Skip to content

Auteur : Marceline Desbordes-Valmore

Refuge

Il est du moins au-dessus de la terre Un champ d’asile où monte la douleur ; J’y vais puiser un peu d’eau salutaire Qui du passé rafraîchit la couleur. Là seulement ma mère encor vivante Sans me gronder me console et m’endort ; O douce nuit, je suis votre servante…

Regarde-le

Regarde-le, mais pas longtemps : Un regard suffira, sois sûre, Pour lui pardonner la blessure Qui fit languir mes doux printemps. Regarde-le, mais pas longtemps ! S’il parle, écoute un peu sa voix : Je ne veux pas trop t’y contraindre ; Je sais combien elle est à craindre, Ne…

Regret

Des roses de Lormont la rose la plus belle, Georgina, près des flots nous souriait un soir : L’orage, dans la nuit, la toucha de son aile, Et l’Aurore passa triste, sans la revoir ! Pure comme une fleur, de sa fragile vie Elle n’a respiré que les plus beaux…

Renoncement

Pardonnez-moi, Seigneur, mon visage attristé, Vous qui l’aviez formé de sourire et de charmes ; Mais sous le front joyeux vous aviez mis les larmes, Et de vos dons, Seigneur, ce don seul m’est resté. C’est le mois envié, c’est le meilleur peut-être : Je n’ai plus à mourir à…

Réponds-moi

T’ai-je vu chez mon père, Dans l’âge où tout est beau, Comme je dois, j’espère, Te voir près du tombeau ? Sur les bords de ma vie Vins-tu voir après moi ? Oui, quelqu’un m’a suivie, Et je crois que c’est toi ! Quand tout semble un hommage A nos…

Reprends Ton Bien

Quand l’amitié tremblante T’abandonna mon sort, Que ta main bienfaisante Me sauva de la mort, Pour la reconnaissance Je pris l’amour, Et, moins que ta présence, J’aimai le jour. Mais ma timide flamme Fait naître ta pitié. Est-ce assez pour mon âme D’une froide amitié ? Vainement l’espérance M’a au…

Rêve D’une Femme

Veux-tu recommencer la vie ? Femme, dont le front va pâlir, Veux-tu l’enfance, encor suivie D’anges enfants pour l’embellir ? Veux-tu les baisers de ta mère Echauffant tes jours au berceau ? –  » Quoi ? mon doux Eden éphémère ? Oh ! oui, mon Dieu ! c’était si beau !  »…

Sans L’oublier

Sans l’oublier, on peut fuir ce qu’on aime.On peut bannir son nom de ses discours,Et, de l’absence implorant le secours,Se dérober à ce maître suprême,Sans l’oublier !Sans l’oublier, j’ai vu l’eau, dans sa course,Porter au loin la vie à d’autres fleurs ;Fuyant alors le gazon sans couleurs,J’imitai l’eau fuyant loin…

S’il L’avait Su

S’il avait su quelle âme il a blessée, Larmes du coeur, s’il avait pu vous voir, Ah ! si ce coeur, trop plein de sa pensée, De l’exprimer eût gardé le pouvoir, Changer ainsi n’eût pas été possible ; Fier de nourrir l’espoir qu’il a déçu : A tant d’amour…

Simple Histoire

Tu m’as connue au temps des roses, Quand les colombes sont écloses ; Tes yeux alors pleins de soleil Ont brillé sur mon teint vermeil. Souriant à ma destinée, Par ta douce force entraînée, Je ne t’aimai pas à demi, Mon jeune ami, mon seul ami ! À l’étonnement de…

Soir D’été

Le soleil brûlait l’ombre, et la terre altérée Au crépuscule errant demandait un peu d’eau ; Chaque fleur de sa tête inclinait le fardeau Sur la montagne encor dorée. Tandis que l’astre en feu descend et va s’asseoir Au fond de sa rouge lumière, Dans les arbres mouvants frissonne la…

Solitude

Abîme à franchir seule, où personne, oh ! Personne Ne touchera ma main froide à tous après toi ; Seulement à ma porte, où quelquefois Dieu sonne, Le pauvre verra, lui, que je suis encor moi, Si je vis ! Puis, un soir, ton essor plus paisible S’abattra sur mon…