Chant Du 14 Juillet

Dans la forest d’esperance lointaine
Souci, douleur, regret et deconfort,
Comme aspres chiens abboians pressent fort
Un pauvre cerf, hatant sa course vaine.

Souci le tient, douleur presque l’entreine,
Regret pront saute, et le serre, et le mord,
Desir haut trompe ; Amour, veneur accort
Mande à son cuer une fleche soudaine.

Que feratil ? Chiens n’ont point de pitié,
Puis le chasseur est aspre en mauvaitié.
A l’Amalthée il vient donq’ secours prendre,

Et en fuiant leur assaut inhumain,
Plutôt qu’aller à une autre se rendre,
Aime trop mieux de morir par sa main.

Hymne À L’égalité

Fable

Fille d’un pauvre serrurier,
La blanchisseuse Colinette,
Jeune, à la taille fine, et toujours propre et nette,
Sut donner droit au coeur d’un opulent fermier.
Au bout de quelques mois elle alla chez son père,
Couverte de damas, galon sur le soulier,
Et magnifique en tablier.
‘Ah ! ditelle, en voyant son frère,
Mon Dieu ! que Jeannot est crasseux !
Je le méconnaissais. Quelles mains ! quelle face !
Comme il est fait ! Qu’il est hideux !’

Dans la même famille ainsi l’un se décrasse,
L’autre demeure ce qu’il est,
Et bientôt on se méconnaît.