Skip to content

Auteur : Mellin De Saint-Gelais

Treizain

Par l’ample mer, loin des ports et arènes S’en vont nageant les lascives sirènes En déployant leurs chevelures blondes, Et de leurs voix plaisantes et sereines, Les plus hauts mâts et plus basses carènes Font arrêter aux plus mobiles ondes, Et souvent perdre en tempêtes profondes ; Ainsi la vie,…

Sonnet Mis Au Devant D’un Petit Traicté Que Je Feis

intitulé  » Advertissement sur les jugemens d’Astrologie, A une studieuse Damoiselle  » Ne craignez point, plume bien fortunee Qui vers le ciel vous allez eslevant, Faire ruyne, Icarus ensuivant, Qui trop haulsa l’oesle mal empennee. Du beau soleil où estes destinee Vous n’irez point la chaleur esprouvant, Mais deviendrez, soubs ses raiz…

Étrennes

En lieu de mai, de dorure, ou de chaîne A ce matin premier jour de l’année Je vous envoie un brin de gui de chêne ; N’êtes-vous pas richement étrennée ? Cette façon d’en donner n’est pas née De moi premier : les vieux Druides sages En présentaient ce jour…