Skip to content

Auteur : Théodore de Banville

Le Thé

Ô jours de mon printemps, jours couronnés de rose, A votre fuite en vain un long regret s’oppose. Beaux jours, quoique, souvent obscurcis de mes pleurs, Vous dont j’ai su jouir même au sein des douleurs, Sur ma tête bientôt vos fleurs seront fanées ; Hélas ! bientôt le flux…

Le Vin De L’amour

Ô Vent plaisant, qui d’haleine odorante Embaumez l’air du baume de ces fleurs ! Ô Pré joyeux, où versèrent leurs pleurs Le bon Damoete et la belle Amaranthe ! Ô Bois ombreux, ô Rivière courante, Qui vis en bien échanger leurs malheurs, Qui vis en joie échanger leurs douleurs, Et…

Leçon De Chant

A Clara. Oh ! les yeux adorés ne sont pas ceux qui virent Qu’on les aimait, alors qu’on en mourait tout bas ! Les rêves les plus doux ne sont pas ceux que firent Deux êtres, coeur à coeur et les bras dans les bras ! Les bonheurs les plus…

Leïla

Il semble qu’aux sultans Dieu même Pour femmes donne ses houris. Mais, pour moi, la vierge qui m’aime, La vierge dont je suis épris, ― Les sultanes troublent le monde Pour accomplir un de leurs vœux. ― La vierge qui m’aime est plus blonde Que les sables sous les flots…

Les Cariatides

C’est un palais du dieu, tout rempli de sa gloire. Cariatides sœurs, des figures d’ivoire Portent le monument qui monte à l’éther bleu, Fier comme le témoin d’une immortelle histoire. Quoique l’archer Soleil avec ses traits de feu Morde leurs seins polis et vise à leurs prunelles, Elles ne baissent…

Les Muses Au Tombeau

Près de la pierre close Sous laquelle repose Théophile Gautier, (Non tout entier, Car par son œuvre altière Ce dompteur de matière Est comme auparavant Toujours vivant,) Regardant cette tombe De leurs yeux de colombe, Les Muses vont pleurant Et soupirant. Toutes se plaignent : celle Dont l’œil sombre étincelle…

Les Torts Du Cygne

Puisqu’icibas toute âme Donne à quelqu’un Sa musique, sa flamme, Ou son parfum ; Puisqu’ici toute chose Donne toujours Son épine ou sa rose A ses amours ; Puisqu’avril donne aux chênes Un bruit charmant ; Que la nuit donne aux peines L’oubli dormant ; Puisque l’air à la branche…

Les Tourterelles

Cependant qu’étrangère à la nature en fête, Elle rêvait sans but sur sa couche défaite, Le soleil frissonnait sur l’or et les damas ; Le doux air de l’été, qui chasse les frimas, Chargé de la couleur et du parfum des roses, Entrait, et redonnait la vie à mille choses.…

L’étang Mâlo

Il est un triste lac à l’eau tranquille et noire Dont jamais le soleil ne vient broder la moire, Et dont tous les oiseaux évitent les abords. Un chêne vigoureux a grandi sur ses bords, Et, courbé par le Temps jusqu’aux ondes, étale Sur la cime des flots sa masse…

L’invincible

Ris sous la griffe des vautours, Cœur meurtri, que leur bec entame ! Vas-tu te plaindre d’une femme ? Non ! je veux boire à ses amours ! Je boirai le vin et la lie, Ô Furie aux cheveux flottants ! Pour mieux pouvoir en même temps Trouver la haine…

Loisir

Nous avons vu ce mois d’Avril Engourdi par un froid subtil : Le printemps était en péril. Enfin, tout se métamorphose ! Mai, comme un jeune sein, arrose De pourpre le bouton de rose. Le vieil Hiver est aux abois. Lauriers, c’est à vous que je bois : Si, nous…

Loys

Mon Loys, j’ai sous vos prunelles, Oublié, dans mon cœur troublé, Mon époux qui s’en est allé Pour combattre les infidèles. Quand nous le croirons loin encor, Il sera là, Dieu nous pardonne ! Mon beau page, quel bruit résonne ? Est-ce lui qui sonne du cor ? J’ai lu…