Skip to content

Auteur : Marc-Antoine Girard De Saint-Amant

Orgye

Sus, sus, enfans ! qu’on empoigne la coupe ! Je suis crevé de manger de la soupe. Du vin ! du vin ! cependant qu’il est frais. Verse, garçon, verse jusqu’aux bords, Car je veux chiffler à longs traits A la santé des vivants et des morts. Pour du vin…

Sonnet Inachevé

Fagoté plaisamment comme un vrai Simonnet, Pied chaussé, l’autre nu, main au nez, l’autre en poche, J’arpente un vieux grenier, portant sur ma caboche Un coffin de Hollande en guise de bonnet. Là, faisant quelquefois le saut du sansonnet Et dandinant du cul comme un sonneur de cloche, Je m’égueule…

Le Melon

Celuici vivra, vainqueur de l’oubli, Par les Dieux heureux ! Sa main sûre et fine A fait onduler sur l’onyx poli L’écume marine. Avec le soleil, douce, aux yeux surpris, Telle qu’une jeune et joyeuse reine, On voit émerger mollement Kypris De la mer sereine. La Déesse est nue et…

Moïse Sauvé

(Extraits) Sur le luth éclatant de la noble Uranie, Que me vient d’apporter mon fidèle génie, Et joignant aux accords qui naissent de mes doigts Les saints et graves tons de ma nombreuse voix, Je chante hautement la première aventure D’un héros dont la gloire étonna la nature ; Je…

L’hyver Des Alpes

Ces atomes de feu qui sur la neige brillent, Ces estincelles d’or, d’azur et de cristal Dont l’hyver, au soleil, d’un lustre oriental Pare ses cheveux blancs que les vents esparpillent ; Ce beau cotton du ciel dequoy les monts s’habillent, Ce pavé transparant fait du second metal, Et cet…

L’esté De Rome

Quelle estrange chaleur nous vient icy brusler ? Sommes-nous transportez sous la zone torride, Ou quelque autre imprudent a-t-il lasché la bride Aux lumineux chevaux qu’on voit estinceler ? La terre, en ce climat, contrainte à pantheler, Sous l’ardeur des rayons s’entre-fend et se ride ; Et tout le champ…

Les Visions

Quand je vois ma Lucresselette, Plus mignarde qu’une perlette, Plus belle qu’un jour gracieux, Je pense voir une prairie, La plus belle qui soit fleurie Dessous le grand manteau des cieux. Son front qui mon tourment allège, Et qui est plus blanc que la neige, Semble être composé de lis,…

Le Poète Crotté

Mon âme, tout ce long et triste aprèsmidi, A souffert de la mort d’un bouquet, imminente ! Il était, loin de moi, dans la chambre attenante Où ma peur l’éloigna, déjà presque engourdi, Bouquet dépérissant de fleurs qu’on croyait sauves Encor pour tout un jour dans la pitié de l’eau,…