La Mort Du Roi Louis Xiii

Sonnet.

Sous ce marbre repose un monarque sans vice,
Dont la seule bonté déplut aux bons François,
Et qui pour tout péché ne fit qu’un mauvais choix
Dont il fut trop longtemps innocemment complice.

L’ambition, l’orgueil, l’audace, l’avarice,
Saisis de son pouvoir, nous donnèrent des lois ;
Et bien qu’il fût en soi le plus juste des rois,
Son règne fut pourtant celui de l’injustice.

Vainqueur de toutes parts, esclave dans sa cour,
Son tyran et le nôtre à peine perd le jour,
Que jusque dans la tombe il le force à le suivre.

Jamais de tels malheurs furent-ils entendus ?
Après trente-trois ans sur le trône perdus,
Commençant à régner, il a cessé de vivre.

La Peste

Stance.

J’ai vu la peste en raccourci :
Et s’il faut en parler sans feindre,
Puisque la peste est faite ainsi,
Peste, que la peste est à craindre !

De cœurs qui n’en sauraient guérir
Elle est partout accompagnée,
Et dût-on cent fois en mourir,
Mille voudraient l’avoir gagnée.

L’ardeur dont ils sont emportés,
En ce péril leur persuade,
Qu’avoir la peste à ses côtés,
Ce n’est point être trop malade.

Aussi faut-il leur accorder
Qu’on aurait du bonheur de reste,
Pour peu qu’on se pût hasarder
Au beau milieu de cette peste.

La mort serait douce à ce prix,
Mais c’est un malheur à se pendre
Qu’on ne meurt pas d’en être pris,
Mais faute de la pouvoir prendre.

L’ardeur qu’elle fait naître au sein
N’y fait même un mal incurable
Que parce qu’elle prend soudain,
Et qu’elle est toujours imprenable.

Aussi chacun y perd son temps,
L’un en gémit, l’autre en déteste,
Et ce que font les plus contents
C’est de pester contre la peste.

La Tulipe

Madrigal Au soleil.

Bel astre à qui je dois mon être et ma beauté,
Ajoute l’immortalité
A l’éclat non pareil dont je suis embellie ;
Empêche que le temps n’efface mes couleurs :
Pour trône donne-moi le beau front de Julie ;
Et, si cet heureux sort à ma gloire s’allie,
Je serai la reine des fleurs.

Le Presbytère D’hénouville

Sonnet.

Vois à loisir ce lieu champêtre ;
Les jours y coulent sans ennuis :
Tâche, si tu peux, de connaître
Tant d’herbes, de fleurs, et de fruits.

Ces animaux que tu poursuis,
Ces oiseaux que tu vois paraître,
Dans ce bel enclos sont réduits
Par les soins et l’art de son maître.

Jette après la vue au dehors,
Et, voyant avec quels efforts
La nature à l’envi le pare,

Demande à tes yeux enchantés
S’il pouvait, en un lieu plus rare,
Assembler tant de raretés.

Chanson

Si je perds bien des maîtresses,
J’en fais encor plus souvent,
Et mes vœux et mes promesses
Ne sont que feintes caresses,
Et mes vœux et mes promesses
Ne sont jamais que du vent.

Quand je vois un beau visage,
Soudain je me fais de feu ;
Mais longtemps lui faire hommage,
Ce n’est pas bien mon usage ;
Mais longtemps lui faire hommage,
Ce n’est pas bien là mon jeu.

J’entre bien en complaisance
Tant que dure une heure ou deux ;
Mais en perdant sa présence
Adieu toute souvenance ;
Mais en perdant sa présence
Adieu soudain tous mes feux.

Plus inconstant que la lune,
Je ne veux jamais d’arrêt ;
La blonde comme la brune
En moins de rien m’importune ;
La blonde comme la brune
En moins de rien me déplaît.

Si je feins un peu de braise,
Alors que l’humeur m’en prend,
Qu’on me chasse, ou qu’on me baise,
Qu’on soit facile ou mauvaise,
Qu’on me chasse, ou qu’on me baise,
Tout m’est fort indifférent.

Mon usage est si commode,
On le trouve si charmant,
Que qui ne suit ma méthode
N’est pas bien homme à la mode,
Que qui ne suit ma méthode
Passe pour un Allemand.

L’immortelle Blanche

Madrigal.

Donnez-moi vos couleurs, tulipes, anémones ;
Œillets, roses, jasmins, donnez-moi vos odeurs ;
Des contraires saisons le froid ni les ardeurs
Ne respectent que les couronnes
Que l’on compose de mes fleurs :
Ne vous vantez donc point d’être aimables ni belles ;
On ne peut nommer beau ce qu’efface le temps :
Pour couronner les beautés éternelles,
Et pour rendre leurs yeux contents,
Il ne faut point être mortelles,
Si vous voulez affranchir du trépas
Vos brillants, mais frêles appas,
Souffrez que j’en sois embellie,
Et, si je leur fais part de mon éternité,
Je les rendrai pareils aux appas de Julie,
Et dignes de parer sa divine beauté.

Deux Sonnets

Sonnet.

Deux sonnets partagent la ville,
Deux sonnets partagent la cour,
Et semblent vouloir à leur tour
Rallumer la guerre civile.

Le plus sot et le plus habile
En mettent leur avis au jour,
Et ce qu’on a pour eux d’amour
A plus d’un échauffe la bile.

Chacun en parle hautement
Suivant son petit jugement ;
Et, s’il y faut mêler le nôtre,

L’un est sans doute mieux rêvé,
Mieux conduit, et mieux achevé ;
Mais je voudrais avoir fait l’autre.

Ode

(Au Révérend Père Delidel de la Compagnie de
Jésus, sur son traité de la Théologie des Saints.)

Toi qui nous apprends de la Grâce
Quelle est la force et la douceur,
Comme elle descend dans un cœur,
Comme elle agit, comme elle passe,
Docte Ecrivain, dont l’œil perçant,
Va jusqu’au sein du Tout-puissant
Pénétrer ce profond abîme,
Que les hommes te vont devoir !
Et que le prix en est ineffable et sublime,
De ces biens que par-là tu mets en leur pouvoir !

Oui, tant que durera ta course,
Tu peux, mortel, à pleines mains ;
Puiser des bonheurs souverains
En cette inépuisable source.
Un guide si bien éclairé,
Te conduit d’un pas assuré
Au vivant Soleil qui l’éclaire ;
Suis, mais avec zèle, avec foi,
Suis, dis-je, tu verras tout ce qu’il te faut faire,
Et si tu ne le fais, il ne tiendra qu’à toi.

Tu pèches, mais un Dieu pardonne,
Et pour mériter ce pardon,
II te sait ce précieux don,
II n’en est avare à personne.
Reçois avec humilité,
Conserve avec fidélité,
Ce grand appui de ta faiblesse.
Avec lui ton vouloir peut tout,
Sans lui tu n’es qu’ordure, impuissance, bassesse,
Fais-en un bon usage, et la gloire est au bout.

C’en est la digne récompense ;
Mais aussi, tu le dois savoir,
Cet usage est en ton pouvoir,
II dépend de ta vigilance :
Tu peux t’endormir, t’arrêter,
Tu peux même le rejeter
Ce don, sans qui ta perte est sûre,
Et n’en tireras aucun fruit,
Si tu défères plus aux sens, à la nature ;
Qu’aux mouvement sacrés qu’en ton âme il produit.

J’en connaît par toi l’efficace,
Savant et pieux Ecrivain,
Qui jadis de ta propre main
M’as élevé sur le Parnasse ;
C’était trop peu pour ta bonté
Que ma jeunesse eût profité
Des leçons que tu m’as données ;
Tu portes plus loin ton amour,
Et tu veux qu’aujourd’hui mes dernières années
De tes instructions profitent à leur tour.

Je suis ton disciple, et peut-être
Que l’heureux éclat de mes vers
Éblouit assez l’univers,
Pour faire peu de honte au Maître.
Par une plus sainte leçon
Tu m’apprends de quelle façon
Au vice on doit faire la guerre.
Puissé-je en user encore mieux,
Et comme je te dois ma gloire sur la terre !
Puissé-je te devoir un jour celle des cieux !

Épigrammes

Traduites du latin d’Audoenus (Owen).

Liv. I, . Ép. 30.

Jeanne, toute la journée,
Dit que le joug d’hyménée
Est le plus âpre de tous ;
Mais la pauvre créature,
Tout le long de la nuit, jure
Qu’il n’en est point de si doux.

Liv. I, . Ép. 145.

Les huguenotes de Paris
Disent qu’il leur faut deux maris,
Qu’autrement il n’est en nature
De moyen par où, sans pécher,
On puisse, suivant l’Écriture,
Se mettre deux en une chair.

Liv. II, . Ép. 47.

Catin, ce gentil visage,
Épousant un huguenot,
Le soir de son mariage,
Disait à ce pauvre sot :
De peur que la différence
En fait de religion,
Rompant notre intelligence
Nous mette en division ;
Laisse-moi mon franc arbitre,
Et du reste de la foi,
Je veux avoir le chapitre,
Si j’en dispute avec toi.

Liv. II, . Ép. 88.

Depuis que l’hiver est venu
Je plains le froid qu’Amour endure,
Sans songer que plus il est nu
Et tant moins il craint la froidure.

Liv. III, . Ép. 65.

Dans les divers succès de la fin de leur vie,
Le prodigue et l’avare ont de quoi m’étonner ;
Car l’un ne donne rien qu’après qu’elle est ravie,
Et l’autre après sa mort n’a plus rien à donner.

Liv. III, . Ép. 124.

Lorsque nous sommes mal, la plus grande maison
Ne nous peut contenir, faute d’assez d’espace ;
Mais, sitôt que Phylis revient à la raison,
Le lit le plus étroit a pour nous trop de place.

Perdu Au Jeu

Sonnet.

Je chéris ma défaite, et mon destin m’est doux,
Beauté, charme puissant des yeux et des oreilles :
Et je n’ai point regret qu’une heure auprès de vous
Me coûte en votre absence et des soins et des veilles.

Se voir ainsi vaincu par vos rares merveilles,
C’est un malheur commode à faire cent jaloux :
Et le cœur ne soupire en des pertes pareilles,
Que pour baiser la main qui fait de si grands coups.

Recevez de la mienne, après votre victoire,
Ce que pourrait un Roi tenir à quelque gloire ;
Ce que les plus beaux yeux n’ont jamais dédaigné.

Je vous en rends, Iris, un juste et prompt hommage,
Hélas ! contentez-vous de me l’avoir gagné,
Sans, me dérober davantage.

Épitaphe

(Sur la mort de Mademoiselle Élisabeth Ranquet,
Femme de M. Du Chevreul, Écuyer, Seigneur d’Esturnville.)

Sonnet.

Ne verse point de pleurs sur cette sépulture,
Passant : ce lit funèbre est un lit précieux,
Où gît d’un corps tout pur la cendre toute pure ;
Mais le zèle du cœur vit encore en ces lieux.

Avant que de payer le droit de la nature
Son âme, s’élevant au-delà de ses yeux,
Avait au Créateur uni la créature ;
Et marchant sur la terre elle était dans les cieux.

Les pauvres bien mieux qu’elle ont senti sa richesse :
L’humilité, la peine, étaient son allégresse ;
Et son dernier soupir fut un soupir d’amour.

Passant, qu’à son exemple un beau feu te transporte ;
Et, loin de la pleurer d’avoir perdu le jour,
Crois qu’on ne meurt jamais quand on meurt de la sorte.

Que La Vérité Parle

Ce texte est une traduction de Pierre Corneille d’une œuvre
anonyme de piété chrétienne de la fin du XIVe ou début du XVe s.

(Que la vérité parle au dedans du coeur sans aucun bruit de paroles.)

Parle, parle, Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis ;
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route
Et les jours et les nuits.

Remplis-moi d’un esprit qui me fasse comprendre
Ce qu’ordonnent de moi tes saintes volontés,
Et réduis mes désirs au seul désir d’entendre
Tes hautes vérités.

Mais désarme d’éclairs ta divine éloquence ;
Fais-la couler sans bruit au milieu de mon coeur
Qu’elle ait de la rosée et la vive abondance
Et l’aimable douceur.

Vous la craigniez, Hébreux, vous croyiez que la foudre,
Que la mort la suivît et dût tout désoler,
Vous qui dans le désert ne pouviez vous résoudre
A l’entendre parler.

 » Parle-nous, parle-nous, disiez-vous à Moïse,
Mais obtiens du Seigneur qu’il ne nous parle pas ;
Des éclats de sa voix la tonnante surprise
Serait notre trépas.  »

Je n’ai point ces frayeurs alors que je te prie ;
Je te fais d’autres voeux que ces fils d’Israël,
Et plein de confiance, humblement je m’écrie
Avec ton Samuel :

 » Quoi que tu sois le seul qu’ici-bas je redoute,
C’est toi seul qu’ici-bas je souhaite d’ouïr :
Parle donc, ô mon Dieu ! ton serviteur écoute,
Et te veut obéir.  »

Je ne veux ni Moïse à m’enseigner tes voies,
Ni quelque autre prophète à m’expliquer tes lois ;
C’est toi qui les instruis, c’est toi qui les envois,
Dont je cherche la voix.

Comme c’est de toi seul qu’ils ont tous ces lumières
Dont la grâce par eux éclaire notre foi,
Tu peux bien sans eux tous me les donner entières,
Mais eux tous rien sans toi.

Ils peuvent répéter le son de tes paroles,
Mais il n’est pas en eux d’en conférer l’esprit,
Et leurs discours sans toi passent pour si frivoles
Que souvent on en rit.

Qu’ils parlent hautement, qu’ils disent des merveilles,
Qu’ils déclarent ton ordre avec pleine vigueur :
Si tu ne parles point, ils frappent les oreilles
Sans émouvoir le coeur.

Ils sèment la parole obscure, simple et nue ;
Mais dans l’obscurité tu rends l’oeil clairvoyant,
Et joins du haut du ciel à la lettre qui tue
L’esprit vivifiant.

Leur bouche sous l’énigme annonce le mystère,
Mais tu nous en fais voir le sens le plus caché ;
Ils nous prêchent tes lois, mais ton secours fait faire
Tout ce qu’ils ont prêché,

Ils montrent le chemin, mais tu donnes la force
D’y porter tous nos pas, d’y marcher jusqu’au bout ;
Et tout ce qui vient d’eux ne passe point l’écorce,
Mais tu pénètres tout.

Ils n’arrosent sans toi que les dehors de l’âme,
Mais sa fécondité veut ton bras souverain ;
Et tout ce qui l’éclaire, et tout ce qui l’enflamme
Ne part que de ta main.

Ces prophètes en fin ont beau crier et dire,
Ce ne sont que des voix, ce ne sont que des cris,
Si pour en profiter l’esprit qui les inspire
Ne touche nos esprits.

Silence donc, Moïse ! et toi, parle en sa place,
Eternelle, immuable, immense vérité :
Parle, que je ne meure enfoncé dans la glace
De ma stérilité.

C’est mourir en effet, qu’à ta faveur céleste
Ne rendre point pour fruit des désirs plus ardents ;
Et l’avis du dehors n’a rien que de funeste
S’il n’échauffe au dedans.

Cet avis écouté seulement par caprice,
Connu sans être aimé, cru sans être observé,
C’est ce qui vraiment tue, et sur quoi ta justice
Condamne un réprouvé.

Parle donc, ô mon Dieu ! ton serviteur fidèle
Pour écouter ta voix réunit tous ses sens,
Et trouve les douceurs de la vie éternelle
En ses divins accents.

Parle pour consoler mon âme inquiétée ;
Parle pour la conduire à quelque amendement ;
Parle, afin que ta gloire ainsi plus exaltée
Croisse éternellement.

Epitaphe Sur La Mort De Damoiselle Elisabeth Ranquet

Le temps efface tout comme effacent les vagues
Les travaux des enfants sur le sable aplani
Nous oublierons ces mots si précis et si vagues
Derrière qui chacun nous sentions l’infini.

Le temps efface tout il n’éteint pas les yeux
Qu’ils soient d’opale ou d’étoile ou d’eau claire
Beaux comme dans le ciel ou chez un lapidaire
Ils brûleront pour nous d’un feu triste ou joyeux.

Les uns joyaux volés de leur écrin vivant
Jetteront dans mon coeur leurs durs reflets de pierre
Comme au jour où sertis, scellés dans la paupière
Ils luisaient d’un éclat précieux et décevant.

D’autres doux feux ravis encor par Prométhée
Étincelle d’amour qui brillait dans leurs yeux
Pour notre cher tourment nous l’avons emportée
Clartés trop pures ou bijoux trop précieux.

Constellez à jamais le ciel de ma mémoire
Inextinguibles yeux de celles que j’aimai
Rêvez comme des morts, luisez comme des gloires
Mon coeur sera brillant comme une nuit de Mai.

L’oubli comme une brume efface les visages
Les gestes adorés au divin autrefois,
Par qui nous fûmes fous, par qui nous fûmes sages
Charmes d’égarement et symboles de foi.

Le temps efface tout l’intimité des soirs
Mes deux mains dans son cou vierge comme la neige
Ses regards caressants mes nerfs comme un arpège
Le printemps secouant sur nous ses encensoirs.

D’autres, les yeux pourtant d’une joyeuse femme,
Ainsi que des chagrins étaient vastes et noirs
Épouvante des nuits et mystère des soirs
Entre ces cils charmants tenait toute son âme

Et son coeur était vain comme un regard joyeux.
D’autres comme la mer si changeante et si douce
Nous égaraient vers l’âme enfouie en ses yeux
Comme en ces soirs marins où l’inconnu nous pousse.

Mer des yeux sur tes eaux claires nous naviguâmes
Le désir gonflait nos voiles si rapiécées
Nous partions oublieux des tempêtes passées
Sur les regards à la découverte des âmes.

Tant de regards divers, les âmes si pareilles
Vieux prisonniers des yeux nous sommes bien déçus
Nous aurions dû rester à dormir sous la treille
Mais vous seriez parti même eussiezvous tout su

Pour avoir dans le coeur ces yeux pleins de promesses
Comme une mer le soir rêveuse de soleil
Vous avez accompli d’inutiles prouesses
Pour atteindre au pays de rêve qui, vermeil,

Se lamentait d’extase audelà des eaux vraies
Sous l’arche sainte d’un nuage cru prophète
Mais il est doux d’avoir pour un rêve ces plaies
Et votre souvenir brille comme une fête.

Que La Vérité Parle Au Dedans Du Coeur

Parle, parle, Seigneur, ton serviteur écoute :

Je dis ton serviteur, car enfin je le suis ;

Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route

Et les jours et les nuits.
Remplis-moi d’un esprit qui me fasse comprendre

Ce qu’ordonnent de moi tes saintes volontés,

Et réduis mes desirs au seul desir d’entendre

Tes hautes verités.
Mais désarme d’éclairs ta divine éloquence ;

Fais-la couler sans bruit au milieu de mon coeur

Qu’elle ait de la rosée et la vive abondance

Et l’aimable douceur.
Vous la craigniez, Hébreux, vous croyiez que la foudre,

Que la mort la suivît et dût tout désoler,

Vous qui dans le désert ne pouviez vous résoudre

A l’entendre parler.
 » Parle-nous, parle-nous, disiez-vous à Moïse,

Mais obtiens du Seigneur qu’il ne nous parle pas ;

Des éclats de sa voix la tonnante surprise

Serait notre trépas.  »
Je n’ai point ces frayeurs alors que je te prie ;

Je te fais d’autres voeux que ces fils d’Israël,

Et plein de confiance, humblement je m’écrie

Avec ton Samuel :
 » Quoi que tu sois le seul qu’ici-bas je redoute,

C’est toi seul qu’ici-bas je souhaite d’ouïr :

Parle donc, ô mon Dieu ! ton serviteur écoute,

Et te veut obéïr.  »
Je ne veux ni Moïse à m’enseigner tes voies,

Ni quelque autre prophète à m’expliquer tes lois;

C’est toi qui les instruis, c’est toi qui les envois,

Dont je cherche la voix.
Comme c’est de toi seul qu’ils ont tous ces lumières

Dont la grâce par eux éclaire notre foi,

Tu peux bien sans eux tous me les donner entières,

Mais eux tous rien sans toi.
Ils peuvent répéter le son de tes paroles,

Mais il n’est pas en eux d’en conférer l’esprit,

Et leurs discours sans toi passent pour si frivoles

Que souvent on en rit.
Qu’ils parlent hautement, qu’ils disent des merveilles,

Qu’ils déclarent ton ordre avec pleine vigueur :

Si tu ne parles point, ils frappent les oreilles

Sans émouvoir le coeur.
Ils sèment la parole obscure, simple et nue ;

Mais dans l’obscurité tu rends l’oeil clairvoyant,

Et joins du haut du ciel à la lettre qui tue

L’esprit vivifiant.
Leur bouche sous l’énigme annonce le mystère,

Mais tu nous en fais voir le sens le plus caché ;

Ils nous prêchent tes lois, mais ton secours fait faire

Tout ce qu’ils ont prêché,
Ils montrent le chemin, mais tu donnes la force

D’y porter tous nos pas, d’y marcher jusqu’au bout ;

Et tout ce qui vient d’eux ne passe point l’écorce,

Mais tu pénètres tout.
Ils n’arrosent sans toi que les dehors de l’âme,

Mais sa fécondité veut ton bras souverain ;

Et tout ce qui l’éclaire, et tout ce qui l’enflamme

Ne part que de ta main.
Ces prophètes en fin ont beau crier et dire,

Ce ne sont que des voix, ce ne sont que des cris,

Si pour en profiter l’esprit qui les inspire

Ne touche nos esprits.
Silence donc, Moïse ! et toi, parle en sa place,

Eternelle, immuable, immense vérité :

Parle, que je ne meure enfoncé dans la glace

De ma stérilité.
C’est mourir en effet, qu’à ta faveur céleste

Ne rendre point pour fruit des désirs plus ardents ;

Et l’avis du dehors n’a rien que de funeste

S’il n’échauffe au dedans.
Cet avis écouté seulement par caprice,

Connu sans être aimé, cru sans être observé,

C’est ce qui vraiment tue, et sur quoi ta justice

Condamne un réprouvé.
Parle donc, ô mon Dieu ! ton serviteur fidèle

Pour écouter ta voix réunit tous ses sens,

Et trouve les douceurs de la vie éternelle

En ses divins accents.
Parle pour consoler mon âme inquiétée ;

Parle pour la conduire à quelque amendement ;

Parle, afin que ta gloire ainsi plus exaltée

Croisse éternellement.

Espérance

Sonnet.

D’un accueil si flatteur, et qui veut que j’espère,
Vous payez ma visite alors que je vous vois,
Que souvent à l’erreur j’abandonne ma foi,
Et croîs seul avoir droit d’aspirer à vous plaire.

Mais si j’y trouve alors de quoi me satisfaire,
Ces charmes attirants, ces doux je ne sais quoi,
Sont des biens pour tout autre aussi bien que pour moi,
Et c’est dont un beau feu ne se contente guère.

D’une ardeur réciproque il veut d’autres témoins,
Un mutuel échange et de vœux et de soins,
Un transport de tendresse à nul autre semblable.

C’est là ce qui remplit un cœur fort amoureux :
Le mien le sent pour vous ; le vôtre en est capable.
Hélas ! si vous vouliez, que je serais heureux !