Skip to content

Auteur : Théodore Agrippa d'Aubigné

Pour Lui Complaire

Sonnet Vous êtes jeune et belle, et vos lèvres rieuses N’ont que charmants souris tout fraîchement éclos ; Le temps sonne pour vous ses heures folles, joyeuses Qui vont se succédant comme les flots aux flots. L’amour pour vos plaisirs rend plus voluptueuses Ces langueurs qui s’en vont en de…

Pour Un Marinier

Vous n’aimez rien que vous, de vousmême maîtresse, Toute perfection en vous seule admirant, En vous votre désir commence et va mourant, Et l’amour seulement pour vousmême vous blesse. Franche et libre de soin, votre belle jeunesse D’un oeil cruel et beau mainte flamme tirant, Brûle cent mille esprits qui…

Pour Une Absente

Vous parler ? Non. Je ne peux pas. Je préfère souffrir comme une plante, Comme l’oiseau qui ne dit rien sur le tilleul. Ils attendent. C’est bien. Puisqu’ils ne sont pas las D’attendre, j’attendrai, de cette même attente. Ils souffrent seuls. On doit apprendre à souffrir seul. Je ne veux…

Pour Une Anatomie

Vous qui habitez l’Orque noir, Laissez votre horrible manoir, Sortez de la grotte avernale, Et venez tous ici haut voir Ma peine qui n’a point d’égale. Ô Proserpine, ô noir Pluton Cerbère, Mégère, Alecton, Tisyphone, infernales Ombres Atropos, Lachésis, Cloton, Venez tous ouïr mes encombres ! Les tourments qu’on souffre…

Pour Une Dame Imaginaire

Vous qui n’ensorcelez les troupes vagabondes, Mais toujours tourmentés, endurez tant de maux, Voyez tant seulement baigner les animaux, Et détournez vos yeux de ces sacrées ondes. Gardez l’orage saint, ce sont les Nymphes blondes, Actéon cerf fuyant, après tant de travaux Fut enfin dévoré, et court par monts et…

Pourquoi ?

Voyant l’ambition, l’envie, et l’avarice, La rancune, l’orgueil, le désir aveuglé, Dont cet âge de fer de vices tout rouillé A violé l’honneur de l’antique justice : Voyant d’une autre part la fraude, la malice, Le procès immortel, le droit mal conseillé : Et voyant au milieu du vice déréglé…