Skip to content

Auteur : Rémy Belleau

Mai

Pendant que ce mois renouvelle D’une course perpétuelle La vieillesse et le tour des ans : Pendant que la tendre jeunesse Du ciel remet en allégresse Les hommes, la terre, et le temps. Pendant que les Arondelettes De leurs gorges mignardelettes Rappellent le plus beau de l’an, Et que pour…

L’ombre

Étant au frais de l’ombrage De cet ormeau refrisé Sur les plis de son feuillage, D’un beau sep favorisé, D’un beau sep qui l’entortille, Et qui de grâce gentille A son tige éternisé : Et prenant l’haleine douce D’un doux Zéphyr voletant, Qui de mignarde secousse Un doux soupir va…

La Pierre Du Coq

Je suis tel qu’un ponton sans vergues et sans mâts, Aventureux débris des trombes tropicales, Et qui flotte, roulant des lingots dans ses cales, Sur une mer sans borne et sous de froids climats. Les vents sifflaient jadis dans ses raille poulies. Vaisseau désemparé qui ne gouverne plus, Il roule,…

La Pierre Aqueuse

Ce bon vieux pont, sous ses trois arches, En a déjà bien vu de l’eau Passer verte avec du galop Ou du rampement dans sa marche. Il connaît le pas, la démarche De l’errant qui porte un ballot, Du petit berger tout pâlot Et du mendiant patriarche. Au creux de…

La Nuit

Ô douce Nuit, ô Nuit plus amoureuse, Plus claire et belle, et à moi plus heureuse, Que le beau jour, et plus chère cent fois, D’autant que moins, ô Nuit, je t’espérois. Et vous, du ciel étoiles bien apprises À secourir les secrètes emprises De mon amour, vous cachant dans…

Le Désir

Celuy n’est pas heureux qui n’a ce qu’il desire, Mais bien-heureux celuy qui ne desire pas Ce qu’il n’a point : l’un sert de gracieux appas Pour le contentement, et l’autre est un martyre. Desirer est tourment qui bruslant nous altere Et met en passion ; donc ne desirer rien…

La Chasteté

Il faisait jour, et la chaleur ardente, Brûlait le sein de la terre béante, Et les Bergers à l’ombre des ormeaux Avaient ensemble amassé leurs troupeaux : Quand j’avisais par l’épaisse feuillée Une Déesse errante et désolée, Qui sanglotait à soupirs redoublés, Dont de frayeur mes sens furent troublés.