Jardins De Novembre

La pluspart de mes Partisans
Disent que ma paresse est grande,
Et que je laisse en mes vieux ans
Seicher les fleurs de ma guirlande.

Je me tais et voudrois changer
Le nom que Parnasse me donne
Avecque celui d’un Berger
Qui ne fut connu de personne.

Ceux qui jugent les beaux Espris,
Osent dire que mes ecris
Manquent de force et d’artifice.

Raison, viens dessiller leurs yeux ;
Et pour montrer leur injustice,
Sors du tombeau de nos Ayeux.

Incertitude

Depuis que mes cheveux sont blancs, que je suis vieux,
Une fois j’ai revu notre maison rustique,
Et le peuplier long comme un clocher gothique,
Et le petit jardin tout entouré de pieux.

Une part de mon âme est restée en ces lieux
Où ma calme jeunesse a chanté son cantique.
J’ai remué la cendre au fond de l’âtre antique,
Et des souvenirs morts ont jailli radieux.

Mon sans gêne inconnu paraissait malhonnête,
Et les enfants riaient. Nul ne leur avait dit
Que leur humble demeure avait été mon nid.

Et quand je m’éloignai, tournant souvent la tête,
Ils parlèrent très haut, et j’entendis ceci :
Ce vieuxlà, pourquoi donc vientil pleurer ici ?