Skip to content

Auteur : Jules Lefèvre-Deumier

Les Nymphes Sur La Neige

Hibernas juvat exercere palestras. C. CALCAGNINUS. Déjà depuis deux jours la piquante froidure Enchaînait des ruisseaux la course et le murmure ; Et les troupeaux frileux, chassés par la saison, Semblaient avoir aux champs oublié leur toison : Il neigeait. Mélœnis, blanche fille de l’Onde, Au-dessus des glaçons levant sa…

Le Visiteur Nocturne

C’était l’automne, la nuit. Le vent sifflait dans les arbres dépouillés du bois, et miaulait le long des bergeries, comme s’il eût voulu, pour se réchauffer, partager la litière des moutons. La pluie fouettait avec rage les vitraux de ma chaumière, et comme irritée de la trouver fermée. Assis près…

Les Blocs Erratiques

Oui, lorsque de son âme entr’ouvrant les abîmes, On en tâte des yeux les profondeurs sublimes, Et qu’on en suit en soi les flux et les reflux, Nous y voyons souvent, entiers ou vermoulus, Se dresser devant nous des quartiers de pensée D’une date inconnue, ou du moins effacée, Qui,…

Les Bruits De La Nuit

L’homme a beau s’insurger contre ses rêves, ses rêves sont plus forts que lui. Une impression qu’il ne peut ni maîtriser, ni comprendre, vient souvent contredire à l’improviste les plus hautes spéculations de son esprit, donner un démenti à ses plus intrépides négations. Quel hardi penseur n’a pas quelquefois, dans…

Les Chemins De Fer

Il m’est impossible de regarder sans une sorte de tristesse ces chemins merveilleux auxquels notre industrie semble donner des ailes. Je ne sais si c’est un progrès que de pouvoir fendre ainsi l’espace comme une flèche ; mais ce qu’il y a de sûr, c’est que cela me rend plus…

Les Deux Aveugles

Nous étions à moitié de tout. MONTAIGNE. Liv. I, chap. 27. Au milieu de ces monts qui dominent l’Alsace, Où de muets torrens, des abîmes de glace Assiègent de dangers les pas du voyageur, Où d’antiques ravins la profonde largeur Semble, en se dérobant sous l’épaisseur des neiges, Aux courses…

Les Deux Mélodies

Victa morte finit sœpe vitam, spiritu prius Deficiente, quam cantu. PLINE, X. 29. Le soleil par le soir était déjà voilé, Le platane déjà, le saule échevelé, Allongeait sur les eaux une ombre plus obscure ; Sous les lois du sommeil ramenant la nature, Le silence régnait à la place…

Les Horloges

Les sabliers nous avertissent que nous devenons tous ce qui compte nos instants. Les clepsydres nous disent qu’il n’y a pas dans ce monde une minute qui ne puisse être marquée par une larme, et que les générations qui se succèdent ne sont rien de plus que des gouttes d’eau…

Les Noms

Parabole Nulla autem effigies.. ..Mentes habitare et pectora gaudet. STAT. THEB., L. XII. Ébloui de l’éclat de sa propre couronne, Quand le fils de Philippe était à Babylone, Il voulut, non content de vaincre les mortels, A son pouvoir terrestre asservir les autels. De chacun des pays dont il était…

Le Vaisseau Spectre

Tous les marins vous raconteront la légende du vaisseau-spectre, de ce vaisseau de brouillard, monté par des fantômes, qui apparaît à l’improviste sur les flots, comme aux limites de l’horizon le nuage cuivré où couve la tempête. La tempête éclate ! toutes vos voiles se serrent, mais lui ne cargue…

Les Stalactites

Comme un collier sans fin s’enchaînant goutte à goutte Les étincelles d’eau qui perlent à la voûte, S’y sculptent d’elles-mêmes en nuage argenté, Et donnent pour coupole, à ce temple enchanté, Un ciel de marbre blanc semé d’astres de neige. Les songes ciselés des piliers de Jumiège Dorment là sans…

L’exécution

Que me fuistu ? Mille Nymphes me cherchent Les Muses m’ont apporté leurs presens, J’ay de Venus les verds myrtes plaisans, J’ay de Phebus les lauriers qui ne sechent. Cruelle, au moins si tels biens ne t’allechent, Si mon amour, si mes soucis pesans, Pren, pren pitié de ces miens…

Lucie

. Quos hora novissima junxit, Componi tumulo non invideatis eodem. OVID., liv. IV. Elle était blanche et pure, et jamais dans Leinster Les eaux n’ont répété de traits plus adorables Que les traits de Lucie, amante de Walter. Croyant, d’après le sien, tous les amours durables, Et n’ayant que seize…