Skip to content

Auteur : José-Maria De Heredia

Stymphale

Et partout devant lui, par milliers, les oiseaux, De la berge fangeuse où le Héros dévale, S’envolèrent, ainsi qu’une brusque rafale, Sur le lugubre lac dont clapotaient les eaux. D’autres, d’un vol plus bas croisant leurs noirs réseaux, Frôlaient le front baisé par les lèvres d’Omphale, Quand, ajustant au nerf…

Suivant Pétrarque

Vous sortiez de l’église et, d’un geste pieux, Vos nobles mains faisaient l’aumône au populaire, Et sous le porche obscur votre beauté si claire Aux pauvres éblouis montrait tout l’or des cieux. Et je vous saluai d’un salut gracieux, Très humble, comme il sied à qui ne veut déplaire, Quand,…

Sur Le Pont-vieux

Antonio di Sandro orefice. Le vaillant Maître Orfèvre, à l’oeuvre dès matines, Faisait, de ses pinceaux d’où s’égouttait l’émail, Sur la paix niellée ou sur l’or du fermail Épanouir la fleur des devises latines. Sur le Pont, au son clair des cloches argentines, La cape coudoyait le froc et le…

Sur L’othrys

L’air fraichit. Le soleil plonge au ciel radieux. Le bétail ne craint plus le taon ni le bupreste. Aux pentes de l’Othrys l’ombre est plus longue. Reste, Reste avec moi, cher hôte envoyé par les Dieux. Tandis que tu boiras un lait fumant, tes yeux Contempleront du seuil de ma…

Tranquillus

C’est dans ce doux pays qu’a vécu Suétone ; Et de l’humble villa voisine de Tibur, Parmi la vigne, il reste encore un pan de mur, Un arceau ruiné que le pampre festonne. C’est là qu’il se plaisait à venir, chaque automne, Loin de Rome, aux rayons des derniers ciels…

Un Peintre

A Emmanuel Lansyer. Il a compris la race antique aux yeux pensifs Qui foule le sol dur de la terre bretonne, La lande rase, rose et grise et monotone Où croulent les manoirs sous le lierre et les ifs. Des hauts talus plantés de hêtres convulsifs, Il a vu, par…

Vélin Doré

Vieux Maître Relieur, l’or que tu ciselas Au dos du livre et dans l’épaisseur de la tranche N’a plus, malgré les fers poussés d’une main franche, La rutilante ardeur de ses premiers éclats. Les chiffres enlacés que liait l’entrelacs S’effacent chaque jour de la peau fine et blanche ; A…

Vendange

Les vendangeurs lassés ayant rompu leurs lignes, Des voix claires sonnaient à l’air vibrant du soir Et les femmes, en choeur, marchant vers le pressoir, Mêlaient à leurs chansons des appels et des signes. C’est par un ciel pareil, tout blanc du vol des cygnes, Que, dans Naxos fumant comme…

Villula (gallus)

Oui, c’est au vieux Gallus qu’appartient l’héritage Que tu vois au penchant du coteau cisalpin ; La maison tout entière est à l’abri d’un pin Et le chaume du toit couvre à peine un étage. Il suffit pour qu’un hôte avec lui le partage. Il a sa vigne, un four…

Vitrail

Cette verrière a vu dames et hauts barons Étincelants d’azur, d’or, de flamme et de nacre, Incliner, sous la dextre auguste qui consacre, L’orgueil de leurs cimiers et de leurs chaperons ; Lorsqu’ils allaient, au bruit du cor ou des clairons, Ayant le glaive au poing, le gerfaut ou le…

Le Laboureur

Le semoir, la charrue, un joug, des socs luisants, La herse, l’aiguillon et la faulx acérée Qui fauchait en un jour les épis d’une airée, Et la fourche qui tend la gerbe aux paysans ; Ces outils familiers, aujourd’hui trop pesants, Le vieux Parmis les voue à l’immortelle Rhée Par…

Le Lit

Qu’il soit encourtiné de brocart ou de serge, Triste comme une tombe ou joyeux comme un nid, C’est là que l’homme naît, se repose et s’unit, Enfant, époux, vieillard, aïeule, femme ou vierge. Funèbre ou nuptial, que l’eau sainte l’asperge Sous le noir crucifix ou le rameau bénit, C’est là…

Le Naufragé

Avec la brise en poupe et par un ciel serein, Voyant le Phare fuir à travers la mâture, Il est parti d’Egypte au lever de l’Arcture, Fier de sa nef rapide aux flancs doublés d’airain. Il ne reverra plus le môle Alexandrin. Dans le sable où pas même un chevreau…