Funerei Flores

Le temps chauffe, ardent, radieux ;
Le sol brûle comme une tôle
Dans un four. Nul oiseau ne piaule,
Tout l’air vibre silencieux…
Si bien que la bergère a confié son rôle
A son chien noir aussi bon qu’il est vieux.

Posant son tricot et sa gaule,
Elle ôte, à mouvements frileux,
Robe, chemise, et longs bas bleus :
Sa nudité sort de sa geôle.
Tout d’abord, devant l’onde aux chatoiements vitreux
Elle garde un maintien peureux,
Mais enfin, la chaleur l’enjôle,
Elle fait un pas et puis deux…
Mais si l’endroit est hasardeux ?
Si l’eau verte que son pied frôle
Allait soudainement lui dépasser l’épaule ?
Mieux vaut se rhabiller ! mais avant, sous un saule,
D’un air confus et curieux,
Elle se regarde à pleins yeux
Dans ce miroir mouvant et drôle.

Les Fleurs D’ophélie

Philis, quand je regarde au tems promt et leger
Qui derobe soudain nos coulantes années,
Je commence à conter les saisons retournées,
Qui viennent tous les jours nos beaux jours abreger.

Car ja quarante fois nous avons veu loger
Le soleil au Lion des plus longues journées,
Depuis que nous avons nos amours demenées
Soubz la foy qui nous fist l’un à l’autre engager.

Et puis ainsi je dis : ‘O Dieu, qui tiens unie
De si ferme union nostre amitié benie,
Permets que jeune en nous ne vieillisse l’Amour ;

Permets qu’en t’invoquant, comme jusqu’à cet heure,
Augmente nostre Amour d’amour tousjour meilleure,
Et telle qu’au premier, soitelle au dernier jour !’