sans choisir les plus délicates.
Tout à coup voilà notre enfant
Qui réfléchit et qui descend.
Il court chercher sa bonne mère,
Prend avec lui son jeune frère,
Les conduit au dattier. Le cadet incliné,
S’appuyant au tronc qu’il embrasse,
Présente son dos à l’aîné ;
L’autre y monte, et de cette place,
Libre de ses deux bras, sans efforts, sans danger,
Cueille et jette les fruits ; la mère les ramasse,
Puis sur un linge blanc prend soin de les ranger :
La récolte achevée, et la nappe étant mise,
Les deux frères tranquillement,
Souriant à leur mère au milieu d’eux assise,
Viennent au bord de l’eau faire un repas charmant.
De la société ceci nous peint l’image :
Je ne connais de biens que ceux que l’on partage.
Coeurs dignes de sentir le prix de l’amitié,
Retenez cet ancien adage :
Le tout ne vaut pas la moitié.

Myson

Myson fut connu dans la Grèce
Par son amour pour la sagesse ;
Pauvre, libre, content, sans soins, sans embarras,
Il vivait dans les bois, seul, méditant sans cesse,
Et par fois riant aux éclats.
Un jour deux grecs vinrent lui dire :
De ta gaîté, Myson, nous sommes tous surpris :
Tu vis seul ; comment peux-tu rire ?
Vraiment, répondit-il, voilà pourquoi je ris.

Le Roi Alphonse

Certain roi qui régnait sur les rives du Tage,
Et que l’on surnomma le sage,
Non parce qu’il était prudent,
Mais parce qu’il était savant,
Alphonse, fut surtout un habile astronome.
Il connaissait le ciel bien mieux que son royaume,
Et quittait souvent son conseil
Pour la lune ou pour le soleil.
Un soir qu’il retournait à son observatoire,
Entouré de ses courtisans,
Mes amis, disait-il, enfin j’ai lieu de croire
Qu’avec mes nouveaux instruments
Je verrai cette nuit des hommes dans la lune.
Votre majesté les verra,
Répondait-on ; la chose est même trop commune,
Elle doit voir mieux que cela.
Pendant tous ces discours, un pauvre, dans la rue,
S’approche, en demandant humblement, chapeau bas,
Quelques maravédis : le roi ne l’entend pas,
Et, sans le regarder, son chemin continue.
Le pauvre suit le roi, toujours tendant la main,
Toujours renouvelant sa prière importune ;
Mais, les yeux vers le ciel, le roi, pour tout refrain,
Répétait : je verrai des hommes dans la lune.
Enfin le pauvre le saisit
Par son manteau royal, et gravement lui dit :
Ce n’est pas de là haut, c’est des lieux où nous sommes
Que Dieu vous a fait souverain.
Regardez à vos pieds ; là vous verrez des hommes,
Et des hommes manquant de pain.

L’enfant Et Le Miroir

Un enfant élevé dans un pauvre village

Revint chez ses parents, et fut surpris d’y voir

Un miroir.

D’abord il aima son image ;

Et puis, par un travers bien digne d’un enfant,

Et même d’un être plus grand,

Il veut outrager ce qu’il aime,

Lui fait une grimace, et le miroir la rend.

Alors son dépit est extrême ;

Il lui montre un poing menaçant,

Il se voit menacé de même.

Notre marmot fâché s’en vient, en frémissant,

Battre cette image insolente ;

Il se fait mal aux mains. Sa colère en augmente ;

Et, furieux, au désespoir,

Le voilà devant ce miroir,

Criant, pleurant, frappant la glace.

Sa mère, qui survient, le console, l’embrasse,

Tarit ses pleurs, et doucement lui dit :

N’as-tu pas commencé par faire la grimace

A ce méchant enfant qui cause ton dépit ?

– Oui. Regarde à présent : tu souris, il sourit ;

Tu tends vers lui les bras, il te les tend de même ;

Tu n’es plus en colère, il ne se fâche plus :

De la société tu vois ici l’emblême ;

Le bien, le mal, nous sont rendus.

Pan Et La Fortune

Un jeune grand seigneur à des jeux de hasard
Avait perdu sa dernière pistole,
Et puis joué sur sa parole :
Il fallait payer sans retard ;
Les dettes du jeu sont sacrées.
On peut faire attendre un marchand,
Un ouvrier, un indigent,
Qui nous a fourni ses denrées ;
Mais un escroc ? L’honneur veut qu’au même moment
On le paye, et très poliment.
La loi par eux fut ainsi faite.
Notre jeune seigneur, pour acquitter sa dette,
Ordonne une coupe de bois.
Aussitôt les ormes, les frênes,
Et les hêtres touffus, et les antiques chênes,
Tombent l’un sur l’autre à la fois.
Les faunes, les sylvains, désertent les bocages ;
Les dryades en pleurs regrettent leurs ombrages ;
Et le dieu Pan, dans sa fureur,
Instruit que le jeu seul a causé ces ravages,
S’en prend à la Fortune : ô mère du malheur,
Dit-il, infernale furie,
Tu troubles à la fois les mortels et les dieux,
Tu te plais dans le mal, et ta rage ennemie…
Il parlait, lorsque dans ces lieux
Tout-à-coup paraît la déesse.
Calme, dit-elle à Pan, le chagrin qui te presse ;
Je n’ai point causé tes malheurs :
Même aux jeux de hasard, avec certains joueurs,
Je ne fais rien. – Qui donc fait tout ? – L’adresse.

Le Roi De Perse

Un roi de Perse, certain jour,
Chassait avec toute sa cour.
Il eut soif, et dans cette plaine
On ne trouvait point de fontaine.
Près de là seulement était un grand jardin
Rempli de beaux cédrats, d’oranges, de raisin
A Dieu ne plaise que j’en mange !
Dit le roi ; ce jardin courrait trop de danger :
Si je me permettais d’y cueillir une orange,
Mes vizirs aussitôt mangeraient le verger.

Les Deux Bacheliers

Deux jeunes bacheliers logés chez un docteur

Y travaillaient avec ardeur

A se mettre en état de prendre leurs licences.

Là, du matin au soir, en public disputant,

Prouvant, divisant, ergotant

Sur la nature et ses substances,

L’infini, le fini, l’âme, la volonté,

Les sens, le libre arbitre et la nécessité,

Ils en étaient bientôt à ne plus se comprendre :

Même par là souvent l’on dit qu’ils commençaient,

Mais c’est alors qu ils se poussaient

Les plus beaux arguments ; qui venait les entendre

Bouche béante demeurait,

Et leur professeur même en extase admirait.

Une nuit qu’ils dormaient dans le grenier du maître

Sur un grabat commun, voilà mes jeunes gens

Qui, dans un rêve, pensent être

A se disputer sur les bancs.

Je démontre, dit l’un. Je distingue, dit l’autre.

Or, voici mon dilemme. Ergo, voici le nôtre

A ces mots, nos rêveurs, criants, gesticulants,

Au lieu de s’en tenir aux simples arguments

D’Aristote ou de Scot, soutiennent leur dilemme

De coups de poing bien assenés

Sur le nez.

Tous deux sautent du lit dans une rage extrême,

Se saisissent par les cheveux,

Tombent, et font tomber pêle-mêle avec eux

Tous les meubles qu’ils ont, deux chaises, une table,

Et quatre in-folios écrits sur parchemin.

Le professeur arrive, une chandelle en main,

A ce tintamarre effroyable :

Le diable est donc ici ! Dit-il tout hors de soi :

Comment ! Sans y voir clair et sans savoir pourquoi,

Vous vous battez ainsi ! Quelle mouche vous pique ?

Nous ne nous battons point, disent-ils ; jugez mieux :

C’est que nous repassons tous deux

Nos leçons de métaphysique.

Pandore

Quand Pandore eut reçu la vie,
Chaque dieu de ses dons s’empressa de l’orner.
Vénus, malgré sa jalousie,
Détacha sa ceinture et vint la lui donner.
Jupiter, admirant cette jeune merveille,
Craignait pour les humains ses attraits enchanteurs.
Vénus rit de sa crainte, et lui dit à l’oreille :
Elle blessera bien des coeurs ;
Mais j’ai caché dans ma ceinture
Les caprices pour affaiblir
Le mal que fera sa blessure,
Et les faveurs pour en guérir.

Le Roi Et Les Deux Bergers

Certain monarque un jour déplorait sa misère,
Et se lamentait d’être roi :
Quel pénible métier ! disait-il : sur la terre
Est-il un seul mortel contredit comme moi ?
Je voudrais vivre en paix, on me force à la guerre ;
Je chéris mes sujets, et je mets des impôts ;
J’aime la vérité, l’on me trompe sans cesse ;
Mon peuple est accablé de maux,
Je suis consumé de tristesse :
Partout je cherche des avis,
Je prends tous les moyens, inutile est ma peine ;
Plus j’en fais, moins je réussis.
Notre monarque alors aperçoit dans la plaine
Un troupeau de moutons maigres, de près tondus,
Des brebis sans agneaux, des agneaux sans leurs mères,
Dispersés, bêlants, éperdus,
Et des béliers sans force errant dans les bruyères.
Leur conducteur Guillot allait, venait, courait,
Tantôt à ce mouton qui gagne la forêt,
Tantôt à cet agneau qui demeure derrière,
Puis à sa brebis la plus chère ;
Et, tandis qu’il est d’un côté,
Un loup prend un mouton qu’il emporte bien vite ;
Le berger court, l’agneau qu’il quitte
Par une louve est emporté.
Guillot tout haletant s’arrête,
S’arrache les cheveux, ne sait plus où courir ;
Et, de son poing frappant sa tête,
Il demande au ciel de mourir.
Voilà bien ma fidèle image !
S’écria le monarque ; et les pauvres bergers,
Comme nous autres rois, entourés de dangers,
N’ont pas un plus doux esclavage :
Cela console un peu. Comme il disait ces mots,
Il découvre en un pré le plus beau des troupeaux,
Des moutons gras, nombreux, pouvant marcher à peine,
Tant leur riche toison les gêne,
Des béliers grands et fiers, tous en ordre paissants,
Des brebis fléchissant sous le poids de la laine,
Et de qui la mamelle pleine
Fait accourir de loin les agneaux bondissants.
Leur berger, mollement étendu sous un hêtre,
Faisait des vers pour son Iris,
Les chantait doucement aux échos attendris,
Et puis répétait l’air sur son hautbois champêtre.
Le roi tout étonné disait : Ce beau troupeau
Sera bientôt détruit ; les loups ne craignent guère
Les pasteurs amoureux qui chantent leur bergère ;
On les écarte mal avec un chalumeau.
Ah ! comme je rirais !… Dans l’instant le loup passe,
Comme pour lui faire plaisir ;
Mais à peine il paraît, que, prompt à le saisir,
Un chien s’élance et le terrasse.
Au bruit qu’ils font en combattant,
Deux moutons effrayés s’écartent dans la plaine :
Un autre chien part, les ramène,
Et pour rétablir l’ordre il suffit d’un instant.
Le berger voyait tout, couché dessus l’herbette,
Et ne quittait pas sa musette.
Alors le roi presque en courroux
Lui dit : Comment fais-tu ? Les bois sont pleins de loups,
Tes moutons gras et beaux sont au nombre de mille,
Et, sans en être moins tranquille,
Dans cet heureux état toi seul tu les maintiens !
Sire, dit le berger, la chose est fort facile ;
Tout mon secret consiste à choisir de bons chiens.

Les Deux Chats

Deux chats qui descendaient du fameux Rodilard,
Et dignes tous les deux de leur noble origine,
Différaient d’embonpoint : l’un était gras à lard,
C’était l’aîné ; sous son hermine
D’un chanoine il avait la mine,
Tant il était dodu, potelé, frais et beau :
Le cadet n’avait que la peau
Collée à sa tranchante échine.
Cependant ce cadet, du matin jusqu’au soir,
De la cave à la gouttière
Trottait, courait, il fallait voir,
Sans en faire meilleure chère.
Enfin, un jour, au désespoir,
Il tint ce discours à son frère :
Explique-moi par quel moyen,
Passant ta vie à ne rien faire,
Moi travaillant toujours, on te nourrit si bien,
Et moi si mal. La chose est claire,
Lui répondit l’aîné : tu cours tout le logis
Pour manger rarement quelque maigre souris…
– N’est-ce pas mon devoir ? – D’accord, cela peut être :
Mais moi je reste auprès du maître ;
Je sais l’amuser par mes tours.
Admis à ses repas sans qu’il me réprimande,
Je prends de bons morceaux, et puis je les demande
En faisant patte de velours,
Tandis que toi, pauvre imbécile,
Tu ne sais rien que le servir,
Va, le secret de réussir,
C’est d’être adroit, non d’être utile.

Plaisir D’amour

Plaisir d’amour ne dure qu’un moment,

Chagrin d’amour dure toute la vie.
J’ai tout quitté pour l’ingrate Sylvie,

Elle me quitte et prend un autre amant.

Plaisir d’amour ne dure qu’un moment,

Chagrin d’amour dure toute la vie.
Tant que cette eau coulera doucement

Vers ce ruisseau qui borde la prairie,

Je t’aimerai, me répétait Sylvie ;

L’eau coule encor, elle a changé pourtant !
Plaisir d’amour ne dure qu’un moment,

Chagrin d’amour dure toute la vie.

Le Rossignol Et Le Paon

L’aimable et tendre Philomèle,

Voyant commencer les beaux jours,

Racontait à l’écho fidèle

Et ses malheurs et ses amours.

Le plus beau paon du voisinage,

Maître et sultan de ce canton,

Elevant la tête et le ton,

Vint interrompre son ramage :

C’est bien à toi, chantre ennuyeux,

Avec un si triste plumage,

Et ce long bec, et ces gros yeux,

De vouloir charmer ce bocage !

A la beauté seule il va bien

D’oser célébrer la tendresse :

De quel droit chantes-tu sans cesse ?

Moi, qui suis beau, je ne dis rien.

Pardon, répondit Philomèle :

Il est vrai, je ne suis pas belle ;

Et si je chante dans ce bois,

Je n’ai de titre que ma voix.

Mais vous, dont la noble arrogance

M’ordonne de parler plus bas,

Vous vous taisez par impuissance,

Et n’avez que vos seuls appas.

Ils doivent éblouir sans doute ;

Est-ce assez pour se faire aimer ?

Allez, puisqu’amour n’y voit goutte,

C’est l’oreille qu’il faut charmer.

Les Deux Chauves

Un jour deux chauves dans un coin

Virent briller certain morceau d’ivoire :

Chacun d’eux veut l’avoir ; dispute et coups de poing.

Le vainqueur y perdit, comme vous pouvez croire,

Le peu de cheveux gris qui lui restaient encor.

Un peigne était le beau trésor

Qu’il eut pour prix de sa victoire.

Le Rossignol Et Le Prince

Un jeune prince, avec son gouverneur,

Se promenait dans un bocage,

Et s’ennuyait suivant l’usage ;

C’est le profit de la grandeur.

Un rossignol chantait sous le feuillage :

Le prince l’apperçoit, et le trouve charmant ;

Et, comme il était prince, il veut dans le moment

L’attraper et le mettre en cage.

Mais pour le prendre il fait du bruit,

Et l’oiseau fuit.

Pourquoi donc, dit alors son altesse en colère,

Le plus aimable des oiseaux

Se tient-il dans les bois, farouche et solitaire,

Tandis que mon palais est rempli de moineaux ?

C’est, lui dit le mentor, afin de vous instruire

De ce qu’un jour vous devez éprouver :

Les sots savent tous se produire ;

Le mérite se cache, il faut l’aller trouver.