Skip to content

Auteur : Leconte de Lisle

Thyoné

I Ô jeune Thyoné, vierge au regard vainqueur, Aphrodite jamais n’a fait battre ton coeur, Et des flèches d’Éros l’atteinte toujours sûre N’a point rougi ton sein d’une douce blessure. Ah ! si les Dieux jaloux, vierge, n’ont pas formé La neige de ton corps d’un marbre inanimé, Viens au…

Niobé

Ville au bouclier d’or, favorite des Dieux, Toi que bâtit la Lyre aux sons mélodieux, Toi que baigne Dirkè d’une onde inspiratrice, D’Hèraclès justicier magnanime nourrice, Thèbes ! Toi qui contins entre tes murs sacrés Le Dieu né de la foudre, aux longs cheveux dorés, Ceint de pampre, Iakkhos, qui,…

Nox

Sur la pente des monts les brises apaisées Inclinent au sommeil les arbres onduleux ; L’oiseau silencieux s’endort dans les rosées, Et l’étoile a doré l’écume des flots bleus. Au contour des ravins, sur les hauteurs sauvages, Une molle vapeur efface les chemins ; La lune tristement baigne les noirs…

Nurmahal

À l’ombre des rosiers de sa fraîche terrasse, Sous l’ample mousseline aux filigranes d’or, Djihan-Guîr, fils d’Akbar, et le chef de sa race, Est assis sur la tour qui regarde Lahor. Deux Umrahs sont debout et muets, en arrière. Chacun d’eux, immobile en ses flottants habits, L’oeil fixe et le…

Pan

Pan d’Arcadie, aux pieds de chèvre, au front armé De deux cornes, bruyant, et des pasteurs aimé, Emplit les verts roseaux d’une amoureuse haleine. Dès que l’aube a doré la montagne et la plaine, Vagabond, il se plaît aux jeux, aux choeurs dansants Des Nymphes, sur la mousse et les…

Pantouns Malais

I. L’éclair vibre sa flèche torse À l’horizon mouvant des flots. Sur ta natte de fine écorce Tu rêves, les yeux demi-clos. À l’horizon mouvant des flots La foudre luit sur les écumes. Tu rêves, les yeux demi-clos, Dans la case que tu parfumes. La foudre luit sur les écumes,…

Paysage

À travers les massifs des pâles oliviers L’Archer resplendissant darde ses belles flèches Qui, par endroits, plongeant au fond des sources fraîches, Brisent leurs pointes d’or contre les durs graviers. Dans l’air silencieux ni souffles ni bruits d’ailes, Si ce n’est, enivré d’arôme et de chaleur, Autour de l’églantier et…

Paysage Polaire

Un monde mort, immense écume de la mer, Gouffre d’ombre stérile et de lueurs spectrales, Jets de pics convulsifs étirés en spirales Qui vont éperdument dans le brouillard amer. Un ciel rugueux roulant par blocs, un âpre enfer Où passent à plein vol les clameurs sépulcrales, Les rires, les sanglots,…

Péristèris

Kastalides ! chantez l’enfant aux brunes tresses, Dont la peau lisse et ferme a la couleur du miel, Car vous embellissez la louange, ô Déesses ! Autour de l’onde où croît le laurier immortel Chantez Péristèris née au rocher d’Egine : Moins chère est à mes yeux la lumière du…

Phidylé

(Études latines, X) Offre un encens modeste aux Lares familiers, Phidylé, fruits récents, bandelettes fleuries ; Et tu verras ployer tes riches espaliers Sous le faix des grappes mûries. Laisse, aux pentes d’Algide, au vert pays Albain, La brebis, qui promet une toison prochaine, Paître cytise et thym sous l’yeuse…

Phyllis

(Études latines, V) Depuis neuf ans et plus dans l’amphore scellée Mon vin des coteaux d’Albe a lentement mûri ; Il faut ceindre d’acanthe et de myrte fleuri, Phyllis, ta tresse déroulée. L’anis brûle à l’autel, et d’un pied diligent Tous viennent couronnés de verveine pieuse ; Et mon humble…

Qaïn

En la trentième année, au siècle de l’épreuve, Etant captif parmi les cavaliers d’Assur, Thogorma, le Voyant, fils d’Elam, fils de Thur, Eut ce rêve, couché dans les roseaux du fleuve, A l’heure où le soleil blanchit l’herbe et le mur. Depuis que le Chasseur Iahvèh, qui terrasse Les forts…

Requies

Comme un morne exilé, loin de ceux que j’aimais, Je m’éloigne à pas lents des beaux jours de ma vie, Du pays enchanté qu’on ne revoit jamais. Sur la haute colline où la route dévie Je m’arrête, et vois fuir à l’horizon dormant Ma dernière espérance, et pleure amèrement. O…